Uncharted 3 : L'illusion de Drake sur PlayStation 3, le test de sopor

Publiez votre test
Signaler
sopor
4
sopor PS3

La grande illusion...

Oui, Uncharted 3 est une nouvelle performance visuelle et technique de Naughty Dog qui maîtrise la PS3 comme personne. C’est splendide, avec un souci du détail permanent, une mise en scène inspirée et une recherche artistique énorme (lieux, architecture, costumes…) Dans une interview présent sur le blu-ray, Amy Henning explique d’ailleurs qu’un Uncharted se construit non pas sur une idée de scénario mais sur les défis techniques que s’impose l’équipe (en gros, on créé du sable et on voit ce qu’on en fait après)

Mais Uncharted 3 marque avant tout l’échec du gameplay. Among Thieves fonctionnait sur un effet wow (il s’essoufflait juste sur la fin et tombait le masque) qui faisait passer au second plan le côté couloirs et automatisé. Pour Drake’s Deception, Naughty Dog a opté pour un rythme plus posé (entre le 1 et le 3), construit autour de 3 ou 4 grandes séquences, répartissant le reste entre grimpette à un bouton, baston heavyrainienne (ouch…), courses-poursuites façon LA Noire (aie…), énigmes mollassonnes et trip hallucinogène un peu foiré. Prises une à une, ces séquences sont très souvent une insulte au joueur et son habileté pad en main (le passage dans le désert). Par contre, quand Naughty Dog mêle ces différents gameplay sur une séquence (par exemple gunfights + grimpette + corps-à-corps), à coups de passages cultes, Uncharted 3 convainc autant qu’Among Thieves et son rythme infernal.

Le reste du temps (soit la moitié de l’histoire, à la louche), Uncharted 3 se regarde davantage qu’il ne se joue, à la mode de la plupart des blockbusters actuels qui utilisent de plus en plus la grammaire cinématographique et oublient celle du JV. Le jeu n’est plus le jouet du joueur mais celui des développeurs. Simplement, Naughty Dog est plus malin qu’un David Cage, pour citer le plus célèbre des fossoyeurs du JV et du gameplay à la papa, ou disons moins copernicien, et cache sa révolution derrière des séquence plus traditionnelles (gunfights et plateformes) pour ne pas effrayer le public très conservateur du JV.

Finalement, Uncharted 3 est bien ce que Sony voulait : une vitrine technologique pour sa PS3, un solo pour tous (en difficile ça ne l’est vraiment que dans le dernier tiers et encore…), un film interactif qui impressionne et qui tient en haleine non pas pour ce qu’on y fera mais pour ce qu’on y verra (la séquence finale ne déçoit pas en ce sens). Naughty Dog est allé au bout de la logique Uncharted. Il est temps de passer à autre chose.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Vos tests de Uncharted 3 : L'illusion de Drake

tous les tests