Pokémon Jaune sur Game Boy, le test de VengeurMasquay

Publiez votre test
Signaler
VengeurMasquay
8
VengeurMasquay GB

Une aventure électrique !

Hommage aux 90′s

Aujourd’hui je sais que je vais faire plaisir à du monde. Pokemon c’est pour la plupart des joueurs une belle histoire d’amour parce qu’on s’en souvient tous comme de notre première cuite leçon de vélo. Qui ne se souvient pas ce raz de marée culturel, de Pikachu  et sa bande (coucou Roger !), de la folie des cartes à jouer, des échanges entre Gameboy à la récré et enfin du dessin animé le matin sur TF1  responsable de la réputation gamine donnée à la saga. Parce que oui les kékés qui surkiffent les productions actuelles (coucou Call of Duty) en rigolant de Pokemon car « caypourlaybaybay » alors c’étaient les premiers à baver devant Mewtwo étant jeune sont dans le faux.

Madame et messieurs, aussi amusant que cela puisse paraître: Pokemon c’est joué en ce moment même par l’élite des joueurs. Je préfère pas rentrer dans les détails avec les conneries d’EV, de Sweeper, Pseudo-Hazer et compagnie car on s’en fout, là on va causer nostalgie. Pokemon premier du nom est sorti chez nous en 1999 et quasiment 4ans plus tôt chez les japonais. Pour l’histoire, on incarne un jeune dresseur de 10 ans sorti du cocon familial qui va partir à l’aventure. Adorables créatures de poche, les Pokemon sont des partenaires et amis qui permettent d’aider les humains dans la vie de tous les jours. Mais nous comme on est des vrais salopards, on va plutôt s’en servir comme armes qu’ils se frittent entre eux. Votre mission, si vous l’acceptez, est d’entraîner une équipe de Pokemon pour exploser les 8 champions d’arènes, le conseil des 4, le champion de la Ligue, et une tripotée de dresseurs. Mais tout ça c’est sans compter sur un rival typé Brice de Nice qui va vous en faire voir de toutes les couleurs. Heureusement son grand-père le pédo Professeur Chen va vous aider à triompher étant donné qu’il déshérite son idiot de petit fils.

It prints money !

La grande force du concept de Pokemon c’est de proposer un jeu de rôle de grande qualité sur une console portable. A l’époque, le genre n’était pas très développé sur Gameboy, les rois du RPG ils étaient sur console 16 bits et sur 32 bits un point c’est tout. Si le tour par tour est un grand classique, Pokemon s’appuyait sur quelque chose  jamais vu encore: la capture de monstres. Vous avez déjà vu en 1995-1998 ça vous ? Tout simplement dantesque, Pokemon c’était 150 (OSEF de Mew l’incapturable) bestioles avec des caractéristiques différentes. Parce que si on réfléchit bien ça offre beaucoup de possibilités, une centaine de personnages pour un RPG, ça défie les rêves les plus fous. Par contre il ne faut pas s’attendre à grand chose, ça reste basé sur du pierre-feuille-ciseau. Ainsi chaque Pokemon se voit attribué un ou deux types élémentaires: eau, plante, feu, électrique, etc… ou physiques: roche, sol, insecte, normal, etc… plus ou moins résistants à d’autres types. Le but est d’exploiter les faiblesses de chaque Pokemon pour tout déchirer.

Ensuite, chaque bête possède 4 attaques à apprendre au maximum: soit en montant de niveau soit par des capsules techniques. Là où c’est encore plus drôle c’est que passés un certain niveau les Pokemon évoluent ! Changement de forme, statistiques qui augmentent, c’est beau de voir qu’une otarie évolue en … lamantin ?! Après on aime ou non le design des Pokemon, les jeux de mots foireux qui leur sert de nom français et l’aspect stratégie plus ou moins poussé. Il faut dire que l’aventure solo n’offre pas d’autre choix que le bourrinage, il est d’ailleurs possible d’entraîner un seul Pokemon surpuissant car ça passe à l’aise pendant les 95% du jeu… Si l’on aime Pokemon, c’est pour plusieurs raisons. Déjà parce que le côté collection c’est marrant et ça offre une durée de vie de dingue. Véritable coup marketing de génie, il faut tout de même avoir un ami qui possède la version opposée pour échanger des Pokemon exclusifs à chaque version. Par la même occasion, certains chieurs doivent être absolument échangés pour évoluer… J’en connais qui doivent encore se frotter les mains en repensant aux ventes de Gameboy à cette époque.  Ce qu’on aime également c’est partir à l’aventure: découvrir de nouvelles villes, savoir qui sera le prochain champion d’arène, où se cachent les Pokemon légendaires. Avouons-le, on mettait des dizaines d’heures à tout explorer ne serait-ce que pour trouver les perles rares. Très complète dans l’ensemble, la région de Kanto était vaste et offrait un intérêt ludique réel. Qui aurait pu penser qu’un RPG social pourrait marcher ?

