Dragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament sur DS, le test de Iconoclast

Publiez votre test
Signaler
Iconoclast
2
Iconoclast DS

Dragon Quest 9, le test vérité

 

Avant tout chose, prend garde à toi cher ami internaute (ou gamebloger) car cet article risque d’être long et chiant. Et plus particulièrement pour toi ami fan de DQ. Si tu lis ce test, munis toi de quelques kleenex afin de sécher tes larmes de détresse.

• I : Dragon Quest, vous connaissez ?

Petite piqure de rappel pour les peigne-cul qui ignoraient jusqu’à présent l’existence de cette ô combien merveilleuse saga. Oui alors ce n’est pas dans mes habitudes de meubler un test en relatant la genèse blabla d’une série histoire de donner de la consistance à mon test, mais il est difficile de passer outre pour ce jeu (en fait si, mais j’avais envie d’en mettre une couche et si t’es pas content bah tu quittes gameblog !)

Dragon Quest c’est simple. Tout le monde connaît, mais peu y ont vraiment joués (mis à part nos camarades japonais) et cette minorité s’accorde pour dire que Dragon Quest, bah, ça pue du bas du cul ! Mais alors pourquoi cette saga jouit-elle d’une telle aura de popularité ? Pourquoi est-elle si adulée ? Pourquoi tous les sites revêtent un habillage publicitaire (hideux au passage) Dragon Quest ? C’est simple. Parce que nos amis testeurs occidentaux s’alignaient bêtement aux goûts des japonais. DQ ça cartonne au Japon, Famitsu et compagnie se paluchent dessus jusqu’à s’en arracher la peau du zob laissant ainsi transparaître les muscles de leurs minuscules verge. Et on pouvait aussi compter sur les magazines et les chaines de tv (avec abonnement) pour Otaku pour déverser des quantités ahurissantes de leurs semances sur le sacro saint autel DraQue.

Alors évidemment aujourd’hui c’est plus chaud, la presse vidéo ludique occidentale ayant enfin acquis une vraie identité journalistique (oui enfin on y reviendra plus en détail dans un prochain article), n’étant plus obligé de copier les goûts des japonais (c’est pour ça que la plupart des nouvelles séries qui émergent du Soleil Levant ne dépassent pas leurs frontières). He oui, DraQue a su s’imposer quand le jv en était encore à ses prémices, de ce fait DraQue (un peu à l’image des plus grosses sagas japonaises, comme FF, Zelda etc ) est rentré dans les mœurs des gamers et a une place privilégiée (à défaut d’avoir un blog VIP Gb) dans le petit monde du jeu vidéo. Une sorte de parrain de la mafia du jv, vieux, moche mais intouchable.

Vous vous demandez sûrement où je veux en venir n’est ce pas ? A vrai dire c’était pour souligner l’extrême indulgence de nos amis testeurs concernant DraQue (et autre grosses licences, mais ne vous inquietez pas, j'y reviendrai longuement dessus dans un prochain article hautement philosophique). Le jeu ne se bonifie pas avec le temps et se paie le luxe de conserver les mêmes mécaniques (bien rouillées) depuis ses débuts tout ça afin de ne pas froisser les habitudes des fans (remember le rebuild du système de combat du 9 en plein dev). C’est louable, je peux parfaitement comprendre cette démarche, mais alors pourquoi nous assène t’on avec des « une épopée incroyable », « un gameplay riche et immersif » et autre qualificatif à la con pour un jeu qui n’évolue pas avec le temps ? Bon alors ok pour le 8 je veux bien comprendre « oui c’est le 1er épisode à franchir les terres occidentales ! » mais pour ce 9ème opus je ne comprend pas. C’est d’ailleurs maintenant que le père DraQue 9 va passer sur le grill.

 

•II : Le test vérité :

Quand je me suis payé la DS je me suis dit «cool je vais pouvoir me faire plein de rpg et surtout DQ 4 et 5» Quel pauvre con étais-je. J’aurai dû me douter qu’ils devaient être encore plus daubés que le 8, mais je voulais y croire.  Enfin non j’exagère le 8 était plutôt cool « car c’était le 1er DraQue a foulé nos terres». Donc c’est avec un peu de méfiance que j’aborde ce 9ème opus, alors moi, pas con l’abeille je me renseigne vite fait sur le titre, quelques trailers par-ci par là, hop convaincu, 40 € dans mon trou2ball right now. De toute façon ou je me fais enfiler genre sévère et je finance le tourisme sexuel de Wada ou j’en ai pour mon fric et je finance quand même le tourisme sexuel de Wada.

Le menestrel Iconoclast va vous conter une histoire ...


Oyé oyé brave gens, dans DQ 9 tu joues un ange qui perd ses ailes et qui va chercher des fruits d’un arbre sacré dans un train doré accompagné d’une fée latinos (probablement une shemale) tout en aidant les gens qui ont perdu leurs chiens ou en torchant le fion de l’ami du cousin du maire du village afin d’obtenir leurs bienveillances qui permettra ainsi de redonner vie à cet arbre. En plus on est solo. Oui, pas de lascars pour nous accompagner,  J'imagine que c'est pour pouvoir s’identifier au personnage principal, oups j'oubliais que les héros des DraQue sont aussi bavards que Link.

