Minecraft sur PC, le test de Cuяtis

Publiez votre test
Signaler
Cuяtis
10
Cuяtis PC

I shoot my arrows in the air sometimes...

Il était une fois, perdu quelque part entre Lego Clonk et Left 4 Dead, un ovni vidéoludique de ceux qu’on aimerait voir plus souvent. Cet ovni vivait dans un monde merveilleux riche en pixels colorés et promettait des nuits blanches en casacade à quiconque oserait s’en approcher. Il s’appelait Minecraft.

 

Développé sous Java par le seul génie du suédois Markus Persson a.k.a. Notch, ce jeu indépendant en mode «sandbox » (comprenez pas d’objectif à proprement parler) vient tout juste de sortir. Et pourtant c’est déjà un véritable phénomène. Si on se réfère aux sites, déjà plus de 8 millions d’inscrits parmi lesquels plus de 2 millions ont souscrit à la version payante. Comment expliquer ce succès ? Commençons d’abord par définir le principe et les différents modes de jeux. Dans Minecraft, vous incarnez un humain dans un monde divisé en blocs où le credo  « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » prend tout son sens. Vous pouvez à loisir « découper » tout bloc pour le replacer ailleurs ou bien le transformer en autre chose. Minecraft est divisé en deux modes de jeu distincts qui permettent deux approches et deux sensations complètement différentes.

 

Dans le mode «Creative », gratuit, vous disposez d’une quantité illimitée de blocs et vous ne connaissez pas la mort, ce qui permet de construire ce que vous voulez, de la tour de Pise à Pikachu en passant par un Van Gogh. C’est le mode de jeu qui convient aux artistes qui aiment exhiber leurs créations. Certaines sont très réussies et les meilleures sont parfois adulées par la communauté. Le mode « Survival » payant, entre 15 et 20€,  possède en revanche un gameplay plus complexe.  Vous commencez sans rien dans un univers hostile. Il vous faudra récupérer plusieurs blocs de bois sur un arbre, en faire des planches qui servent ensuite à la fabrication d’outils et abris qui faciliteront votre survie.

 

En effet, une fois la nuit tombée, de féroces et mignonnes créatures apparaissent et ne jurent que par votre trépas. Zombies et araignées qui vous traquent, squelettes archers ou encore creepers kamikazes qui explosent au contact, ce charmant bestiaire vous donnera du fil à retordre si vous n’êtes pas équipés. Mais le jeu est infiniment riche et vous pourrez étoffer votre arsenal à mesure que vous exploiterez à coups de pioche les ressources minières qui se cachent sous terre. Construire une ville fortifiée, un château, un stade, le tout relié par un métro souterrain accolé à une mine riche en minéraux précieux, c’est possible avec Minecraft. Les premières minutes seront déroutantes pour le joueur. Nous sommes en 2011, l’habillage des jeux a pris une place importante dans le développement (parfois au détriment du gameplay), mais force est de constater que Minecraft n’est pas très joli, cependant cela ne gêne qu’un temps. Les bruitages sont corrects, et la bande-son uniquement au piano est sublime.

 

Un amas de pixels se dresse au loin, et je peux apercevoir le soleil tout aussi carré que le reste. Arrivé au bord d’une plage, il faut obligatoirement trouver un abri avant que la nuit tombe. Je fais quelques pas et pénètre dans une forêt pour ramasser quelques blocs de bois. Je les transforme en planches et en bâtons. Avec ces planches je fabrique un atelier pour ensuite créer le patron d’une hache en bois en combinant planches et bâtons de manière intuitive. La hache me permet de couper les arbres plus vite et donc de gagner du temps. Plus que de l’argent, dans Minecraft le temps c’est la vie. Je me suis fabriqué un abri de fortune avec des planches de bois, de quoi passer ma première nuit tranquille. Juste à temps. Je respire un bon coup. J’entends déjà les morts se lever dehors. Je perçois un cri plus fort que les autres. Je me retourne. Un zombi dans mon abri, j’ai oublié de mettre une torche,  et sans lumière les monstres peuvent survenir n’importe où. Ma hache en bois ne servira pas, et je n’ai pas fait d’épée. Il me dévore sans pitié. Retour sur la plage où tout a commencé. Mon inventaire est vide.

 

Cette expérience haletante mais malheureuse montre à quel point l’instinct de survie doit être présent à chaque instant sous peine de sanction car en mourant vous perdez tous les objets que vous portez, bien qu’il soit possible de fabriquer des coffres pour stocker vos biens précieux. Le soft prend évidemment une toute autre ampleur et devient un must en multi. En effet, il est possible de créer un monde persistant pour que différents adeptes du jeu puissent cohabiter et s’entraider dans l’harmonie pour créer des structures gargantuesques à plusieurs. Minecraft permet l’utopie d’une genèse de nouvelles sociétés, mais attention toutefois à ne pas laisser entrer sur le serveur un pyromane qui pourrait littéralement réduire en cendres vos constructions à l’aide d’un simple briquet.

               

 

Minecraft est un jeu de la trempe de ceux qui peuvent phagocyter très rapidement le temps de sommeil. Comme il n’y a aucun objectif à accomplir, c’est au joueur de fixer ses propres règles selon ses propres envies. Ce bijou vient ravir le quotidien de ceux qui pourraient éventuellement se lasser de leur vie misérable. Minecraft offre la possibilité à tous de créer à partir de rien ce que vous voulez. D'être. De détruire. Bref, Minecraft permet tout, ou presque. Mais vous ne serez pas seul, il existe aussi une communauté importante de moddeurs qui commence déjà à introduire de très nombreux nouveaux éléments et des projets dantesques de construction fourmillent aux quatre coins du monde et réunissent de plus en plus de joueurs au moment où j’écris ces lignes.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Minecraft

tous les tests