1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Tests de la communauté
  4. >
  5. Batman : Arkham City - Game of the Year Edition
  6. >
  7. Tests Batman : Arkham City - Game of the Year Edition
  8. >
    Test de etar1p

Batman : Arkham City - Game of the Year Edition sur PlayStation 3, le test de etar1p

Publiez votre test
Signaler
etar1p
6
etar1p PS3

Double face

Quand il en a une, l'histoire est souvent l'aspect auquel j'accorde le plus d'importance, même sur un blockbuster de fin d'année pété de thunes. Même lorsqu'il s'agit d'un jeu bourré d'action qui reprend l'esthétique des comics, devenue aussi celle de beaucoup (trop) de jeu vidéo avec des mecs hyper musclés et des femmes aux mensurations d'actrices de porno. Un aspect  qui ne me gêne pas trop ici ou sur un God of War, mais qui devient beaucoup plus nuisible et ridicule sur Mass Effect 3 par exemple ou The Witcher 3 mais je m'égare. Pour moi, City est un jeu narratif,c'est là mon premier point.

Batman AC, c'est aussi la mode de l'open world et pour moi, c'est l'exemple d'un open world raté, et ce au regard d'un élément bien précis, son histoire. Si on en fait l'inventaire, Batman AC n'est pas un mauvais open world. Si l'on met de côté les quêtes annexes nazes (éclater des ballons et des caméras, les otages politiques, le passage éclair, fan service et donc forcement inutile du chapelier fou et j'en passe), le reste est plutôt pas mal. Que ce soit l'homme mystère, Deadshot, le veilleur ou encore Zsasz, c'est des quêtes que l'on pourrait faire naturellement, sans forcer, avec fluidité et elles pourraient s'inscrire de manière aisée dans l'histoire, une autre histoire. C'est aussi un jeu qui retranscrit bien ce que c'est que d'être Batman dans un environnement ouvert et Batman en open world c'est quoi ? C'est être au somment d'un immeuble à écouter la ville à la recherche de criminels, d'enquêtes à résoudre, de gens à sauver. La quête des otages politiques s'inscrit d'ailleurs bien dans ce dernier point mais comme évoqué précédemment, elle est ratée, répétitive et n'a aucune finalité.

Batman AC est donc un open world avec tout ce que cela implique de contenus, d'éléments qui font passer ( et perdre) du temps. Le problème du jeu se résume alors très facilement dans la mesure où son scénario ce déroule quant à lui sur une unité de temps extrêmement réduite, à savoir, une soirée de 8/9H. Autrement dit Batman AC est un jeu dont le scénario ne colle pas avec son game design ou l'inverse si vous préférez. Batman AC a un très mauvais scénario d'open world et du coup je n'y crois pas. C'est un jeu qui part dans tous les sens et dans lequel rien ne fait bloc. Cette d'absence d'unité on la retrouvait déjà dans Arkham Asylum avec la seule quête annexe du jeu, celle de l'homme mystère.

Je trouve toujours embêtant quand les motivations du joueur et celles du personnage ne coïncides pas. Je caricature à peine le 1er dialogue avec l'homme mystère dans Asylum en le résumant de la sorte :"Allô Batman, c'est l'homme mystère. J'ai laissé tout un tas d'énigmes pour toi dans l'asile, seras-tu les résoudre ?". Ce n'est pas que Batman ait mieux à faire mais bon, il y a le joker et tout un tas de malades en liberté ainsi que du personnel en danger. Si on s'en tient à ce dialogue, franchement faire mumuse avec l'homme mystère, je me dis que Batman en a rien à battre. Alors nous joueur, on a des raisons de le faire: xp, plus de durée de vie et puis c'est une quête sympathique (même si on se demande parfois comment l'homme mystère a fait pour aller coller une énigme ou un item dans tels recoins ou tels autres),  mais pour Batman, je trouve que c'est une autre histoire. Ce qui est dommage, comme souvent, c'est qu'il suffirait d'un élément en plus pour que le problème ne se pose plus. Par exemple l'homme mystère aurait pu avoir posé une bombe ou détenir des otages et Batman aurait eu une raison valable de résoudre les énigmes. Ce problème là, il est corrigé dans City, toutes les quêtes annexes de City se tiennent de ce point de vue mais ça coince quand même. Car on est passé d'un jeu couloir où faire une seule quête annexe à côté fonctionne à un open world rempli de quêtes mais qui a gardé son scénario de jeu couloir !? Pour moi c'est un vrai problème, car Batman a cette fois des raisons valables de s'intéresser aux quêtes mais il n'a absolument pas le temps de s'occuper de toutes. Qui plus est, la trame de City est pour moi beaucoup plus dans l'urgence que celle d'Asylum, elle me donne envie de foncer alors qu'en même temps les devs me disent: " prend ton temps, amuse toi, va à gauche, va à droite" !

Quand je prends en main City c'est pour vivre une seule aventure et pas avoir d'un côté une trame principale qui se tient à elle seule et de l'autre un jeu open world. Rusher la trame principale puis faire les quêtes annexes ensuite ça ne m'intéresse pas, pas plus que l'inverse. J'ai donc joué en mode pilote automatique et c'est dommage car l'ambiance y est, le jeu n'est pas mauvais, loin de là mais dès que je regarde l'aventure dans son ensemble, je trouve ça tellement pas naturel, ce jeu n'a pas de corps. Du coup rien de ce que je fais dans Batman AC n'a de sens. J'avance parce que j'ai commencé. Ce n'est pas de l'ennui, c'est du désintérêt total pour ce que je fais. 

D'autant plus que le scénario n'est pas génial, il est lui aussi frappé par ce cette espèce de dédoublement. Puisque d'un côté il y a la trame rachitique d'Hugo Strange qui ne comprend que le début et la fin du jeu, et au milieu, il y a celle du joker. Le lien entre les 2 trames est inexistant, si ce n'est via un dialogue et une scène cinématique facile et rapide,  à base de protagonistes qui passaient par là comme par miracle (le Joker) et d'un Batman qui se fourre bêtement dans un piège dont il ne se dépêtrera que 9h plus tard..., zut le protocole 10 de Strange est lancé. Le joker m'a donc donné le sentiment de n'être là que pour meubler le manque d'inspiration de scénaristes qui n'ont même pas l'astuce et/ou l'envie de faire coexister efficacement les 2 histoires. Comprenez bien que séparément, les 2 trames ne sont pas mauvaises. J'estime même qu'ils auraient pu faire le jeu avec uniquement la trame de Strange, à condition bien sur de l'étoffer considérablement et un autre jeu avec celle du joker. Utiliser les 2 en même temps, c'est bien aussi peut-être même meilleur, mais encore fallait-il les marier intelligemment au lieu d'en utiliser une pour pallier la pauvreté de l'autre.

Alors, qu'elles solutions pour s'en sortir ? Soit un jeu au scénario identique mais avec moins de quêtes annexes. Soit on modifie le scénar pour qu'il se déroule sur plusieurs nuits tout en gardant le même contenu. Ainsi aurait pu être évité le plus gros problème que j'ai rencontré en jouant à ce Batman Arkhman CIty. Jeu au demeurant efficace, à l'atmosphère terriblement accrocheuse sur lequel j'aurais sincèrement aimé, comme sur Asylum, n'avoir que de petits regrets à formuler.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Vos tests de Batman : Arkham City - Game of the Year Edition

tous les tests