The Witcher sur PC, le test de Etrigane

Publiez votre test
Signaler
Etrigane
10
Etrigane PC

The Witcher, ou comment imposer un développeur en un jeu.

Dans le petit monde des jeux vidéos, il existe la branche des jeux de rôle, que l'on appelle les RPG (Role playing game), branche qui elle même se divise en deux catégories voisines qui entrent parfois un peu en conflit (l'une méprisant un peu l'autre) : le rpg occidental et le rpg oriental.
Le rpg occidental date d'il y a longtemps et propose quelques grands noms aujourd'hui entrés dans la légende : Ultima, Fallout, Might and Magic, Baldur's Gate, etc. Cependant, force est de constater que les rpg sur PC sont restés dans l'ombre pendant très longtemps, avec un manque cruel de nouveautés et de sorties depuis plusieurs années, si bien que les références du genre commencent à dater sévèrement.
C'est là qu'intervient The Witcher, dans un contexte de disette absolue pour le genre du rpg sur PC.
Et pour une claque, c'est une sacrée claque...

-------------------------------------------------------------------- Un univers à la fois classique et très particulier
--------------------------------------------------------------------
The Witcher est le premier jeu d'un nouveau développeur appelé CDProjekt. Ces gars là viennent de l'est, et ils ont adapté les romans d'un dénommé Andrzej Sapkowski, créateur du Witcher et de tout l'univers qui tourne autour.
Ce qui est étonnant, c'est que ce monde créé par Andrzej Sapkowski fait preuve d'autant de classicisme que d'originalité, pour nous servir finalement un univers haut en couleur et plein de caractère.

Voici un exemple de classicisme absolu : les races présentes dans ce monde sont les hommes, les elfes et les nains. On ne peut pas faire plus classique, il ne manque plus que les hobbits, et nous voilà embarqués chez Tolkien dans Le seigneur des anneaux ! Autre point très classique : ces différentes races ne s'entendent pas bien, et depuis quelques temps, des actes "racistes" se multiplient, et une véritable tension s'installe entre les humains et les autres races.

A côté de cela, de nombreux éléments sont franchement originaux : l'univers est sombre, très sombre, les elfes n'ont rien en commun avec les gentils elfes de Tolkien, nous nageons ici en pleine dark fantasy, et c'est d'autant plus jouissif que c'est rare dans un jeu vidéo. L'univers est médiéval, mais c'est un moyen age crasseux et miteux, où la misère se répand un peu partout, où des gens pissent contre les murs le soir tombé (véridique !), où des prostituées arpentent les quartiers mal famés (et le joueur peut s'offrir leurs services !). Autre point appréciable : la cohérence de ce monde, avec ses grandes villes, son fonctionnement, son Histoire, tout cela a fait l'objet d'un soin minutieux et c'est un véritable bonheur, car si la magie est bien présente, tout est vraisemblable. Et puis, et puis il y a les sorceleurs, le groupe auquel appartient le héros Geralt. Ces chasseurs de monstre étrange, ayant subi des modifications génétiques, sont vraiment intriguant et dérangeants. Les gens les craignent mais ils ont besoin d'eux.
Un régal. Je reviendrai plus tard sur l'alchimie, autre point très original de ce Witcher.

Dans cet univers va se déployer un scénario qui lui aussi parait faussement convenu. Le point de départ peut sembler banal puisque le héros, Géralt, célèbre sorceleur aussi charismatique qu'inquiétant, début l'aventure amnésique en compagnie d'autres sorceleurs. Le coup de l'amnésie du héros est tout de même un artifice scénaristique peu inspiré, vu des centaines de fois dans des jeux de tous genres. Et pourtant, lorsque les choses se mettent en place, on se retrouve très vite plongé dans une intrigue captivante, avec des personnages ambigus et intéressants, et on s'aperçoit très vite que nous sommes mis face à de véritables choix moraux (pour changer) qu'il faudra assumer. Vous donnez un coup de main aux non-humains à plusieurs reprises ? Alors faites bien attention, car vos activités ont des conséquences parfois à long terme, et l'Ordre chevaleresque de la Rose Ardente finira par devenir votre ennemie, comme elle peut devenir votre alliée si vous rejetez les nons-humains.
Ca fait du bien de se retrouver face à de tels choix, d'être enfin mis face à de vraies responsabilités qui vous font hésiter lourdement quant à la marche à suivre.

Et puis, il y a toute la maturité de cet univers qui est fascinante. Le sorceleur est un séducteur né, et de nombreux personnages féminins passeront par son lit, ce qui débloquera systématiquement des petites séquences érotiques, ainsi qu'une "carte" du personnage féminin à regarder dans votre inventaire, la dame en question étant largement dévêtue sur la dite carte ! Dans ce jeu, on fait l'amour, on boit, on s'intoxyque avec des potions fortement agressives pour l'organisme...bref, on fait des choses que les éditeurs ne prennent plus le risque d'incorporer dans leurs jeux depuis des lustres à cause de la puissance des lobbies bien pensants qui sévissent aujourd'hui de façon insupportable dans nos sociétés modernes. Et franchement, ça fait un bien fou...

