Red Dead Redemption : Undead Nightmare sur Xbox 360, le test de Cronos

Publiez votre test
Signaler
Cronos
6
Cronos X360

Plus mort que vivant ?

Premier "vrai" DLC potable pour Red Dead Redemption, les critiques pour cet add-on sont dans l'ensemble plutôt bonnes. Beaucoup soulignent l'aspect contenu/prix, "comme d'hab pour Rockstar", sauf qu'on oublie un peu trop facilement les anciens packs de niveaux ou de persos, vendus pour le même prix. On pouvait donc légitimement penser que cette nouvelle aventure solo rejoindrait les "TLAD" et TBOGT" de GTA 4. Sur la forme en tout cas...

Evidemment, tout l'aspect graphique a été remaniée pour le "zombifier", et ça marche du tonnerre: lumières blafardes, ambiances lugubres, tout ça agrémenté de nouveaux évènements aléatoires dynamiques en rapport avec cette mystérieuses épidémie zombie. John Marston cherche à découvrir ce qu'il se passe et va rencontrer la plupart des personnages de l'aventure principale, plus ou moins changés, ce qui confirme que cette aventure est en quelque sorte "parallèle" à l'aventure d'origine.
Malheureusement, la quête principale n'est franchement pas le principal atout de cette aventure. Certes, les cinématiques sont toujours aussi soignés, ainsi que les dialogues, mais on peut pas dire que les situations soient réellement originales: recherches de plantes pour West Dickens, massacres dans les cimetières pour Seth... Et ceci est pratiquement la moitié des missions principales. Car si vous désirez faire uniquement l'histoire principale en ligne droite (sans toucher aux annexes), vous n'en aurez pas pour très longtemps, c'est-à-dire grosse modo moins d'une dizaines de missions, et pas forcément transcendantes, sauf la fin qui du coup propose un environnement inédit. Heureusement, j'aurais envie de dire...

Mais il y a les à-côtés. Et là c'est quand même plus costaud: missions annexes (très brèves) qui sont juste là pour revoir des anciens personnages, nouveaux défis dont de nouvelles cartes au trésor, des animaux légendaires comme les fameux Chevaux de l'Apocalypse (à choper très rapidement si vous ne voulez pas vous taper ces satanés chevaux zombies) ou encore les survivants à retrouver (qui remplacent les desperados) et les villes à sauver. Mais tout ça sent clairement le manque d'ambition à la longue, même si on est agréablement surpris au début. On répète les mêmes choses, on se retapent des cueillettes parce que la plupart des nouvelles armes ne fonctionnent que grâce à des mélanges de plantes, et on ne peut même pas camper pour aller directement à une ville. Obligation de faire ça de sa chambre...

Malgré tout, le côté zombie est rigolo. Le tromblon est efficace, le côté survie pour mettre de côté la recherche d'argent au profit des munitions, les munitions au phosphore provoquent de jolies couleurs...Ça change du gameplay d'origine (je n'ai plus utilisé la fonction de couverture contre le décor), mais le côté molasson "Rockstar" en prend un coup et on pestera contre le manque de dynamisme du personnage quand des dizaines de zombies vous attaqueront. Plusieurs fois je me suis fait avoir parce que mon personnage met du temps à faire demi-tour ou qu'il n'arrive pas à sauter une rambarde pour échapper aux morts-vivants...

Mais n'allez pas croire que ce Undead Nightmare ne vaut pas le coup d'oeil, il vaut effectivement ces 800 points mais n'aurait jamais valu plus. Il n'atteint pas le solide "Lost and Damned" ou le génial "Ballad of Gay Tony", où les devs s'étaient complètement lâchés pour sortir des situations excellentes. Ici, on reprend les mêmes recettes en apportants pas mal d'ajouts mais qui au final ne sont utilisés que pour rallonger une durée de vie paresseuse. Les situations ne sont jamais incroyables, on se la pète sur son cheval de feu, on sourit devant le côté série B assumé, mais malheureusement ça s'arrête là.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Vos tests de Red Dead Redemption : Undead Nightmare

tous les tests