Warriors Orochi 3 sur PS Vita, le test de ryuzaki57

Publiez votre test
Signaler
ryuzaki57
8
ryuzaki57 PSV

Sans pareil

Warriors Orochi 3 Ultimate est la version enrichie de Warriors Orochi Hyper sur WiiU, qui elle-même rajoutait un peu de contenu par rapport à la version PS3 du même nom moins le Hyper. Le tronc commun reste le même : WO3 est un immense cross-over entre les héros des différentes dynasties chinoises, les personnages historiques du Japon médiéval et quelques invités inattendus comme Ayane de Ninja Gaiden, Achille (!) ou même Jeanne d'Arc (!!). L'histoire commence par une résistance désespérée des derniers héros survivants face à un Hydre gigantesque, le terrifiant Orochi, qui l'emporte et recouvre le monde de ténèbres. Fort opportunément, nos héros en fuite rencontreront une prêtresse ayant le pouvoir de les renvoyer dans le passé, afin de reprendre le problème à la racine.

Bien qu'un peu facile, ce choix scénaristique donne lieu à des développements plutôt intéressants. Par exemple, après avoir assisté, impuissant, à la mort d'un des personnages alors que vous vous ruez pour le sauver, vous aurez la possibilité de changer le cours de l'histoire en bloquant l'arrivée des renforts ennemis plus en amont dans le passé et ainsi éviter la tragédie. Vous contrôlez un groupe de trois personnages de votre choix que vous pouvez utiliser tour à tour ou en même temps. Les différentes missions sont variées et il n'est pas rare de devoir attaquer, défendre, escorter ou voler aux secours de vos alliés. Car et c'est là le point le plus important du gameplay, votre groupe travaille de concert avec d'autres «généraux» (c'est l'appellation officielle) contrôlés par l'IA pour faire face aux nombreux généraux ennemis. A vous d'être partout à la fois pour les seconder, car chaque coup de main de votre part renforce le courage de vos partenaires et donc la situation du front. Cela donne une ambiance de fou aux batailes, surtout que certains alliés devrons être impérativement protégés sous peine de game over immédiat. Cela ce traduit souvent par des percées épiques sur toute la diagonale de la map, avec la rage de vaincre et l'exaltation de courir contre la montre. Les joutes se distinguent également par la présence de dizaines d'ennemis en même temps à l'écran, même si la plupart seront balayés tel des fétus de paille par vos assauts répétés.

Pour ce faire, vous disposez d'une panoplie d'actions plus que complète. Chacun des 145 personnages a une demi-douzaine de combos différents et une attaque spéciale. Vous pouvez également unir les efforts de vos trois généraux via un relais en changeant de perso en plein combo, le Triple Rush (qui est un relais spécial impossible à bloquer), et deux types d'attaques spéciales combinées d'une puissance colossale. Celles-ci ne seront pas de trop pour terrasser les boss impitoyables qui terminent les missions. C'est d'ailleurs le plus gros problème de WO3U : les boss de fin de niveau sont tellement plus forts que les généraux «classiques» qu'il n'est pas rare d'être démoli en l'espace de quelques secondes. Et voir l'écran de défaite après 20 minutes de mission alors qu'on touchait au but, ça fout les boules. Heureusement, WO3U vont permet de choisir la difficulté avant chaque mission, ce qui permet à tout un chacun de jouer à son rythme et de se familiariser en douceur avec les mécanismes de jeu.

Attardons-nous maintenant sur l'aspect graphique/sonore du soft. Avoir des tas de personnages à l'écran c'est bien, mais ça a un prix. En l'occurrence ici, c'est un clipping dramatique qui n'affiche pas les ennemis à plus de 5 mètres... C'est embêtant mais ça reste gérable étant donné qu'on a en permanence le nez sur la carte. En revanche, le framerate tient remarquablement le choc et je ne me souviens pas que ça ait ramé plus de 2 fois en plusieurs dizaines d'heures! Les décors sont franchement rudimentaires et le rendu de l'eau est carrément primaire. Par contre, un gros effort a été fourni sur les personnages qui sont aussi bien modélisés que sur PS3, sans compter l'excellence des animations et des effets spéciaux qui apportent une certaine classe voire une classe certaine à l'action. Omega Force a le souci du détail historique : on retrouve par exemple Date Masamune dans sa véritable armure ou le célèbre emblème de Mitsunari sur le haori de ce dernier (pour parler de ce que je connais). Les «invités» ne sont pas en reste et on note l'apparition remarquée (et remarquable) de Sterk de la série Atelier (hyper réussi, j'en suis resté moi-même ébahi), de Sophitia de SoulCalibur ou encore de Kasumi de Ninja Gaiden, et insistant bien sur le fait que cette dernière n'arriveraJAMAIS dans la version WiiU. On soulignera aussi la très bonne OST longue comme le bras (40 morceaux) dont le rock surprenant dynamise à mort les campagnes. Les doublages japonais sont formidables et donnent également la pêche, surtout en plein cœur des missions quand les pesonnages crient leur joie, leur détermination ou leur détresse. Les thèmes des phases de dialogue et les musiques d'ambiance du QG vous plongent aussi fort bien dans le jeu. Cerise sur le gâteau, vous pouvez choisir le morceau quand vous refaites les missions.

Au mode histoire déjà très long se rajoutent des modes de jeu secondaires d'intérêt variable (je vous reporte au billet du maître suprême Ichikyo pour les détails). Le mode duel, dans lequel on fait du 3 contre 3, ne m'a pas emballé du tout à cause de l'imprécision des commandes, du manque de fluidité des affrontements et du système de cartes/pouvoirs que je trouve trop aléatoire. Je passe rapidement sur les modes Free Mission et Shin Musô qui permettent essentiellement de se construire des parties personnalisées (un peu comme dans un Dissidia Duodecim) pour parler du mode Unlimited. Ce dernier est une aventure parallèle au mode histoire avec de plus grandes maps générées aléatoirement et joué avec une vue éloignée. Ce mode permet de switcher entre 5 personnages, et on comprend très vite pourquoi car à moins d'avoir une équipe en béton armé, il est impossible de faire plus de 200 mètres sans se heurter au mur de la difficulté. Un mode intéressant donc pour les perfectionnistes qui veulent faire le titre en long, en large et en travers. Tous ces modes peuvent se jouer en multi par internet ou en local. Terminons par le mode gallerie qui permet de faire de bien beaux fond d'écrans pour sa PSVita.

J'ai peine à comprendre pourquoi je ne me suis pas lancé dans cette série plus tôt : l'action est trépidante, le nombre de personnages incroyablissime, la durée de vie impressionnante et le gameplay accrocheur. Un jeu d'action unique qui passionne autant qu'il défoule.

Test imagé sur mon blog.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Warriors Orochi 3

tous les tests