Silent Hill : Downpour sur PlayStation 3, le test de Masahiko666

Publiez votre test
Signaler
Masahiko666
6
Masahiko666 PS3

Silent Hill Downpour.

La licence Silent Hill est passée dans plusieurs mains, et tous les joueurs ont constatés la déchéance de la série. Le premier opus HD nous ayant laissé un goût amer dans la bouche, les développeurs de chez Vatra Games nous avaient promis un retour aux sources que beaucoup de fans, tels que moi, attendaient avec une impatience mal contrôlée.

 

C'EST L'HISTOIRE D'UN MEC QU'ON CONNAIT

Murphy Pendleton est un prisonnier. Afin de se venger d'un homme qui l'aurait dénonçé, les matons lui offrent ce plat froid sur un plateau d'argent en l'enfermant dans les douches avec la victime. Cette petite scène servira de tutorial, qui, il faut le dire, est bien intégrer dans le scénario. L'idée est brillante.

Puis, le jeune homme ténébreux sera transférer vers un autre pénitencier. En embarquant, Pendleton scrute les visages de ses compagnons d'infortune. Aucun ne semble vraiment expressif, mise à part la petite fliquette, bien mignonne. Mais son coup d'oeil semble plein de reproche. Sur la route, une brusque et mystérieuse embardée envoie le bus dans le ravin, en pleine forêt. Murphy se réveille quelques minutes plus tard, seul, abandonné, et perdu. En se frayant un chemin à travers les arbres et les ravins, le pauvre prisonnier se retrouvera dans la ville de Silent Hill, qu'il devra parcourir en quête de fuite.

D'ailleurs, au premier coup d'oeil sur ce Pendleton, quelques images d'un autre personnage vous viendront rapidement à l'esprit. Mais à qui ressemble t'il ? Et, en avançant un peu dans l'histoire, le déclic arrive. Il s'agit de Henry Towsend, héros de...Silent Hill 4... Et les similitudes ne s'arrêteront pas ici. Vous serez poursuivit par la petite policière, tout comme dans le premier épisode. Vous êtes face à la ville embrumée sans arme (du moins au début), ce qui vous confère une sorte de grande vulnérabilité, sans compter cette lumière rouge qui vous poursuit de temps en temps (Silent Hill 3). Vous devrez parcourir les rues et les quartiers résidentiels de la colline silencieuse (Silent Hill 2)... A ce stade, on peut presque parler de plagiat. Si un retour aux sources signifie un retour en arrière, Vatra s'est bien planté sur ce coup...

 

LA QUETE DU BONHEUR

Et c'est fort dommage, car il y a de vraies bonnes idées dans ce jeu. Les quêtes optionnelles sont vraiment bien trouvée et rallonge la durée de vie agréablement. Il ne s'agira pas seulement de rapporter tel objet à tel endroit, mais aussi de déchiffrer des énigmes souvent bien pensées...un peu comme dans les 2 premiers opus. En réussissant ces dilemmes, vous gagnerez des armes en plus, mais surtout des articles vous donnant plus de précisions sur l'histoire des protagonistes, mais également sur votre passé. De quoi faire un peu plus de lumière sur le scénario, sachant que la saga est réputée pour sa difficulté de compréhension...

 

DE QUOI FRISSONNER

Vous rencontrerez, en cours de chemin, des personnages plus ou moins torturés qui, selon votre bon vouloir, auront certaines réactions. Lors de petites scénettes, vous pourrez discuter avec eux et leur répondre quelque chose, de manière sympathique ou totalement indifférente. Et selon ce chois, ils réagiront de manière bien spécifique. Malheureusement, si cela est une idée excellente, ces actions n'auront que des conséquences pour la fin du scénario. Il se peut même que vous ne revoyez plus ces protagonistes, qui auraient bien mérités un peu plus de profondeur.

Souvent, le décor tremblera, un mur s'effondrera, la musique s'accentuera...bref, quelques ficelles hollywoodiennes viendront s'incruster dans les moments phares. Mais cela restera très conventionnels, à tel point que vous anticiperez ces moments de peur primaire.

Les adversaires, quant à eux, sont bizarres. Habitués aux monstres torturés, hurlants de douleur, aux décors crades et teintés de sang séché, nous resterons un peu sur notre faim là. En effet, les ennemis sont bien plus humains que dans les précédents épisodes. Vous affronterez des femmes avec des griffes aux mains, des sortes de malabars en camisolde de force, et des sortes de likers (ces monstres écorchés dans Resident Evil 2) qui grimpent au plafond. C'est un peu léger, vous ne trouvez pas ? D'autres petits amis viendront vous titiller la barbichette, mais ce sera un peu plus loin dans l'aventure.

Quant aux combats, vous constaterez qu'ils sont copiés sur le précedent épisode avec des esquives en temps réel. Pour un retour aux sources, on aura l'impression que chez Vatra Games, ils n'ont pas eu le temps de programmer des affrontements. Cela reste donc assez "action" à ce niveau.

 

UN FAUX NAUFRAGE

En découvrant les premières images du jeu, le ton sera donné. C'est loin d'être laid, mais on n'atteindra pas des sommets non plus. Les textures sont riches, mais arbhorent souvent des couleurs ternes. De plus, le jeu rame énormément, surtout en présence de plusieurs adversaires en même temps. Heureusement, cela ne gêne en rien les combats, car ces derniers resteront assez mous, malgré la dimension action de ces derniers. Visuellement, on se retrouve devant "Alone in the Dark Inferno". Par contre, les animations sont fluides et très bien représentées.

Si les musiques sont superbes, symphoniquement agréables, on restera tout de même perplexe devant ce changement. Car, on s'était habitué aux cris, et autres sons cinglants des titres précédents, et cela participait grandement à cette ambiance malsaine. Là, le jeu fait peur, c'est sûr, mais ne délivre pas ce sentiment de dégoût qui nous avait étreint auparavant. Retse que la bande sonore est jolie tout de même.

Le scénario est assez court. Comptez un dizaine d'heures maximum pour le finir. Mais, les mini-quêtes sont là pour allonger le tout, et on se laissera rapidement prendre au jeu, malgré qu'elles restent un peu similaires entres elles. Mais, la chasse aux informations sera la plus forte.

Côté animations, c'est propre, mais les nombreux ralentissements risquent d'agacer, surtout lors des affrontements, déjà mous.

====================================================================

On ous avait promis un retour aux sources, mais le changement n'est pas là du tout. Les idées innovantes sont au rendez-vous, mais il existe encore trop de similitudes avec l'épisode précédent. Pourtant, des personnages et des situations déjà présentes dans les premiers volets sont revenues, et cela gâche un peu plus le confort de jeu. Néanmoins, les mini-quête et le scénario sont intéressants et servent une galerie de personnages que l'on aurait aimé plus approfondie. A résever aux fans du genre...

Graphismes : 12/20.

Sons : 14/20.

Scénario : 15/20.

Jouabilité : 11/20.

Durée de vie : 16/20.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Silent Hill : Downpour

tous les tests