Chrono Cross sur PlayStation, le test de hopper

Publiez votre test
Signaler
hopper
10
hopper PS

Chrono Cross

Suite au succès grandissant de Chrono Trigger, Squaresoft s'est risqué de sortir une suite parallèle, Chrono Cross. Il se devait relever un pari difficile : suivre les traces de son aîné, tout en se renouvelant. Sorti en 1999 en plein essor des RPG "made in Japan", ce jeu est devenu une référence du monde vidéoludique. Quelles sont les raisons de ce succès incontestable ? Retour sur ce phénomène en test !

Suite à une introduction accompagnée du thème mythique de Time's Scar, Chrono Cross invite le joueur à incarner Serge, un jeune homme à l'aspect rêveur. Ce dernier se retrouve propulsé dans un monde parallèle semblable au sien. De plus, il apprend qu'il est mort depuis des années et repose sous une tombe. Le début du jeu laisse le joueur en doute. Cependant, le soft peut se vanter de proposer un scénario complexe et mature, sans doute du à la participation des créateurs du célèbre Xenogears. 

Alors que Chrono Trigger se basait sur le thème du voyage dans le temps, Chrono Cross aborde de manière brillante la thématique des mondes parallèles jusqu'à en faire un moteur de jeu. Ainsi, le joueur devra jongler entre ces deux univers. Certes, le concept est original mais il peut devenir, au bout de quelques heures, très répétitif. Le jeu propose aussi la possibilité au joueur de sélectionner certains choix qui influenceront une partie de l'histoire voire la fin et, notamment, la constitution de son équipe. En parlant des personnages, ces derniers s'illustrent par une histoire intéressante et un caractère unique, même si certains semblent moins travaillés que d'autres.

Techniquement, Chrono Cross excelle, poussant ainsi la PlayStation à ces derniers retranchements. Tous les décors sont en 2D, plongeant le joueur dans un univers teinté de couleurs et de lumière. L'animation des personnages est d'une fluidité étonnante, pour l'époque. Tout comme les effets magiques qui laisse le joueur, bouche bée devant son écran. Bref, les graphismes sont de toute beauté, obligeant la PlayStation à livrer toutes ces capacités. En outre, le soft présente une bande son incomparable. Contrairement à Chrono Trigger, les musiques sont douces et mélancoliques, contribuant à créer l'ambiance particulière du jeu. Ainsi, Mitsuda signe-là son meilleur OST.

En ce qui concerne le Gameplay, les choses se resserrent. Outre l'envie de Squaresoft de proposer un système novateur et original, il faut bien se mettre en évidence : le système de combat ne semble servir presque à rien, tout au long du jeu. Il ne rapporte aucun point d'expérience mais des étoiles, suite l'affrontement d'un Boss, augmentant ainsi les capacités des personnages. L'intérêt de ce système semble moindre pour les adeptes du level-up mais regorge de quelques bonnes trouvailles. Les monstres sont visibles à l'écran, ce qui permet au joueur de les éviter, à l'instar de Chrono Trigger. Les affrontements se déroulent dans un tour par tour. Chaque personnage détient sept points de stamina et il peut sélectionner trois types de coup. A noter que plus le coup donné sera de grande puissance, plus il aura de chance de rater, mais la probabilité de toucher augmente avec le nombre de coups portés précédemment. De plus, Chrono Cross permet au joueur d'utiliser les éléments pour tourner la situation du combat à son avantage. Bref, le système de jeu est riche mais déroutant, durant les premières heures.


Chrono Cross est prétendu être la suite de Chrono Trigger. Univers différent, nouvelle histoire, personnages inconnus pour les joueurs du précédent opus. Rien ne semble pourtant lier ces deux jeux ce qui entièrement faux. Car, ce soft propose plusieurs clins d'œil et références issus de son aîné à découvrir. Et les plus chanceux d'entre les joueurs pourront connaître le sort des deux héros de Chrono Trigger. Une bonne idée de Squaresoft.

Graphismes 18/20 Les graphismes de Chrono Cross sont vraiment magnifiques. Parcourir les lieux du jeux s'apparentent plus à du tourisme qu'à de l'exploration, compte-tenu de la variété des paysages et de l'ambiance exotique. Le design des monstres et des personnages profite du savoir faire de Nobuteru Yūki (Escaflowne, Lodoss...).  
Jouabilité 17/20 La jouabilité est, dans un premier temps, difficile d'accès. Mais, après s'y être habituée, elle devient rapidement indispensable et regorge de trouvailles très intéressantes. 

Durée de vie 17/20 Le joueur devra compter un quarantaine d'heures, pour terminer le scénario du jeu. Restent les quêtes secondaires, le recrutement de tout les personnages et les onze fins. Un bon emploi du temps en perspective. 

Bande son 17/20 Les musiques du soft sont très variées et certains thèmes sont bonnement enchanteurs, hormis la musique de combat. Un OST d'une remarquable maîtrise, signé Mitsuda.   

Scénario 19/20 Un scénario qui semble, au premier abord, simple mais d'une complexité rarissime. Les thèmes abordés sont vraiment intéressants d'autant plus que les personnages sont très travaillés.

Note globale 18/20 Sans l'ombre d'un doute, Chrono Cross reste une réussite totale. Toute personne ne pourra jamais prétendre connaître les RPG sans avoir cloturé au moins une fois ce chef d'oeuvre. Scénario complexe, gameplay originale, graphismes irréprochables. Ce jeu reste une oeuvre marquante dans l'univers du jeu vidéo.

      
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Vos tests de Chrono Cross

tous les tests