Bit.Trip Runner sur PC, le test de gregorifice

Publiez votre test
Signaler
gregorifice
8
gregorifice PC

J'ai testé pour vous BIT.TRIP Runner

Fraîchement débarqué sur une planète inconnue, en bon alien effrayé que vous êtes, vous vous mettez à courir. Courir pour vivre. Pour survivre. Peu vous importe les obstacles ou les prédateurs croisés. Votre instinct vous force à avancer, sans jamais vous arrêter. Faites le premier pas. Les suivants viendront d’eux même.

Profitant il y a quelques semaines d’une offre sur Humble Bundle, j’ai découvert de nombreux jeux dont le fameux BIT.TRIP Runner que je souhaite vous présenter. Une petite parenthèse pour vous expliquer le service Humble Bundle. Ce site ouvre régulièrement des créneaux d’achats pour des packs de jeux donnés à prix ouvert. Lorsqu’une offre est en cours, les internautes ont quelques jours pour aller sur le site, passer commande au prix qu’ils choisiront, répartir la distribution de leur achat (entre Humble Bundle, les développeurs et deux oeuvres caritatives) et attendre bien gentiment les liens pour accéder aux jeux qu’ils pourront télécharger sans DRM. C’est bien fait. C’est intelligent et ça profite à tout le monde pour peu que chacun y mette du sien : ne soyez pas chien, si votre travail mérite salaire, le leur aussi. ;)

 

Mais revenons en à nos Aliens. B.TR est un jeu qu’on pourrait qualifier de plateforythme. Je m’explique. Vous contrôlez un petit être (appelons le Run, au début j’avais choisi Robert, mais c’est pas top) uniquement vêtu de baskets et dont la seule obsession sera d’avancer. Mouvement qu’il effectuera par ailleurs automatiquement, entraîné par un scrolling horizontal endiablé. Le côté interactif de l’aventure intervient pour toutes ses autres actions : sauter, glisser, balancer un medium kick, … Chaque obstacle ou ennemi, toujours placé au même endroit, s’évite avec une action bien particulière : on saute au dessus des blocs, on passe sous le gros chat, on explose le diamant à la chuck Norris... (j’ai comme l’impression que l’univers vous fait ciller, non ?). Si, pour je ne sais quelle raison, votre course venait à s’arrêter, Run serait automatiquement propulsé au début du niveau, et après une courte pause pour retrouver le rythme, entamerai une nouvelle session. Run aura également la possibilité de faire évoluer une excroissance dorsale aux allures d’arc en ciel, qui ne sert à rien d’autre qu’augmenter la difficulté, ou de s’enrichir par quelques lingots disséminés ici ou là. Je commence à me demander si ce n’est pas le but final de cet alien... à creuser.

Chaque obstacle passé, chaque bonus amassé, entraînera un son qui viendra s’ajouter à l’ambiance 8 bits du niveau. Je vous avais précisé que tous les éléments étaient placés au même endroit dans chaque session, vous commencez donc à imaginer que chaque partie pourra être différente, sonoristiquement parlant, en fonction de vos performances. C’est là où intervient le côté rythmique du jeu. Si vous connaissez la musique de ce niveau par coeur, vous devriez presque être capable de le faire les yeux fermés.

Quant à parler de 8 bits, autant parler des graphismes. Votre première approche du jeu pourrait être difficile, puisque le parti pris a été de faire un oldie. Mais pas tant que ça en fait. Si vous regardez bien les décors du fond et tout ce qui se passe à l’écran, on finit par voir, au delà de la bouillie de pixels, un univers riche et pas si vilain.

Vous voilà partis pour 33 niveaux, 33 stages bonus et 3 boss de folie à la difficulté croissante. Le potentiel de rejouabilité est énorme, puisque pour chaque niveau, où la culture du Die and Retry est religion, vous aurez la possibilité d’augmenter vos scores et de tenir les comptes avec vos amis. Autant vous dire que finir ce jeu à 100% ne va pas être une mince à faire. Mais bon, c’est déjà ce que je vise avec Tap’n’Crash alors pourquoi pas.

J’ai testé BIT.TRIP Runner et j’en ai fait mon jeu de rythme du moment.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Bit.Trip Runner

tous les tests