Uncharted 3 : L'illusion de Drake sur PlayStation 3, le test de Kidrok

Publiez votre test
Signaler
Kidrok
8
Kidrok PS3

Drake Queen ou Drake King?

C’est en fin d’année 2007 que Nathan Drake réalise son entrée sur PS3 avec Uncharted: Drake’s Fortune. Développé par le déjà reconnu studio Naughty Dog, le titre réussit parfaitement son lancement et parvient à s’écouler à presque 4 millions d’exemplaires, se forgeant ainsi une bonne réputation parmi les amateurs d’aventure/exploration. Deux années s’écoulent avant de voir débouler Uncharted 2: Among Thieves, une suite attendue fébrilement par beaucoup à la vue des premiers visuels diffusés. Plus beau, plus varié, ajoutant un mode multi plutôt sympathique, cette suite met clairement tout le monde d’accord, et ce sont plus de 5 millions de joueurs qui sautent cette fois le pas. Il n’en faut pas plus à Sony et Naughty Dog pour lancer le développement du 3ème volet des pérégrinations de Nate. Essorage de licence ou vraie suite motivée, c’est ce que nous allons tenter de savoir dans ces quelques paragraphes. Mais avant toute chose, petit retour dans le passé...


Naissance et histoire du vilain toutou

Fondé en 1986 par Jason Rubin (il quittera le studio en 2004) et Andy Gavin (ami d’enfance de Rubin, les deux compères sont à l’origine de 14 jeux signés ND), le studio restera indépendant jusqu’en 2001, date de rachat par Sony. Le studio est à ce jour dirigé par deux personnes que sont Evan Wells et Christophe Balestra (cocorico!). Le succès de Naughty Dog est en partie venu grâce à l’excellente franchise Crash Bandicoot, débutée en 1996 sur Playstation 1. ND, c’est également la célèbre licence Jak and Daxter apparue pour sa part en 2001. La suite des évènements, vous la connaissez avec la création en 2007 d’Uncharted et le succès tant critique que commercial depuis lors. Le studio est installé dans le même immeuble californien qu’Insomiac Games, d’où la relation privilégiée entre les deux équipes. Partage d’idées, de main d’oeuvre (exemple de Mark Cerny, game designer, qui a travaillé indifféremment avec les deux studios sur de nombreux projets comme les Ratchet&Clank ou Jak and Daxter), les deux studios n’hésitent pas à s’entraider pour la conception de leurs jeux.



De Francis à Nathan Drake

Quelles meilleures bases pour créer un jeu vidéo que l’Histoire avec un grand H? Le postulat de départ de la série Uncharted est plutôt simple: Nathan Drake, notre protagoniste, se présente comme un descendant du célèbre navigateur anglais Francis Drake, et consacre sa vie à suivre les traces de son auguste ancêtre afin de retrouver les richesses du défunt explorateur. Cette idée de départ est des plus audacieuses quand on sait que Francis Drake n’a jamais enfanté, et qu’il n’a donc logiquement pas de descendance. Tout comme son supposé ancêtre, Nate va donc traverser de nombreuses contrées afin de recoller les morceaux d’un puzzle enseveli depuis des siècles (pour rappel, Sir Francis Drake a vécu de 1540 à 1596). Mélangeant faits réels et légendes entourant les expéditions de Drake, la licence Uncharted offre, à l’image des Tomb Raider, un dépaysement total et des ambiances variées. De l’Amazonie à l’immensité du Pacifique, de l’Himalaya au désert yéménite, Nathan Drake sillonne le monde pour le plus grand plaisir de nos rétines.



Quelques anecdotes pour briller en société.

* une facile pour commencer: “uncharted” est un terme anglais signifiant inexploré, non inscrit sur une carte. Lien évident avec l’aventure, l’exploration.

* Nathan Drake est doublé (en V.O) par Nolan North, acteur qui a une carrière dans le jeu vidéo aussi longue que le bras. ( Desmond Miles dans les Assassin’s Creed, Le Pingouin dans Arkham City, le prince du Prince Of Persia de 2008,...) Le doubleur français, Bruno Choel, est également une pointure, puisqu’il est le doubleur attitré de Johnny Depp, Ewan McGregor ou encore Mark Wahlberg .

* Mark Wahlberg, acteur qui a d’ailleurs été préssenti pour jouer le rôle de Drake dans une éventuelle adaptation cinématographique..

* De nombreux clins d’oeil aux productions antérieures de ND sont disséminées dans les différents Uncharted:

- Dans Drake’s Fortune, le nom “Ottsel” (combinaison de “otter”, loutre, et “weasel”, belette) appraraît sur la tenue de plongée d’Elena. Les connaisseurs auront reconnu la beloutre comme étant la race de Daxter.

- Toujours dans Drake’s Fortune, l’un des trésors à ramasser n’est autre qu’un oeuf de Précurseur. (Série Jak and Daxter)

* chose étrange, dans Uncharted 2, la doubleuse française d’Elena Fisher change subitement aux ¾ du jeu.

* Amy Hennig, célèbre pour avoir collaborée à l’écriture de la série des Legacy Of Kain, est la scénariste principale de Drake’s Fortune et Among Thieves. Le magazine Edge l’a même nommé parmi les 100 femmes les plus influentes du jeu vidéo.



