Xenoblade Chronicles sur Wii, le test de Etrigane

Publiez votre test
Signaler
Etrigane
10
Etrigane Wii

Xenoblade, le trésor qui n'est plus enfoui

Xenoblade, on peut dire que je l'ai attendu celui-là... Depuis son annonce, sa release au Japon, les rumeurs persistantes affirmant qu'il ne verrait pas le jour dans le reste du monde. J'ai ragé comme un ado pré-pubère pendant des semaines avec ça, jusqu'à l'annonce magique de ces derniers mois : sortie en europe, jeu traduit en français...joie, danse du bonheur et tout le tralala...

Mais Xenoblade, c'est quoi ? Eh bien, pour faire court, c'est simplement le meilleur rpg
japonais de cette génération de console, et de loin. Il faut dire que le monsieur derrière ce projet n'est pas n'importe qui puisqu'il s'agit de MONSIEUR "Xenogears" Takahashi. Pardonnez du peu, juste un jrpg tellement mythique que les fans en parlent encore, des années plus tard.

Allez, je vais essayer de ne pas trop me répandre (j'ai hâte d'y retourner en fait^^):

- le pitch : autrefois, sur un monde aquatique se battaient en duel deux géants absolument titanesques, dans un combat apparemment sans fin. Puis, on ne sait pas pourquoi, les deux bousins finissent par se figer, leurs épées tendues l'un vers l'autre formant une sorte de pont. Là, sur eux, sur leurs corps gigantesques, la vie va se développer de façons différentes. Sur Bionis, les Homz, des animaux et des végétaux apparaissent; sur Mekonis, des machines puissantes et redoutables gambadent pas joyeusement. Et c'est finalement à travers eux que va se poursuivre le duel entre les deux géants puisque ces deux peuples se vouent une haine mortelle et se battent sans cesse. Je n'en sais pas beaucoup plus pour le moment, mais même si le scénario peut paraitre à priori convenu (lutte des hommes contre les machines, déjà vu), je fais confiance à Takahashi pour enchainer les morceaux de bravoure jusqu'à un final qui s'annonce dantesque. Il ne faut pas oublier que le monsieur est pétri de philosophie occidentale, notamment Nietzsche, et qu'il peut être considéré (avec sa femme) comme un authentique intello dans le petit monde des jeux vidéos. Gageons donc que ce scénario va gagner en originalité/intensité au fil du temps.

- le gameplay : Takahashi a opté pour du combat en temps réel. Exit le tour par tour, exit les arènes de combat dédiées. Les ennemis apparaissent dans les décors, et sont donc évitables, béni soit-il. Mieux, la boite d'info qui apparait quand on lock un ennemi contient une couleur qui nous indique le danger que la bestiole représente par rapport à notre niveau. Si la boite est simplement noire, l'ennemi est vraiment plus faible et il ne vous attaquera pas. Cela permet donc de revenir dans certaines zones en quête d'un matériaux ou de n'importe quoi d'autre sans se refarcir des combats inutiles. Ya bon. Le système en lui-même est extrêmement dynamique, un peu brouillon dans un premier temps, mais rendu à 20h de jeu (mon dieu, déjà 20h et je ne suis qu'au tout début du jeu^^'), je sais dorénavant ce que je fais au poil de cul près et c'est vraiment jouissif. L'attaque est automatique dans ce jeu, et vous, vous choisissez les "arts" que vous voulez utiliser, en sachant que le positionnement compte dans ce jeu (un art de backstab ne procure son bonus de dégâts x2 que si vous vous placez dans le dos de l'ennemi).
En fait, pour les combats mais pas seulement (les quêtes aussi, et l'immensité), Xenoblade rappelle énormément les MMO. Il faut par exemple y gérer l'aggro. Vous balancez un backstab bien vicelard sur un mob ? OK, il se retourne directement vers vous et votre personnage est auréolé d'un cercle rouge, signe que toute l'aggro est portée sur lui. Il y a alors des arts qui permettent de faire baisser la tension de l'ennemi, et les tanks ont des pouvoirs qui permettent de reprendre l'aggro. Miam.