Caytaypasmieuxavant

On sera tous d’accord sur un point: cette première génération nous aura marqué au fer rouge… Nintendo aussi avec les liasses billets qui dépassent de la poche. D’ailleurs, ils ont bien compris qu’on aimait ça en prenant la mauvaise bonne habitude de ressortir une 3ème version dite « de conclusion » sur chaque génération. Un peu spéciale, la version Jaune est l’occasion de se la jouer Sacha Ketchum ( ça me fera toujours rire ce nom, Ketchum quoi…) avec son Pikascouille qui le suit jusqu’au bout du monde.

Si le scénario est légèrement modifié (oui il y’a un scénario dans Pokemon) pour revivre plus ou moins la trame du dessin animé avec l’apparition de Jessie/James ou encore Régis le beauf et son Evoli, cette version corrigeait quelques défauts. On retiendra surtout que l’on peut avoir les 3 starters dans une partie ce qui fait un bien fou puisque dans Rouge et Bleu il fallait obliger un ami à recommencer sa partie pour échanger un starter. Un vrai parcours du combattant, heureusement que la reproduction est apparue dans la génération Or/Argent pour faire un élevage de Bulbizarre… Malheureusement pour Rouge/Bleu/Jaune, on se rend compte des leurs défauts majeurs par le biais des versions plus récentes. Je sais, c’est pas bien de comparer un jeu vieux de plus de 10 ans avec les récents mais là y’a pas le choix. Aveuglés par la nostalgie, on se rend compte avec stupeur que Pokemon 1G ne vaut pas un copeck stratégiquement parlant. Tout simplement parce que la difficulté est peu présente (bien qu’étant gamin on s’en fichait) et que l’équilibrage entre les Pokebide est extrêmement mauvais. Alors je vais épargner une nouvelle fois le grand discours Nature/EV/IV/OSEF car ça s’est démocratisé avec les versions Advance et on s’en tamponne, mais beaucoup de Pokemon sont cheatés ou bien ne servent pas à grand chose. Par exemple, le type Psy n’est sensible qu’au type Insecte et Spectre, il a fallu attendre la 2G pour avoir le type Ténèbres afin de les contrer. Mais là où c’est à mourir de rire, c’est que les attaques offensives Insecte étaient inexistantes: la meilleur étant Double-Dard exclusivement réservée à Dardagnan et qui fait… 25 de dégââaaats (quand on pense à Megacorne de Scarhino qui fait 120 :snif: ). Quant au type Spectre, y’a juste l’attaque Ténèbres qui fait autant de dégâts que le niveau du Pokemon, en gros y’a même pas d’exploitation de faiblesses.

Je vais passer l’épogne sur les attaques Poison seulement efficaces sur Saquedeneu, sachant qu’aucun dresseur ne le possède… Pire encore, selon mes souvenirs les doubles-types étaient mal gérés. Exemple: Tentacruel est de type Eau/Poison, une attaque Plante est censée agir comme une attaque normale (le Poison est résistant à la Plante mais pour l’Eau c’est une faiblesse) et pourtant l’attaque n’était pas efficace, comme si le Poison était un type dominant. Super. C’est peut-être pas grand chose mais ça fait déjà beaucoup pour un jeu qui sert de base à une série. Mais bon OSEF, à l’époque on prenait le trio d’oiseaux légendaires et on faisait bouffer la poussière à n’importe qui. Ah c’était le bon temps.

Jeu qui restera dans le coeur des joueurs et dans le guiness des records de la meilleure recette Mamie Marketing, Pokemon 1ère génération a posé les bases d’une grande saga idolâtrée aujourd’hui encore. Si la nostalgie fait encore effet aujourd’hui, il est cependant regrettable de constater que les nouvelles générations dévoilent au grand public les faiblesses de la 1G. Types délaissés et inutiles, mauvais équilibrage entre les 150 bêtes, type Psy cheaté, la réalité fait mal aux yeux. . Néanmoins c’est dur de saquer ce jeu maintenant, à l’époque c’était une révolution quand même…

 

http://www.testandtroll.fr/

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Vos tests de Pokémon Jaune

tous les tests