God of War : Ascension sur PlayStation 3, le test de otacon74

Publiez votre test
Signaler
otacon74
6
otacon74 PS3

Le poids des ans

 Une après-midi chez Sony Sant Monica….

Je nous revois encore lors de l’annonce de ce nous volet : quoi ? Encore ? Et une un épisode se déroulant chronologiquement avant en plus ?  Cette nouvelle mode, relativement de merde si vous me permettez l’expression, qui consiste à surfer sur le succès d’une licence pour encore racketter les fans à moindres frais m’indigne un tant soit peu. En anglais c’est du « IP milking ». Pour tout dire, on se sent plus comme un pigeon que comme une vache à lait.  

J’imagine le brainstroming chez Santa Monica studio après le développement de GoW III : « Bon les gars, la PS4 c’est pas pour tout de suite. On a bien 3 ans devant nous qu’est ce qu’on fait ? En 5 épisodes on a bien fait le tour de Kratos, on a plus rien à dire. Et puis creativement ça nous ferait du bien de passer à autre chose non ? Regardez nos cousins de chez Naughty Dogs qui lancent une nouvel IP. On pourrait faire pareil ?  »

Et là, un marketeux de lui répondre : «  Mer il est fou ? Les gars, vous continuez à me faire du GoW. Et puisque le multi ça a l’air de bien marcher en ce moment alors vous allez me coller un mode muti. Mwaaaahaaaahaaa ! A nous les millions de dollars de Call of Duty ! »

Je visualise totalement les créatifs du studio complètement dépités. Car, oui j’ose imaginer qu’il y a encore des créatifs dans ce studio…

 Qu’on se le dise God of War Ascencion nous sert la même soupe que les épisodes précédents. Si on pouvait encore le tolérer pour un soucis d’unité lors du troisième opus qui apportait le grand final d’une trilogie commencée sur la génération précédente, ou encore sur portables du fait des limitations techniques, cette fois si c’est la goutte de trop. Les animations qui n’ont pas bougées d’un iota depuis 10 ans c’est intolérable. Kratos fait de la peine et toute la mascarade technique déployée ne fait plus illusion : Ascencion est un jeu anachronique vendu comme une nouveauté.

 

Alors ce va se passer avant les épisodes qui se passent avant… Bobby, une aspirine please

Retour au brainstorming chez Santa Monica :

« Bon épisode 4 alors. Comment qu’on fait les gars ? Un reboot ? » Et le marketeux de répondre : « Mer il est fou ? Il faut capitaliser sur la licence coco ! Tu me fais la même chose qu’avant sauf que tu vas me rajouter un peu plus de polygones et plus de sang et de tripes. Ouai c’est vendeur ça ! Et surtout t’oublies pas mon mode multi hein ? »

 Et le développeur de reprendre la check list de comment faire un bon God of War :

-          Combat d’ouverture contre un streum geant : check

-          Metapuzzle : check

-          Amples mouvements de caméra pour aider à la résolution des indices : check

-          Niveau entier sur le corp d’un géant : check

-          Coffres cachés hors champ : check

-          Bestiaire (voir appendice) : check

-          Animation pour les combos (voir appendice 2) : check

 -          Animation pour les deplacements (librairie PS2) : check

 -          Noveaute pour cet opus : grimpette a la Uncharted et mode Multi

 « Bon Ok les gars on est bon. Maintenant, comment qu’on fait pour l’histoire ? Tout l’Olympe est dézingué et on a parlé de toutes les divinités grecques. Puis les coupins de Ready at Dawn ont déjà fait des prequelles ». Et le marketeux de répondre : «  Et bien faites la prequelle de la prequelle ! Ouai c’est bon ça, c’est moderne, c’est vendeur… Et surtout tu m’oublies pas le multi hein ?! »

Nous revoilà donc partit pour un tour dans les passé de Kratos. L’histoire se laisse suivre agréablement, de même que le voyage qu’il propose, avec une deuxième partie somme toute fort sympathique. Mais malgré toute la bonne volonté du studio une impression de déjà joué ne nous quitte pas tout au long de l’aventure. On en peut plus des mêmes animations, des mêmes ficelles employées depuis plus de 10 ans. Combien de fois avons-nous amélioré les lames du chaos ? (au passage l’inventaire de cet épisode nous renvoye d’ailleurs directement a l’ère PS2 avec un design des plus moches).

Je ne parlerais pas du multi  car après Max  Payne 3, Resident Evil 6, Tomb Raider, et tant d’autre, il va rejoindre la liste des jeux dont je n’ai même pas pris la peine de lancer le mode. A ce sujet messieurs les développeurs : arrêtez de nous coller du multi sur des expériences solo, vous gâchez du temps et de l’argent. En vous remerciant.

 

Bodybuildé, mais vide comme mon frigo

Au final on se sent un peu triste pour le studio. On voit bien qu’ils y ont mis du cœur et pour tout dire on passe un bon moment. Seulement on est en droit d’attendre l’excellence d’un God of War et celui atteint ainsi le rang de simple divertissement d’une après-midi pluvieuse. Et si vous me permettez une métaphore un rien misogyne, ce GoW me fait l’effet d’une jolie fille que l’on rencontre en soirée : toute pomponnée, aguicheuse et sexy, on passe un très bonne nuit ensemble, mais on sait que l’on ne fera pas sa vie avec. En grattant un peu on se rend vite compte qu’elle n’est pas vraiment intéressante et trop superficielle. Pour trouver la femme de sa vie on ira plutôt voir du côté de chez Platinum qui reste prophète en son pays.

Il est temps pour Kratos de prendre sa retraite. Nous serons ravis de le retrouver pour un reboot dans 10ans mais d’ici là nous ne souhaitons pas le revoir, même pas sur Vita, pitié non. So long good friend, take care. We had a long run but now it’s over.

 

Verdict: Hmmm…. D’occasion pourquoi pas.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Vos tests de God of War : Ascension

tous les tests