Mais ce qui me sidère le plus, finalement, dans ce jeu, c'est sa générosité. Ce jeu est le plus généreux que j'ai vu depuis des lustres : entre les arts, les liens sociaux qui influencent le combat, les compétences, les gemmes enchâssables à créer soi-même, le loot très dense (qui rappelle lui aussi le mmo ou les hack'n slash), l'immensité indécente des environnements et du monde à explorer, le nombre de quêtes annexes littéralement pléthorique... tout cela transpire de bonne volonté et on ne peut que saluer cette envie d'offrir un jeu une expérience radicale, qui reprend avec bonheur toutes les innovations du jeu de rôle de ces dernières années, en y ajoutant des petites touches bien senties (aaaah, l'épée Monado et ses pouvoirs incroyables). C'est une leçon pour pas mal de développeurs, et pas seulement du côté des consoles, croyez-moi, car Xenoblade n'est pas seulement qu'un j-rpg brillant, c'est un rpg tout court, et il est incontournable.

- La technique : le choix de la Wii peut surprendre et certains joueurs (souvent les plus jeunes) qui ne jugent les jeux que par les graphismes et la HD sont déçus par l'aspect visuel de Xeno, et affirment bien haut que le jeu est bon mais que sa partie technique le gâche. C'est bien évidemment une connerie monumentale. Si on tient compte du support sur lequel le jeu a été programmé, on peut dire que l'équipe de Takahashi a explosé toutes les limites de la Wii en proposant un jeu qui représente un émerveillement de tous les instants. Ce qui frappe le plus, c'est l'immensité indécente des décors et de l'univers, qui peut faire la nique à bien des productions PC actuelles. C'est simple, on ne voit pas le bout de certains décors, totalement ouverts à l'exploration. On voit des falaises dans le lointain en se disant que ce sont des éléments de décor. Eh bien non, on court pendant des lustres, on s'approche, on voit un passage sur un côté, on monte, et on se retrouve sur la falaise qu'on voyait 20 minutes plus tôt. Et là, si vous voyez en contrebas, de l'autre côté, un lac qui s'étend vers on ne sait quoi . VOus vous dites, habitué à des années de frustration : impossible. Alors vous sautez, au cas où, et là vous faites un plongeon formidable dans le lac et...vous nagez^^'. Vous nagez, vous explorez, vous trouvez des coins cachés (récompense d'xp). Et petit à petit, vous vous apercevez que vous êtes complètement accroc à ce jeu, qu'il vous offre tout ce que vous attendiez depuis longtemps. Et du coup, je prendrai le contre-pied en affirmant haut et fort que ce jeu est une tuerie sur le plan technique. Par précaution, je recommande quand même : utiliser le câble HD officiel si vous utilisez une TV HD + réglage de la TV HD, notamment la "définition" de l'image, il faut la baisser, quitte à obtenir une image un peu floue, afin de diminuer l'aliasing. Après avoir fait ces réglages, il n'y a plus qu'à déguster.

D'ailleurs, puisque je parle de frustration, le jeu de ce point de vue aussi est incroyable. Vous en avez souvent vu, vous, des jeux console qui vous proposent une sauvegarde où vous voulez ? Exit les points de sauvegarde à la con, vous n'êtes pas pris en otage par le rythme imposé du jeu. Et tout le reste est du même acabit.

Allez, je vais arrêter ce message bien trop long... Putain, j'adore ce jeu, ouh la la oui. Je n'en reviens même pas de pouvoir encore aimer un jeu à ce point là. Et bordel, ça fait du bien...Il y aurait encore beaucoup de choses à dire, tout aussi fantastiques, comme les ennemis différents en fonction du cycle jour/nuit (voire du temps qu'il fait), de leurs différents comportement aussi (quelle drôle d'impression de se rapprocher d'un mastodonte level 80 qui vous écrabouillerait en éternuant mais dont le comportement naturel est parfaitement inoffensif) ! J'avais peur d'être un peu déçu après avoir autant attendu ce jeu, mais il n'en est rien. Mieux, il dépasse très largement tous les espoirs que j'avais placés en lui. De loin...

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Vos tests de Xenoblade Chronicles

tous les tests