God of War III sur PlayStation 3, le test de marko

Publiez votre test
Signaler
marko
10
marko PS3

God of PS3

 

 

Le dieu de la guerre est de retour. Que les dieux de l’Olympe en soient avertit. Après avoir réduit à feux et à sang les joueurs PS2 lors des premiers volets de God of War, Kratos nous revient sur PS3 afin d’asseoir sa suprématie. Si les deux premiers volets nous avaient marqués par leur réalisation graphique et leur gameplay ravageur, il ne reste plus qu’a voir si Sony Santa Monica a réussi à rééditer l’exploit sur le monolithe noir. Tenez-vous près, Kratos arrive. Et une chose est sur, c’est que ça va faire mal. Très mal.

La vengeance est un plat qui se mange froid.

God of War 3 débute là où le second volet s’était clôturé. Sur le dos de la titanesque Gaia, Kratos débute son ascension de l’Olympe avec le simple but de se venger et faire mordre la poussière aux résidents de cette divine demeure, Zeus en cible. Si le dieu de la foudre a de quoi glacer le sang aux simples mortels que nous sommes, le dieu de la guerre n’en démord pas et on sent la haine du fantôme de sparte à travers la brutalité et la maestria de la première heure de jeu. Epique, brutale et biblique, l’entame de God of War 3 est tout simplement renversante et est même la plus éblouissante qui j’ai pu voir jusqu’à présent. Mais ce n’est pourtant que le début d’une longue croisade solitaire où Kratos fera couler des hectolitres de sang par ses lames avant de porter le coup salvateur de sa douce vengeance. Si la mythologie grecque était à conter de nouveau, Kratos siégerait au sommet de l’Olympe. Roi des dieux.

Une réalisation divine.

Les deux premiers épisodes de God of War avaient su extirper toute la quintessence de la Playstation 2. Avec God of War 3, la PS3 se surpasse et nous livre ici l’un des plus beaux jeux de cette génération. Si ce n’est le plus beau. Artistiquement sublime, la réalisation de God of War 3 est à la limite du sans failles. Des effets de lumières divins, des textures fines et détaillées, une profondeur de champ titanesque saupoudrée d’animations fluides et d’effets visuels de premier ordre. On s’en prend plein les mirettes du début jusqu’à la fin sans même tomber sur un détail gênant. Du grand art. Il n’y a qu’à s’arrêter sur la première heure de jeu pour s’apercevoir de la prouesse technique de Sony Santa Monica. Malgré un combat d’anthologie avec une dizaine d’ennemis, une profondeur de champ incroyable et les Titans qui se meuvent sur l’Olympe, le jeu n’en démord pas une seule petite seconde et reste d’une stabilité bénie par les dieux. Si vos yeux se sont embués sur la démo, attendez-vous à un choc visuel à vous en faire perdre la vue. L’ultime combat de Kratos où la violence sanguinaire de sa vengeance est dépeinte avec le brio et l’habilité des plus grands maitres de la RenaissanceJ’en ai encore la mâchoire endolorie.

Un gameplay providentiel

Malgré l’extase visuelle qu’est God of War 3, c’est avant tout sur ses mécaniques de jeu que le titre de Sony Santa Monica explose de milles feux. Basé sur les mêmes principes que les deux premiers volets, le gameplay de God of War 3 a su se renouveler en y apportant quelques subtilités qui font la différence. Comme une panoplie de nouvelles armes diaboliquement accrocheuses, un système d’esquive revisité et un petit jeu de pouvoirs ravageurs. C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures. God of War 3 nous confirme ce proverbe en nous donnant toujours autant de plaisir avec un gameplay pourtant déjà éculé. La prise en main est rapide, les combos sont fougueux et l’on passe d’une arme à une autre en un simple claquement de doigts tout en trucidant nos ennemis à coups de lames du chaos. Tout comme dans les anciens volets, les QTE (Quick Time Event) sont toujours de la partie et ils sont même le point de départ d’une orgie visuelle où Kratos s’adonne à l’art de l’éventrement, charcutage ou lacération en règle. L’art de mêler sadisme et plaisir par l’intermédiaire d’un amas de pixels joliment agencé.

Mais God of War 3 trouve également sa force dans son level-design astucieusement étudié. On parcourt le jeu avec toujours la même fougue, sans avoir l’impression de perpétuer les mêmes massacres. Et pour finir de façon grandiose, chaque nouvelle zone est ponctuée par un combat biblique où l’on affronte des boss à la taille démesurée. Un pur plaisir. God of War 3 nous transcende chaque seconde avant de finir en apothéose. On en veut encore et toujours.

Le champ des sirènes.

En plus d’un gameplay ultra maitrisé et d’une réalisation époustouflante, le jeu n’avait besoin que d’une bande son d’envergure pour achever son tableau de maitre. Chaque combat est rythmé par des musiques à la fois épiques et divines. On est sans cesse envouté par ces délicieuses mélopées qui nous immergent dans ce fantastique tableau de la mythologie grecque. Le jeu étant doté d’un doublage intégralement en français, la voix de Kratos résonne comme celle d’un dieu en colère qui est sur le pas d’achever sa destiné macabre et vengeresse. En plus d’un réel délice visuel, le jeu est un bonheur auditif. Et si par chance vous possédez un ensemble home cinéma, branchez-le et prévenez les voisins. Le tsunami God of War 3 est en route et il va faire très mal. Une fois la dizaine d’heures passées avec Kratos achevées, on en redemande encore, on en veut encore plus, on veut de nouveau défier les dieux. Et c’est bien la dessus qu’on s’aperçoit que Sony Santa Monica a marqué un tournant dans le jeu-vidéo. Une chose est sur, c’est qu’il y aura un avant et un après God of War 3 !

VERDICT : 10/10

Lorsque j’ai débuté ce blog, et même lorsque j’écrivais pour Play3live, jamais je n’aurais pensé, un jour, mettre la note maximale à un jeu. Sony Santa Monica nous livre ici une folle épopée, baignée dans une réalisation de maitre et saupoudrée d’un gameplay maitrisé à la perfection. Après un départ sur les chapeaux de roues, le jeu prend un rythme de croisière parfaitement maitrisé, ponctué par des combats épiques, inoubliables et grandiloquents. La première chose qui nous vient à l’esprit lorsque l’on termine le jeu est de le recommencer en mode titan, juste pour le plaisir d’affronter les dieux. Même si l’on n’est pas un fan des Beat Them All, passer à côté de God of War 3 serait une erreur. Et de taille !

 

http://www.supa-games.com

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Vos tests de God of War III

tous les tests