---------------------------------------------------
Le moteur de Nerverwinter Nights ? Tu plaisantes ?
---------------------------------------------------
Tout cela fait déjà bien envie, n'est-ce pas ? Mais ce n'est pas tout. En plus de la richesse de cet univers, le jeu est beau, vraiment très très beau. Il utilise le moteur graphique Aurora mis au point par Bioware pour Neverwinter Nights, mais franchement, on peut dire que le travail qui a été fait sur ce moteur le rend méconnaissable tant le rendu visuel est magnifique.
On ne peut qu'admirer les paysages, somptueux, les intérieurs comme les extérieurs ont fait l'objet d'un soin énorme, et le résultat est tout simplement bluffant. Et surtout, ce qui me plait par dessus tout, c'est la grande personnalité des décors et des architectures. Le monde de Witcher est reconnaissable instantanément, il ne ressemble à aucun autre, malgré ses affinités évidentes et bienvenues avec le vrai Moyen Age.
Ajoutons à cela un chara-design de folie, quoique répétitif en ce qui concerne les habitants des villes et des tavernes (les mêmes visages sont utilisés plusieurs fois pour les personnages sans grande importance) - et nous tenons là un des jeux les plus beaux de ces dernières années, pas tellement en terme de puissance hallucinante du moteur graphique, mais plutôt en termes d'inspiration et de caractère, ce qui est bien le principal.

Ajoutons à cela une chose à laquelle je tiens : les menus du jeu, pour l'inventaire, la feuille de personnages etc, les menus sont absolument sublimes. Je n'ai jamais vu des menus aussi beaux, aussi inspirés. On sent ici tout le talent des graphistes qui transpire d'une telle interface. C'est fou ce que ce jeu finit par dégager comme personnalité quand on aditionne tous ces éléments.

--------------------------------------------------
Un système de jeu novateur et addictif
--------------------------------------------------
Les combats n'ont pas convaincu tout le monde, mais moi, je suis plus que convaincu, j'adore littéralement le système de jeu de the Witcher.
Les sorceleurs utilisent des épées, des glaives, spécifiques à leur "profession". Ils utilisent deux armes : le glaive d'acier pour les êtres humains et les animaux, le glaive d'argent pour les créatures surnaturelles. Pour chaque glaive, il existe trois styles de combat : rapide, lourd, groupe. Chaque style propose des enchainenents uniques qui se déclenchent quand on appuie au bon moment sur le bouton gauche de la souris pour produire un combo.
J'adore ce système, il demande de rester vigilant et il entraîne des passes d'armes spectaculaires à souhait, dans lequelles ont voit Geralt se déplacer comme un chat, avec une agilité stupéfiante.
La seule chose qui gêne un peu, c'est que les autres armes que l'on trouve dans le jeu n'étant pas des glaives de sorceleur, elles ne servent strictement à rien car elles n'autorisent pas les enchainements de combat. Leur intérêt est donc fortement limité, et on peut dire que la personnalisation de l'équipement du personnage en prend un sacré coup. Les amateurs de customisation en sont pour leurs frais... Ceci étant dit, le jeu est tellement riche dans ses mécanismes que cela ne m'a pas beaucoup dérangé.

En plus de ses armes, Geralt a deux atouts supplémentaires dans sa manche pour se battre (c'est bien cela qui minimise le défaut de ne pas pouvoir varier les armes): la magie, que l'on appelle les "Signes", et l'alchimie, qui permet la préparation de tout un tas de potions.
Ce qui est fort, très fort, c'est que là où dans beaucoup de jeux, le craft ne sert en définitive pas à grand chose, il est ici fondamental car l'alchimie s'avère extrêmement utile, et même indispensable si on a la bonne idée de lancer une partie en mode difficile. Sans elle, certains combats seront quasiment injouables à niveau de difficulté élevé, voilà qui est donc très intéressant à mon goût. Ce qui est génial, c'est que chaque recette alchimique nécessite des ingrédients que l'on trouve dans la nature, certains sont rares, d'autres non, chaque recette alchimique nécessite une base alchimique à bse de boissons alcoolisées. Tout cela est remarquable et passionant.
De plus, alors que la magie des signes est relativement banale (signe de l'air pour faire tomber les ennemis, signe du feu pour les embraser, etc), les recettes alchimiques sont elles d'une fole originalité, je pense par exemple à l'elixir du chat-huant qui permet de voir dans le noir, ou à des potions qui permettent de voir le monde bouger au ralenti en accentuant tous vos réflexes. Achevons sur l'excellence de l'alchimie par cette ultime précision : chaque elixir a un niveau d'intoxycation matérialisé par une barre verte sous la barre de vie de Geralt. Il ne faut pas que la barre soit pleine, sans quoi vous mourrez aussi sec par excès d'intoxycation. L'alchimie est donc puissante mais il faut la manipuler avec soin, ce n'est pas un truc d'enfant de choeur mais une vraie substance aussi nocive qu'utile. Génial, je vous dis.

La progression du héros est également fabuleuse. Lorsqu'il passe un niveau, Geralt obtient des écus, de bronze, d'argent, d'or. Ces écus lui permettent d'acheter ses compétences dans tous les domaines : tous les signes magiques, tous les styles de combat.

------------------------------------------
Au final : un de mes jeux préférés
------------------------------------------
J'adore ce jeu. Viscéralement. Je veux voir débarquer d'autres jeux de cette trempe, je veux des jeux aussi matures et intelligents.
Un jeu comme celui là rend banal et sans intérêt beaucoup d'autres productions soi disant blockbuster.
Il s'agit là du premier jeu de CDProjekt, total respect pour ce nouvel éditeur dont je suis devenu instantanément un fanboy militant.
Ces gens là, je vais suivre leurs projets futurs de très très près, car The Witcher m'a mis une claque comme je n'en avais pas prise depuis longtemps. Et tout le monde sait qu'une bonne claque, de temps en temps, ça fait du bien !
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Vos tests de The Witcher

tous les tests