Medal of Honor sur PlayStation 3, le test de Pedrof

Publiez votre test
Signaler
Pedrof
2
Pedrof PS3

La médaille du désastre

Dire que je n'ai pas aimé ce jeu serait un euphémisme. Non, Medal Of Honor m'a profondément ennuyé et c'est vraiment le pire que j'ai pu jouer en matière de jeu de tir depuis bien longtemps. A noter que je ne parlerai que du solo dans cette critique. Medal Of Honor reprend paresseusement la formule établie par Modern Warfare : du sprint, un accroupissement, des armes on ne peut plus imprécises en tir à la hanche, un viseur limité à quatre traits qui s'éloignent les uns des autres, une visée à l'épaule indispensable et enfin une violence graphique très discrète (ennemis lointains, impacts sur les corps peu marqués aussi bien graphiquement que physiquement, balles qui s'éparpillent vite ce qui rend difficile un tir concentré sur une partie du corps, sang discret, peu de balles pour tuer, corps qui disparaissent). Il ajoute bien deux mouvements supplémentaires, la glissade et les coups d'oeil mais ne s'arrête malheureusement pas à la jouabilité dans son pillage de Call Of Duty.

De COD, MOH a récupéré également une non-histoire, une multiplication de points de vue qui m'a donné le tournis et un dirigisme effarant, voire débilitant.

Parlons d'abord de l'histoire. J'ai été incapable d'entendre correctement les dialogues, ce qui fait que j'ai du activer le sous-titrage. Problème de mixage sonore. C'est simple, le jeu nous catapulte d'unités en unités, elles se déplacent et en gros mettent la misère aux Talibans. Et c'est tout. Il y a des cinématiques entre les niveaux mais dès leur début le jeu nous propose de les sauter ; on y voit des personnages dans un bureau qui se disputent via écran interposé. On devine qu'ils dirigent les opérations, après comprendre en quoi leur débat influence le jeu j'ai laissé tomber. Je n'ai vu aucune, mais aucune histoire dans Medal Of Honor. Vous me demanderiez qu'est-ce que c'est le début, qu'est-ce que c'est la fin je serais incapable de faire un lien entre les deux. A un moment du jeu des soldats se perdent et une autre équipe doit les retrouver. C'est à peu près le seul enjeu que j'ai trouvé dans MOH, et je précise que j'en avais bien rien à fiche. Les personnages sont complètement transparents, des caricatures. En plus il doit bien y en avoir une douzaine dans le jeu. Conclusion, l'histoire zéro. Pas d'histoire, juste une succession de scènes d'action dont je n'ai jamais compris les tenants et aboutissants, ce que les personnages faisaient dans ce décor, etc.

Le jeu ne semble absolument pas maitriser ce que produit cette multiplication des points de vue, cette obsession à vouloir filmer la scène dans la tête d'un personnage muet qui se fait tout le temps avoir. Ben oui, notre personnage est toujours le bleu de service, celui qui fait rien de son initiative (on y reviendra), celui qui tombe dans les pièges, celui qui est à l'agonie... Étrange. Ça produit aussi, au moins chez moi, une incompréhension, une désorientation permanente. On passe de corps en corps d'une mission à l'autre, voire d'une mission à une cinématique ou d'une cinématique à une mission. Ça n'aide pas à la compréhension des choses, rien que savoir le nom de son personnage, par moment j'ai galéré, et ça pose problème vu que les autres soldats sont tout le temps en train de nous dire quoi faire.

Voilà qui me permet d'enchaîner sur le dernier point qui m'intéresse. MOH, comme les précédents COD, nous met dans la peau d'un soldat entouré d'une escouade. Seulement voilà, cette escouade fait tout le boulot intellectuel des missions, et même une partie du boulot physique. En d'autre terme, on n'a jamais besoin d'explorer le niveau mais seulement de suivre le chef. On n'a pas besoin de réfléchir à comment aborder une situation, on obéit au chef qui a tout prévu. Folie suprême, si tu perds le chef de vue, pas grave : tu peux toujours faire apparaitre une icône en surimpression sur l'écran qui fait apparaitre le point à rejoindre. Conséquence de tout ça : c'est un peu comme si à chaque moment, on nous disait sur quel bouton appuyer. Mais vraiment à chaque moment. Quelle direction sur le joystick pousser, si je dois me baisser ou m'allonger... La marge de manœuvre du joueur est extrêmement limitée et je trouve pour ma part ce game design non seulement ennuyeux, somnifère, mais extrêmement débilitant. Je joue comme un zombi à MOH, j'ai vraiment pas besoin de réfléchir.

Alors une fois qu'on a trouvé des ennemis, là on met notre fusil à l'épaule et on aligne des cibles comme on peut. Notre arme étant systématiquement imprécise, j'ai toujours eu l'impression d'avoir de la moule quand je tuais quelqu'un, je ne savais pas quand il tombait mortellement ou tombait juste blessé. En gros tu vois des cibles dans ta lunette, tu tires vaguement dessus avec ton arme qui peut pas tirer trois balles au centre de l'écran et t'espères que t'auras tué l'ennemi avec. Sinon, il va ressortir sa tête, un bras ou une jambe et tu devras re-galérer avec ton arme pourrie pour l'achever. Un mot pour qualifier ces combats : frustrants. Les ennemis étant toujours planqués, ils n'exposent temporairement qu'une petite partie de leur corps et toi pour la toucher t'as une arme qui ne tire même pas systématiquement dans le mille lors de la première balle, et je ne parle même pas des suivantes. Il y a une sorte d'obligation à l'inefficacité que je trouve terriblement déplaisante.

J'ai aussi subi du hard rock dans les batailles, histoire de bien me faire comprendre que j'ai affaire à un jeu de ricains qui veulent défourailler grassement du taliban, mais je n'ai pas non plus échappé aux phrases patriotiques sur fond de violon larmoyant. Je n'en jette plus, j'ai détesté Medal Of Honor, c'est pour moi la lie du FPS, le pire qu'on puisse faire et Half Life 2 Episode Two que je n'ai pourtant pas aimé est à mon sens quand même au-dessus de ça.

P.S : j'ai trouvé ça très moche quand je tirais à bout portant sur un ennemi avec un fusil d'assaut, sans le mettre à l'épaule

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Vos tests de Medal of Honor

tous les tests