Dark Souls sur PlayStation 3, le test de Nightmare1984

Publiez votre test
Signaler
Nightmare1984
8
Nightmare1984 PS3

Un jeu qui saoule ?

« Prepare to Die » tel est le slogan de Dark Souls. Il est très rare, voir unique de nos jours, qu’un éditeur fasse de la pub en ciblant les hardcoregamers; vous savez cette catégorie de joueurs couillus qui n’aiment pas l’assistanat dans les jeux vidéo. Mais au final, Dark Souls est-il vraiment si difficile que cela?

 

Destination finale.

 

Bienvenue à Lordran, ce royaume où il fait bon vivre avec son village pittoresque remplis de mort vivants et autres abominations, sa forêt au demeurant paisible mais qui se révèle très accueillante en monstruosités une fois que l’on s’aventure un peu trop loin, sans parler de son magnifique lac où vous pourrez apercevoir avec un peu de chance une jolie créature possédant sept têtes que l’on croyait disparu depuis fort longtemps. Et ce n’est qu’un tout petit aperçu que propose Dark Souls en terme de destination, alors troquez votre appareil photo contre un équipement bien plus adapté à cette expédition hors du commun!

Cette fois-ci les développeurs de From Software propose aux joueurs d’arpenter un monde totalement ouvert et sans temps de chargement. D’inspiration de la mythologie germano-nordique, le bestiaire pourra sembler moins inspiré que dans Demon’s Souls; la faute sans doute à des boss moins charismatiques et des niveaux beaucoup plus « génériques ».

Si vous avez été déçus par le scénario de Demon’s Souls, ne vous attendez pas à mieux dans cette suite spirituelle, bien au contraire. Même si il existe beaucoup plus de PNJ, ces derniers n’apportent rien de plus à une histoire qui se résume en gros à sauver le royaume de Lordran ou en prendre le contrôle. Mais bon un « Souls » ça se déguste ailleurs…

 

Jeanne Dark.

 

Tout comme Demon’s Souls, on commence l’aventure en créant son personnage et en choisissant sa classe parmi les dix proposées. On retrouve à peu de chose près les mêmes que dans son prédécesseur. La nouveauté vient surtout de la nouvelle classe: le Pyromancien. Un choix parfait pour les débutants car la Pyromancie ne requiert aucune compétence. Bien sur libre à chacun de transformer un magicien en brute espèce ou un chevalier en adepte de la magie. Le choix du sexe n’aura cette fois aucune incidence durant l’aventure.

Dans Dark Souls chaque ennemi tué rapporte des âmes. Ces dernières servent de monnaie d’échange pour acheter des armes ou équipement dans les différents magasins, les réparer ou les améliorer, mais servent également à upgrader son personnage en améliorant sa vitalité, sa force ou son endurance par exemple. L’endurance est une des particularités de Dark Souls car l’essentiel du gameplay se repose dessus donnant un petit côté simulation au jeu. En effet chaque action utilise un peu d’endurance: donner un coup d’épée, se protéger derrière son bouclier, courir, faire une roulade etc…  Cela donne des combats stratégiques où il faut connaitre chaque coup et faiblesse de son adversaire et réagir rapidement en conséquence.

 

Aide humanitaire.

 

L’autre particularité de Dark Souls c’est que lorsque l’on meurt on perd toutes les âmes que l’on avait en poche (mais pas ceux de son inventaire) et son Humanité pour peu que l’on était pas déjà une Carcasse. Le joueur réapparaitra au dernier feu de camp « touché » et devra récupérer ses âmes à l’endroit de sa mort tout en évitant tous les ennemis qui auront réapparus à l’exception des Boss et sous-Boss. Le concept d’Humanité et de Carcasse est très simple. De base le joueur incarne un mort vivant. Pour redevenir humain et donc pouvoir jouer en ligne, il faudra utiliser de l’Humanité se trouvant un peu partout dans le jeu, le plus souvent en tuant des rats.

Il n’est nul besoin d’être sous forme humaine pour utiliser certaines fonctions en ligne tel que qu’écrire/lire des messages ou voir les marques de sang dévoilant les derniers instants de vie d’un joueur avant son trépas. Ces aides permettent aux joueurs du monde entier de s’entraider et de prévenir sur la stratégie à adopter ou les divers dangers à esquiver. Sous forme humaine Il sera possible de laisser une marque blanche au sol pour qu’un joueur puisse vous invoquer dans son monde afin de partir à l’aventure en coop limité à quatre. Des marques d’invocation de différentes couleurs pourront également apparaitre afin de faire appel à des joueurs ou des PNJ.

En contrepartie n’importe quel joueur pourra envahir un monde sous forme de spectre noir pour voler des âmes ou remplir ses objectifs de serment. Malheureusement l’absence de serveurs se fait cruellement ressentir lors des affrontements en PvP avec du lag. Autre défaut gênant de Dark Souls ce sont les bugs de collisions. Mourir à cause d’un mur ou d’une branche invisible dans des endroits très exigus est assez rageant. Pour finir dans le registre des plaintes, hormis les contrôles de bases, le jeu est avare en explication laissant le joueur se débrouiller seul dans des menus qui ne sont pas des plus explicites.

 

La communauté de l’anneau.

 

La réalisation globale du titre est satisfaisante dans l’ensemble malgré certaines textures légèrement baveuses. Côté sonore les musiques épiques lors des combats contre les Boss laissent la place à des atmosphères plus silencieuses lors des phases d’exploration. Tout dépendra du talent de chacun pour quantifié la durée de vie de Dark Souls. Mais il faut savoir que l’aventure commence réellement en New Game+.

Que les joueurs débutants ou n’ayant pas une grande expérience dans le domaine se rassurent , Dark Souls n’est pas un jeu d’une grande difficulté mais exigeant ne laissant peu de place à l’erreur. En jouant prudemment et en progressant lentement il sera même rare de mourir. De plus il est tout à fait possible de finir entièrement le jeu en coopération. La communauté est toujours bien présente et d’une gentillesse incroyable. Les divers checkpoints déguisés sous forme de feu de camp un peu partout dans le monde de Lordran achèveront de rendre le jeu beaucoup plus accessible et moins frustrant que Demon’s Souls pour les néophytes. Alors si le jeu vous tente n’hésitez pas!

 

Les plus:


- Le gameplay d’une telle richesse.

- Les fonctionnalités online.

- Moins frustrant mais toujours aussi exigeant.

- La grande liberté offerte aux joueurs.

 

Les moins:


- Les bugs de collisions.

- L’absence de serveur.

- Un character design moins inspiré.

- Un background pauvre.

 

Avec une ambiance moins sombre et un univers manquant d‘une âme, Dark Souls porte mal son nom. Mais derrière ça se cache un gameplay d’une telle profondeur qu’il en sera difficile d’en percer toutes les subtilités et autres possibilités durant plusieurs New Game+. Ajoutez à cela un online toujours aussi ingénieux malgré les lags en PvP et une liberté d’action totale et vous obtenez un des meilleurs Action/RPG de cette génération.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Dark Souls

tous les tests