Sniper Elite V2 sur PlayStation 3, le test de Nightmare1984

Publiez votre test
Signaler
Nightmare1984
6
Nightmare1984 PS3

Bosch du travail de pro ???

La tendance du jeu vidéo depuis quelques années c’est le FPS de guerre moderne avec un gameplay à la fois simple et efficace afin d’attirer un large public. Rebellion prend les joueurs à contre-pied en proposant avec Sniper Elite V2 un TPS sur la seconde guerre mondiale avec un gameplay exigeant basé sur l’infiltration et la discrétion. Quels sont ses arguments pour séduire un public en voie de disparition ?

 

Vole Einstein.

 

Berlin mai 1945. Le IIIème Reich est sur le point de capituler. Les nazis et certains scientifiques allemands qui ont développé les missiles V2 attirent la convoitise des russes. Ces derniers leurs proposent l’hospitalité de la Mère Russie afin de mettre la main sur cette technologie destructrice. Bien entendu les américains ne l’entendent pas de cette oreille et envoient derrière les lignes ennemies Karl Fairburne, un tireur d’élite expert pour ce qui est de l’infiltration et les tirs à longues distances afin d’essayer d’empêcher ce qu’on appellera quelques temps plus tard la guerre froide.

Ne vous attendez pas à un scénario complexe à la Kojima style. D’ailleurs il y a quasiment aucune cinématique et l’histoire/briefing nous est conté par la voix off du héros avant chaque mission. En revanche, il est agréable pour un jeu estampillé seconde guerre mondiale, que le déroulement de l’action se situe quelques jours avant la capitulation et aux prémices de la guerre froide. Ce qui aura comme conséquence dans le jeu de devoir affronter les troupes allemandes mais aussi russes. Les deux camps se faisant la guerre mutuellement ou par la suite s’allieront pour protéger leurs intérêts communs. Bref votre seul allié sera votre fusil de sniper.

 

Kombat Mortel.

 

Comme le rappelle le titre du jeu, on incarne un sniper d’élite. La majorité du temps, il faudra tuer les ennemies de loin et avancer prudemment ensuite. Pour cela Karl pourra s’équiper d’un fusil de sniper parmi les trois que propose le jeu. Mais attention au bruit. Dans les années 40, les silencieux pour ces armes n’existaient pas. Pour ne pas se faire repérer il faudra en plus de trouver une bonne cachette, attendre qu’un bruit ambiant couvre le son de la détonation. Ça se traduit le plus souvent pas un tir de mortier au loin, le son d’un avion, d’un éclair, d’un haut-parleur ou le clocher d’une église. Dans les modes de difficultés les plus élevés (difficultés qui peuvent être entièrement personnalisable), faire mouche avec précision demandera de prendre en compte certains facteurs comme le vent, retenir sa respiration ou l’effet de Coriolis. Il ne sera pas rare de devoir tirer un bon mètre au-dessus de la tête de la cible choisi afin de la toucher pour les tirs à très longues distance.

Un tir bien placé déclenchera une kill cam montrant la trajectoire de la balle jusque dans le corps de la victime avec une vue rayon X. Tout y passe : foie, cœur, poumon, cervelle et pour les plus sadiques il sera même possible de tirer dans les testicules, dans les doigts pour les arracher ou sur une grenade accrochée à la ceinture d’un nazi…sadique !

Pour progresser dans le jeu il faudra bien entendu avancer en toute discrétion car il suffit d’une rafale de MP40 pour envoyer le bidasse de l’oncle Sam ad patres. Pour cela on aura à notre disposition, en plus du fusil de sniper, la possibilité de transporter une mitraillette et un pistolet ainsi que des explosifs (grenades, mines, dynamites). Cependant les munitions pour ces armes sont limitées, nous obligeant à fouiller chaque cadavre à la recherche de précieuses balles. Comme dans tout TPS qui se respecte, Karl pourra se mettre à couvert derrière un obstacle, cependant il est regrettable que ça ne marche pas à tous les coups. Autre défaut : l’impossibilité de changer de caméra en visée à l’épaule.