Intro avis


Dans ce 3ème volet de la saga Uncharted, Nate part sur les traces de Thomas Edward Lawrence, et indirectement sur celles de F.Drake, avec comme objectif la cité perdue d’Iram située dans le désert du Rub al-Khali.Comme à son habitude, Drake n’est pas seul et pourra compter sur Victor “Sully” Sullivan, Chloe Frazer, Charlie et autres compères.


Après la claque que nous avait mis le somptueux Uncharted 2, le défi était de taille pour Naughty Dog; et surclasser ce 2ème opus en terme de réalisation pouvait sembler bien difficile. Et pourtant, force est de constater que cet U3 parvient encore une fois à nous émerveiller grâce à des décors sans cesse renouvelés, colorés avec finesse et vivants. Les pérégrinations de notre aventurier préféré nous amèneront dans diverses  contrées, toutes aussi chatoyantes les unes que les autres. Vous voyagerez ainsi à Cartagène (Colombie), dans un château de l’Ouest de la France, au Yémen,... Je vous laisse la surprise pour les autres destinations afin de garder intact le plaisir de la découverte. Outre des décors de toute beauté, le jeu offre des animations de grande qualité. Nathan est parfaitement intégré dans l’univers du jeu et les différentes conditions extérieures jouent sans cesse sur la démarche de notre héros. Vous verrez ainsi régulièrement Nate tendre la main à proximité d’une paroi ou encore changer sa démarche en fonction de son état de fatigue. De nombreux détails servant à plonger le joueur au coeur de l’aventure et du scénario. Un scénario évidemment rempli de rebondissements, de courses poursuites, de dialogues à vocation humoristique, bref, tous les ingrédients réunis pour créer une aventure dans la lignée d’un Indiana Jones pour ne citer que lui. Au niveau de la bande sonore, c’est à nouveau Greg Edmonson qui est en charge du projet. A la tête d’un véritable orchestre mêlant instruments à cordes, à vent, cuivres, le compositeur nous livre encore une fois un travail de qualité grâce à des compositions très inspirées. Chaque lieu visité a droit à son thème, souvent en accord parfait avec l’atmosphère dégagée. Les nombreux changements et variations dans le rythme des morceaux permettent de souligner l’intensité de l’action ou bien au contraire de ménager des moments de calme. Une réussite également pour les doublages des protagonistes, que ce soit en version française ou originale.



U3 se compose d’un mode solo, mais également depuis le second opus d’un mode multi. Nous laisserons de côté cet aspect pour nous concentrer sur le gameplay solo du jeu. Comme chacun le sait sans doute, U3 est un Third Person Shooter, agrémenté de phases d’exploration/plate-forme et saupoudré de quelques énigmes. Concernant les gunfights en eux-mêmes, peu de changements, le maître mot étant toujours “dynamisme”. Le système de couverture est au centre du gameplay, mais tout est fait pour vous déloger de votre cachette. Dans les modes de difficulté supérieure, il est primordial d’être souvent en mouvement, les ennemis ayant apparemment un gros stock de grenades à vous envoyer. Le nouveau système de renvoi des grenades est d’ailleurs très bien implémenté et permet des retours à l’envoyeur dévastateurs. Autre nouveauté, les gunfights “à la verticale” qui surviennent lors de certaines phases. Celles-ci mélangent avec brio escalade de parois abruptes et combats à l’arme à feu. Les affrontements sont en général très dynamiques, et l’on peut aisément alterner corps à corps et combat à distance. L’armement est conséquent, même si la limite de deux armes portées à la fois est toujours présente. A vous donc de bien choisir votre équipement préféré et de toujours savoir où les munitions se trouvent. En ce qui concerne les phases de plateformes, là-encore, pas de bouleversement. Elles donnent lieu à des séquences dignes des plus grands équilibristes, et Nate se retrouve en permanence dans des situations à première vue désespérées. Les énigmes, quant à elles, sont en général plutôt bien amenées et pas si dures que ce que l’on pourrait penser de prime abord. L’aventure se révèle bien équilibrée entre phases de combats intenses, phases d’exploration/grimpette et énigmes pas trop ardues. Niveau longévité, pas de miracle puisque vous parviendrez au bout du solo en 10h environ. Les multiples trésors à dénicher vous pousseront sans doute à retenter l’aventure une seconde fois. Pour le multi, que vous soyez amateurs ou non, sachez que l’on retrouve le dynamisme du système de combats et que les cartes sont bien construites. Une raison de plus pour rester quelques moments supplémentaires dans la peau de Drake.

 

 

Pour clore ces quelques lignes, on peut dire qu’à l’image des nombreux “numéros 3” sortis récemment (Gears Of War 3, Saints Row 3, Resistance 3...) , Uncharted 3: L’Illusion de Drake est un excellent divertissement, sans grand bouleversement ni prise de risque, mais toujours aussi plaisant à jouer. La seconde moitié de l’aventure surclasse même les premiers chapitres un peu trop classiques, et parvient à nous faire ressentir à nouveau ce dépaysement et cette soif d’aventure que l’on avait tant apprécié dans l’opus précédent.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Uncharted 3 : L'illusion de Drake

tous les tests