Time and Eternity sur PlayStation 3, le test de ryuzaki57

Publiez votre test
Signaler
ryuzaki57
5
ryuzaki57 PS3

perte de temps?

Avec Toki Towa (Time and Eternity dans votre langue), ImageEpoch a voulu ouvrir de nouveaux horizons au JRPG en réalisant leur jeu entièrement en style anime. C’est le cas : malgré la répétitivité des animations, la patte graphique dégage un charme certain qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Les personnages de Toki et Towa y sont d’ailleurs pour beaucoup, mais c’est une pure affaire de goût. L’humour aussi reste dans le même ton, c’est à dire burlesque à 100% sans jamais se prendre au sérieux, avec une bonne dose de blagues très fan-service (agrémentés par des artworks du même esprit). Elle est davantage proche de ce que l’on peut voir dans les animes/manga, avec des chutes soudaines et inattendues, et donc plus «efficace» que dans un jeu classique. Par contre, certains jeu mots pourraient perdre leur substance dans la traduction anglaise.

On s’aperçoit très vite que le gameplay ne tient pas ses promesses, car les ennemis répètent inlassablement les mêmes séries de coups. Un même type d’ennemi fera toujours les mêmes actions, dans le même ordre. Du coup, vous attaquez également toujours de la même manière, au moment des ouvertures car le contre est imprécis. Soyons clairs, les combats de Toki Towa ne sont pas répétitifs, ils sont IDENTIQUES. La magie est par ailleurs surpuissante, souvent capable de OHKO la plupart des ennemis. Du coup, les attaques physiques ne sont jamais utilisées. Pas davantage que les magies de manipulation du temps, hormis la dernière, très utile (voire indispensable quelques boss particulièrement agressifs), qui gèle complètement l’ennemi. Pour les autres, j’avoue ne pas avoir compris à quoi elle servent tant elle m’ont paru contre-productive, la palme du nimp’ revenant à l’accélération du temps pendant laquelle on se prend quand même les dégâts alors que les coups deviennent un million de fois plus durs à éviter… Ajoutez à cela un système de quêtes pas super motivant et une difficulté qui fait un bond monstrueux au 3e chapitre, et vous comprenez qu’il faut être particulièrement tolérant pour faire le jeu jusqu’à son terme.

D’un point de vue graphique et indépendamment des considérations de design déjà évoquées, Toki Towa est encore une fois très modeste et on sent que le développeur a voulu faire quelques économies. On retrouve le syndrome des donjons qui se ressemblent tous, avec des décors archi-vides souffrant de clipping et des ralentissements par dessus le marché. Les PNJs ne sont pas ou peu animés.

En fait, Toki Towa n’est pas vraiment un JRPG mais se situe à mi-chemin entre un visual novel et un dongeon crawler. Il ne saurait donc être conseillé qu’à ceux qui connaissent ces genres très japonais et qui sont tombés amoureux d’emblée de la direction artistique, de Toki ou de Towa. Et là encore, le risque de désillusion reste élevé…

Si vous êtes toujours intéressés et que vous voulez vous faire une idée plus précise de comment ça se joue, j'ai une vidéo maison sur mon blog.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Vos tests de Time and Eternity

tous les tests