 

Medal of Horror.

 

Les graphismes de Sniper Elite V2 peuvent se résumer en un mot : moches ! Il n’y a pas à tergiverser, le soft de Rebellion semble tout droit sortir de la génération de consoles précédentes sans compter les textures baveuses, le clipping et tearing omniprésents ainsi qu’une modélisation des décors et des personnages tout juste acceptables. Seuls de beaux effets de lumières et un level design permettant des approches différentes relèvent légèrement ce tableau guère brillant.

La partie sonore est de meilleure qualité sans non plus être transcendante. Les musiques sans être inoubliables sont parfaitement dans le ton « seconde guerre mondiale » et les rares doublages sont correctes ; dommage que les ennemis répètent sans cesse les même phrases pendant qu’ils sont en alertes. Les bruitages en DTS sont efficaces. Ce qui est curieux c’est lorsque l’on veut courir. Le bruit de nos pas résonnent comme si que l’on était dans une grotte et font beaucoup plus de bruit qu’un tir de mortier ?!

L’IA ennemie est plutôt bancale. Tantôt intelligente pour ce qui est de faire diversion et de contourner le joueur en phase d’alerte et stupide quand un soldat est proche de nous hésitant de nous tirer dessus ou parfois même faisant preuve d’une cécité incompréhensible. En tout cas ce ne sont pas les snipers ennemis qui sont aveugles. Impossible de les prendre en traitre en les contournant furtivement car ces derniers voient à travers les murs…

Autre problème : l’emplacement des ennemis est scripté. Il suffira d’avancer un mètre de plus dans une ruelle déserte pour qu’apparaisse par enchantement des soldats alors que la zone était sure. Cela gâche une bonne partie du plaisir de jeu pour ceux qui voulaient se la jouer en mode infiltration totale. Plaisir de jeu que l’on retrouve décuplé dans les modes coop en ligne.

 

Army of Two.

 

Une fois la campagne solo achevée, ce qui prendra une dizaine d’heures en mode normal, divers modes en coopération jouable à deux s’offrent aux joueurs :

Il y a d’abord la campagne jouable en coopération avec un ami mais malheureusement uniquement en ligne. Il y a beaucoup plus d’ennemis et ils sont répartis dans différents endroit de la campagne solo.

Ensuite il y a le mode Tuerie qui consiste à survivre pendant dix vagues d’ennemis de plus en plus nombreux. Un mode classique où il faudra veiller sur les arrières de notre compagnon.

Le mode Bombardement est une course contre la montre où les deux joueurs doivent récupérer des pièces détachées aux quatre coins de la carte pour réparer leur véhicule endommagés afin de s’échapper avant que tout soit bombardé.

Le mode Observation est surement le plus original des quatre. Un joueur incarne un sniper isolé dans un bâtiment pendant qu’un autre joue le rôle de l’éclaireur. Ce dernier doit s’infiltrer derrière les lignes ennemies et marquer les cibles pour que le sniper les élimine et le couvre pendant qu’il remplit les objectifs de mission.

En bref des modes coop sympathiques, mais malheureusement il n’y a pas de serveurs ce qui peut engendrer des lags par moment. Il n’existe pas non plus de salon répertoriant les parties créés. C’est-à-dire qu’on ne peut pas savoir combien il y a de parties en cours et il faut constamment lancer une recherche en espérant tomber sur un joueur. Bien sûr il est possible de créer son salon et d’inviter un ami. Là Sniper Elite V2 prend tout son sens.

 

Les plus:

 

- Un gameplay exigeant.

- L'ambiance.

- La campagne solo jouable en coop...

 

Les moins:

 

- ... mais uniquement en ligne.

- La réalisation de piètre qualité.

- IA bancale.

 

Malgré ses nombreuses lacunes, Sniper Elite V2 reste un jeu prenant pour les amateurs de TPS à la progression lente et furtive. Un jeu à conseiller pour tous ceux qui auraient appréciés la démo jouable et qui cherchent autres choses que de l’action sans concession.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Sniper Elite V2

tous les tests