The Last of Us sur PlayStation 3, le test de superclank

Publiez votre test
Signaler
superclank
10
superclank PS3

The Game of The Year Or of The Generation ?

Bon oui ce test sera encore un énième test pour vous dire à quel point ce jeu, pardon ce chef d'œuvre  est incroyable, magnifique, doté d'une histoire inoubliable etc ... Mais si vous n'avez pas encore fait le jeu, il faut que vous sachiez POURQUOI il est si génial, que vous sachiez à quoi vous attendre car The Last Of Us ne fait pas encore l'unanimité parfaite (surtout sur Gameblog). A la fin de ce test, vous saurez s'il peut vous plaire ou non.

Vous connaissez certainement déjà le résumé de l’intrigue : vous incarnez un homme ravagé par la vie de survivant, Joël, devant escorter une jeune fille du nom d’Ellie à travers l’Amérique. Pourquoi parlez de survie ? Et bien dans ce monde, post-apocalyptique imaginé par les développeurs de Naughty Dog, le cordyceps, virus initialement présent chez les insectes, s’est transmis à l’humanité, transformant les humains en infectés et prenant le contrôle de l’esprit. Très agressifs, aveugles mais sensibles au bruit, ils peuplent l’humanité ravagée qui quant à elle s’organise pour survivre comme elle le peut, quitte à se salir les mains, même en face d’autres survivants. Ambiance déjà lourde pour le survival. Pourtant, le jeu ne se veut pas vraiment « horror » et privilégie un autre domaine du jeu vidéo, qui s’est beaucoup développé ces dernières années : la narration.
Car oui, c’est bien la narration du jeu, la façon de raconter l’histoire qui en fait un chef d’œuvre absolu, le « Game of Millenium » comme dirait Nightmare1984. Comment elle se concrétise ? Déjà par une introduction absolument magnifique (dans tous les sens du terme) qui, un peu à la manière du film « Là-haut », à défaut de vous faire fondre en larmes, vous prendra aux tripes pour vous émouvoir au bout de quelques minutes. Suite à cela, le jeu saura vous poser le décor, cette ambiance de survie, à travers de nombreuses animations de PNJ, des dialogues entre les différents protagonistes, des écrits sur les murs ou mêmes dans les objets à collecter, à travers la brutalité des séquences d’action …

Bref autant ne pas tout vous dire mais le jeu réserve de nombreuses surprises à ce niveau-là. Au-delà de cela, l’histoire en elle-même saura vous intéressé et même mieux, vous transporter. Le jeu est d’ailleurs très immersif grâce à un HUD assez discret, une caméra très autonome sans aucun souci, un son extrêmement travaillé etc … Par cette immersion, le scénario, à défaut d’être révolutionnaire, gagne en intérêt en même temps que le joueur progresse, jusqu’à ce qu’il dépasse toute attente, vers la fin du jeu. Quant à la conclusion, elle est toute simplement magistrale. D’une grande intelligence, avec une libre interprétation totale sur la finalité des évènements, elle arrive comme la terminaison logique des évènements passés, début du jeu compris. Non seulement elle est complètement imprévisible (ne croyez pas la deviner, ce n’est pas ce que vous pensez/pensiez), mais elle concrétise tout le travail effectué sur les personnages du jeu. Aucun n’est vraiment manichéen. La fin non plus.  

Après le plus gros point fort du jeu évoqué, que dire du reste ?

Naughty Dog oblige, le jeu est absolument magnifique. C’est à mon sens, le plus beau jeu vidéo à ce jour, jouissant d’un travail sur les textures phénoménal au point que l’on se demande si tout n’est pas aussi réel que de simples photos, jouissant d’un éclairage somptueux, influençant directement sur l’ambiance et le ressenti du joueur sur telle ou telle séquence, d’animations splendides etc … sans parler de la direction artistique, reflétant bien l’idée que la Nature reprend ses droits sur l’humanité dévastée (avec d’ailleurs une jolie surprise vers la fin du jeu, concernant un animal) et surtout du character-design avec des infectés non seulement très crédibles dans leur progression, mais dans leur design. Sans parler de tous les effets tels que l’eau, le feu etc … encore une leçon de maître du studio de Sony !

Parlons gameplay à présent. Alors certes, soyons clair, ce n’est pas une révolution, ni même une originalité. Mais c’est un mix très efficace. Au final, le jeu se veut plus infiltration d’autre chose. Un peu déçu qu’il n’y ait aucune séquence de plate-forme (ou très peu) mais c’est un choix assumé à respecter. En ce qui concerne l’infiltration, elle reste simple mais satisfaisante. Au-delà du fait qu’il ne faudra pas juste aller d’ennemi en ennemi pour les avoir par derrière (on pourra varier les stratégies avec des pièges, des boucliers humains, des diversions), elle devient encore plus stressante face aux infectés, aveugles mais sensibles aux bruits. Se mettre accroupi ne suffira pas et il faudra approcher très furtivement si vous voulez avoir une chance d’échapper au « One-shoot » des infectés. Sans parler des diversions que l’on peut élaborer en jetant une bouteille par exemple. De ce fait et grâce au level-design fabuleux car variant constamment, on ne s’ennuya jamais et mieux encore, le jeu ne frustre à aucun moment. Terminé les « Put*** d’IA ennemie de me*** » qui laisseront place aux « Ah c’était ma faute ». Et quand l’infiltration se termine, l’action aux ptits oignons fait place ! Avec une superbe IA ennemie, cherchant à vous contourner,  les combats sont assez intenses car limité en munitions surtout en difficile qui reste pour moi le mode « de base » pour profiter pleinement de l’expérience. Un bon feeling des armes accompagné d’un corps à corps vraiment génial, encore plus évolué que celui d’Uncharted 3 et vous avez là un superbe gameplay.

Concernant la bande-son du jeu, c’est l’argentin Gustavo Santaolalla qui est au commande, plus connu dans le cinéma. Personnellement j’ai été un peu déçu qu’il y ait si peu de musiques mémorables. Au final, je ne retiendrai que 3 thèmes : le thème depuis le menu PS, le thème principal et le thème des crédits. Sinon la musique n’est pas mémorable mais le son quant à lui est très travaillé et permet de garder l’ambiance intacte et même de la  prolonger.

 

Ensuite pour le multi, il prend la fonction de complément du mode solo. Vous incarnerez un groupe de survivants dont le but sera de survivre pendant 12 semaines soit 86 parties. Le but ici, ne sera pas de gagner la partie mais de trouver assez de provisions pour nourrir votre faction. En plus d’intégrer parfaitement les éléments du mode solo comme le craft, il faudra être discret et ainsi, on ne se retrouve pas avec encore une fois un clone d’un autre mode multijoueur comme on pouvait s’y attendre. Le multi est donc un bonus très sympathique et loin d’être un gadjet voir un ajout inutile comme ça a pu être le cas pour … un autre jeu voulant se la jouer survivant en mars dernier.

Bref jusqu’à ce que GTA V arrive, The Last Of Us est très clairement le jeu de l’année pour le moment et il serait dommage de ne pas en profiter en ces temps-ci !

 

Cela dit, si vous n’êtes pas d’accord avec ce test donc mon avis, n’hésitez pas à en parler/débattre dans les commentaires car il s’agit seulement de mon avis et je ne prétends pas détenir la vérité ultime.  ;) 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Vos tests de The Last of Us

tous les tests