Vu comme ça, je peux comprendre que ça ne vous donne pas envie (et c’est le cas), pourtant le trailer avait l’air bien, avec une magnifique intro animée accompagnée d'un design à peu près potable pour du Toriyama (attention j’ai dit que c’est plutôt cool pour du Toriyama, à comprendre par là que c’est un peu à chier, mais moins que ce qu’il fait d’habitude pour les DQ) Par moment on aurait cru à du Ghibli, cet arbre gigantesque dans les cieux, ce train mystérieux etc, mais que nenni.

Vous devez sûrement le savoir mais dans la plupart des jrpg les débuts sont souvent laborieux voir quasi toujours super chiants, mais alors là DQ 9 réussi à faire mieux, comptez au moins 2 bonnes heures pour enfin commencer à faire quelque chose d’autre que parler à un connard ailé. C’est d’ailleurs à ce moment là que j’ai lâché le jeu car pris d’une diarrhée inopinée je me décide à aller déféquer sur le palier de mon voisin fan de DQ afin de lui exprimer mon mécontentement. Je reprends le jeu quelques heures plus tard.


Bref, scénario inexistant, chose peu étonnante pour un DraQue cela dit, attardons nous plutôt sur la partie technique du jeu. Je ne vais pas vous mentir, le jeu est plutôt sympa pour de la DS, C’est de la 3d generic dégelasse qu’on se farci depuis ff 3 DS sur quasi tous les jrpg squarenix DS (moteur probablement racheté par Camelot récemment pour Golden Sun 3) mais ça passe, vraiment. Même si quelques fois on a vraiment l’impression que les PNJs sont des models importés de DQ 7 tellement ils ont la même trogne.

Mais à la limite on peut fermer les yeux sur tout ça, ce qui me fait vraiment mal c'est le passage de DQ 8 à DQ 9, alors évidemment qu’on se doutait bien que techniquement il y aura un gouffre, c'était courru d'avance. Mais ce qui faisait la force de DQ 8 à mes yeux, c’était avant tout ce sentiment de dépaysement face à ses immenses plaines et océans, ce sentiment de liberté et ses terrains vastes. Là, la mappemonde est aussi bandante que celle de Golden Sun 1, c’est tellement laid que même le mode7 de la snes pourrait faire mieux. Donc au final on se retrouve avec un jeu 100 x moins immersif. Et ça, ça fait mal.

Et les musiques dans tout ça ?

On savait que le père Sugiyama aime bien refourguer ses vieilles musiques (always remember heavnly Flight), mais là le soucis de cet opus c’est qu’en plus d’avoir une BO très inégale, les pistes sont peu nombreuses et il n’est pas rare de tomber sur la même musique dans un village ou un donjon. Au passage, les thèmes de combat sont vraiment exécrable, mais genre vraiment. C'est vraiment regrettable, Sugiyama est loin d'être un manchot, c'est un peu le papa de la VGM.

Et le Gameplay il est bien?

Aller quelques mots sur le gameplay et on boucle ce test fissa. Un petit schéma fera l’affaire pour vous décrire ça et pour les demi-fions qui ne bitent pas un mot de mon schéma

Tu avances en ligne droite dans une world map moche jusqu’à la prochaine ville/village, tu parles aux 2-3 pécores locaux qui te racontent que de la merde, tu achètes 2-3 bricoles chez le vendeur de potion, tu te prends le dernier bouclier en peau de zgeg de dragon lépreux à 2000 pièces d’or et tu vas traverser le simili donjon (20 minutes à tout casser en général), tu te fait tabasser par le boss et tu exp dans le coin pendant genre 2-3 heures pour pouvoir enfin lui refaire la rondelle. C’est ça Dragon Quest 9 (Dragon Quest tout court même)

Mais il y a bien quelque chose qui sauve le jeu non ?

Ah bah oui, si tu as une amie qui a une DS rose et qui s’appelle Amandine, Noisette, Cacao, Matière Fécale, tu vas dans un bon vieux Starbouse et tu joues en multi. C’est le même jeu sauf que tu te fais chier avec un pote. D’ailleurs parlons en de ce mode multi. Innovation majeure de la série feat La Maison du Style DS. Intérêt : 0. Je pourrai argumenter mais ce n’est pas le genre de la maison. Je pourrai aussi parler de l'alchimie et des sidequest apporte moi du foutre de slim pour que je recolle la photo de ma femme sur la cuvette de mes chiottes mais on s'en passera

Bref, Dragon Quest c’est simple. C’est tout pourris, tout le monde le sait, mais personne ose le dire .

Ah on me dit dans l’oreillette que ma conclusion est trop courte et étant donné que mon test est hébergé dans les serveurs de gameblog, une petite contribution de ma part serait la bienvenue. Bon ok.

Donc, DQ 9 si tu aimes pas les gens et que tu veux jouer tout seul c’est de la merde. Si tu as des amis et que tu veux y jouer en multi, c’est de la merde. Si tu n’as pas d’ami et que tu veux y jouer en multi je te conseil d’aller te prendre un abonnement premium GameBlog comme ça tu pourras y jouer en multi avec la rédaction et les autres membre premium lors des soirées Premium, mais ce sera quand même de la merde. Et si tu aimes le caca tu peux te jeter sur Dragon Quest 9.

Ajouter à mes favoris Commenter (30)

Vos tests de Dragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament

tous les tests