Beyond : Two Souls sur PlayStation 3, le test de Nightmare1984

Publiez votre test
Signaler
Nightmare1984
8
Nightmare1984 PS3

Beyond: Good and Evil

Après un Heavy Rain qui a remporté son pari haut la main en devenant un succès critique et commercial dans un genre très différent des blockbusters vidéoludiques, Quantic Dream récidive une nouvelle fois avec Beyond Two Souls. Un projet ambitieux dans la droite lignée de leur dernière production. La question n'est pas de savoir si le titre des équipes de David Cage plaira aux réfractaires du genre mais plutôt de savoir tout simplement si ce dernier est un bon jeu.

 

Besoin d'aide(n) ?

 

L'aventure de Beyond Two Souls se déroule sur quinze années de la vie de Jodie Holmes. Cette jeune femme de 23 ans a la particularité de pouvoir communiquer avec Aiden: une entité invisible qui partage sa vie depuis sa naissance. Le joueur incarnera donc Jodie ainsi qu'Aiden au travers de plusieurs chapitres relatés de façon non chronologique afin de découvrir les mystères de son étrange «pouvoir» mais aussi pour poser aux joueurs des questions plus métaphysiques: Qu'est-ce qu'il y a après la mort? Meurt-on vraiment? Le tout dans une intrigue que je ne dévoilerai pas mais qui offrira son lot de rebondissements et d'émotions variées et intenses que ce soit la tristesse, la peur ou la méfiance (paranoïa?) etc.

Le scénario est d'une grande richesse et est très bien écrit. Le jeu de tous les acteurs est simplement grandiose et d'une parfaite maîtrise que l'on plonge facilement dans l'histoire sans vouloir relâcher la manette jusqu'au générique de fin. Des fins justement il y en a 23 au total. Certaines seront justes des changements mineures et d'autres apporteront un surplus de réponses. Car il faut dire qu'au début on se pose tout un tas de questions et cette mise en scène découpée dans le désordre permet de garder le suspense sans perdre le fil au joueur. David Cage a écrit une histoire passionnante, adulte et qui pousse à la réflexion. C'est trop rare pour ne pas être souligné et de ce côté là, il n'y a pas de doute, son ambition de bousculer le monde du jeu vidéo est réussi. Mais un jeu vidéo c'est aussi du gameplay. Sans vouloir rentrer dans ce faux débat consistant à savoir si Beyond Two Souls est un jeu vidéo ou pas, voyons voir plutôt comment se joue le dernier bébé de Quantic Dream?

 

La touche française.

 

Heavy Rain pouvait se définir comme un point&click moderne où le déplacement du personnage par un pointeur avait été remplacé par une maniabilité plus traditionnelle à la manette. Dans Beyond Two Souls on retrouve plus ou moins le même principe avec en gros deux gameplays différents selon que l'on incarne Jodie ou Aiden. Avec Jodie on se déplace à la troisième personne avec le stick gauche et l'on interagit avec le décor lorsque qu'un petit point blanc s'affiche sur l'écran. Pour cela il suffira de pousser le stick droit en direction du dit point blanc. Cela pourra causer des problèmes de caméra vu que c'est avec le même stick qu'on la dirige. Les problèmes de caméra sont un des gros défauts de la jouabilité de Beyond. Il est très difficile de faire un 360° degré autour de Jodie avec, et pire, dans certaines situations la caméra reste fixe afin de rendre une scène plus cinématographique. Le problème c'est que cela empêche une bonne lisibilité de l'action, notamment durant les combats. Ces derniers s'exécutent en inclinant le stick droit au bon moment lorsque l'action ralentit. Une bonne idée mais mal réalisée car il arrive souvent de ne pas savoir si il faut contrer une attaque ou l'esquiver. Pour le reste on retrouvera les choix à effectuer ou des QTE lors de certains passages déjà vu dans Heavy Rain.

Avec Aiden, le joueur passe en vue subjective et peut interagir et traverser le décor sans trop s'éloigner de Jodie avec qui il est relié. Il pourra déplacer des objets, donner des renseignements à Jodie au travers de flashs mais aussi tuer ou prendre possession de personnages. Une idée excellente si elle n'était pas bridée par l'absence de liberté proposée part les développeurs. On ne peut interagir qu'avec un nombre limité d'objets prédéfinis mise en évidence par un point bleu, et il est impossible de prendre possession un personnage si celui-ci n'a pas été voulu par les développeurs. L'aventure est excessivement dirigiste et on ressent cette impression d'être constamment guidé, de ne pas être maître de son destin, de son aventure.

 

Au delà des mots.

 

Si il existe un point ou Beyond Two Souls surclasse Heavy Rain c'est sur sa réalisation générale et dans quasiment tous les domaines que cela soit graphique, sonore ou technique. La performance capture a fait des merveilles et les différents protagonistes du jeu sont bluffants par leurs modélisations des visages. Les décors ont subit le même traitement et reste variés. On pourra pinailler sur certains passages, en extérieur notamment, où ça manque de détails, de crasses, de poussières, d'animations etc...

Côté sonore c'est du très bon avec des bruitages bien mixés et avec un gros travail effectué sur les basses. La VF est d'excellente qualité et n'est pas trahi par une mauvaise synchronisation labiale même si ce n'est pas toujours parfait. Quant à la musique, c'est un pur chef d’œuvre! Elle mérite tout simplement un Oscar. Chaque composition est magnifique et sert parfaitement le moment que l'on incarne que ça soit lors de passages tristes, angoissantes, intimistes ou dynamiques. Un vrai travail d'orfèvre.

Techniquement Beyond Two Souls supprime le tearing d'Heavy Rain et gagne en souplesse lors des animations des personnages. Par contre il est regrettable d'avoir certaines saccades lors de chargement d'une scène ainsi que des textures qui s'affichent parfois en retard. La quête existentielle de Jodie Holmes vous prendra une grosse dizaine d'heure de jeu qu'il sera possible d'effectuer à deux. L'un incarnant la jeune femme et l'autre son poltergeist via une seconde manette ou un smartphone/tablette. Un bon moyen de partager cette expérience hors du commun avec un proche peu habitué aux jeux vidéo.

 

Les plus:

 

- Un scénario bouleversant.

- Des musiques magnifiques.

- Une réalisation de qualité.

- Un bon contenu.

 

Les moins:

 

- Un jeu trop dirigiste.

- Système de combat confus.

- Une caméra manquant de lisibilité.

- Quelques saccades.

 

Malgré ses nouveautés dans son gameplay, Beyond Two Souls reste dans la continuité d'Heavy Rain ce qui décevra forcément les allergiques au genre et plaira à d'autres. Et pour tout ceux qui hésitent à participer à cette aventure hors du commun, je ne vous conseillerai que trop d'essayer la démo qui reflète parfaitement l’œuvre finale de Quantic Dream.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Beyond : Two Souls

tous les tests