Star Wars Jedi Knight : Jedi Academy sur PC, le test de X-K

Publiez votre test
Signaler
X-K
6
X-K PC

Pas encore un vrai Jedi

Star Wars Jedi Academy est le 4ème épisode d'une vieille saga originellement nommée Dark Forces, puis Jedi Knight. Faisant suite au très correct Jedi Outcast, il en reprend la structure et le gameplay en s'inscrivant dans la continuité des événements conclus par son aîné. Le Jedi Kyle Katarn est toujours de la partie, mais nous ne sommes plus à ses commandes. Le maître s'est installé sur Yavin, aux côtés de Luke Skywalker, où il forme à l'Académie jedi les jeunes apprentis qui s'initient à la maîtrise de la Force et au maniement du sabre laser. Nous dirigeons Jaden, jeune recrue fraîchement débarquée dans les rangs de formation de Yavin, et tout juste placée sous l'aile de Katarn.

 

L'aventure nous fera voyager de planète en planète pour traquer un groupe de fanatiques sith cherchant à ressusciter un ancien seigneur du mal afin de conquérir la galaxie blablabla... Le scénario, dénué de toute forme d'intérêt, met à l'écart les thématiques les plus intéressantes développées dans la saga Star Wars pour n'en conserver que les traits les plus caricaturaux et manichéens. Nos oreilles saignent vite lorsque l'on entend les doublages français, nous incitant à rapidement passer à l'anglais, pour un résultat à peine plus convainquant. Aïe. Mais on s'en fout, on est là pour dégommer du sith au sabre. Point sur lequel JA remplit son rôle. Il nous autorise aussi à visiter des environnements variés, dont l'inspiration artistique est relativement inégale, mais qui ont cet indéniable parfum Star Wars, avec en fond sonore les indétrônables compositions de John Williams.

 

Le gameplay est prioritairement orienté vers les combats. On ne retiendra pas les rares phases de plateforme ou les quelques énigmes, qui se distinguent par leur imprécision pour les premières et par leur carence d'intérêt pour les secondes. Les affrontements se scindent en deux parties, dont le joueur peut disposer librement dans ses stratégies d'attaque. D'une part, l'utilisation des armes à feu offre un système de jeu en FPS tout ce qu'il y a de plus classique avec un panel d'armes plutôt varié dont quelques-unes présentent une certaine originalité (principalement l'arbalète en fait, qui permet de déclencher des tirs de laser rebondissant sur les murs, ce qui offre des perspectives de combats parfois intéressantes). D'autre part, l'usage du sabre laser fait passer la caméra à la troisième personne, le joueur doit alors jouer des roulades, attaques aériennes et autres coups de sabres latéraux pour tenter de percer la défense adverse. Les combats contre les sith font à cet égard preuve d'une certaine vivacité, parfois jouissive, mais des fois frustrante. Le système manque tout de même d'un peu de profondeur, de diversité dans les attaques, de possibilités tactiques dans l'exercice offensif. Battre un sith se résume grosso modo à marteler le clic gauche jusqu'à la crampe en tentant de contourner l'ennemi pour lui asséner un coup fatal dans le dos. Les phases de jeu à sabre contre sabre prennent parfois une tournure curieuse : un combat pourra souvent s'étaler en longueur, puis la fois d'après se clôturer en un ou deux coups d'épée (pour soi ou pour l'adversaire). On ne comprend pas toujours les raisons qui ont mis fin à la joute, d'autant que le contrôle du joueur sur certains paramètres est plutôt limité, c'est le cas de la parade, sur laquelle il n'exerce au final aucune réelle influence, tout est automatisé.

 

Par ailleurs, le sabre laser par son incroyable puissance tend à déséquilibrer le gameplay, au dépend de la partie armes à feu notamment. L'arme jedi permet de pulvériser les ennemis équipés de fusils et pistolets laser en une ou deux attaques tandis qu'il protège simultanément le personnage des coups de feu ennemis, directement renvoyés à l'expéditeur, comme dans les films. Pourquoi dès lors continuer à utiliser les armes à distance, qui demandent, dans les niveaux de difficulté les plus élevés, de vider des chargeurs dans des combats qui deviennent vite très longs ? Le guerrier jedi, armé de son sabre, devient alors une arme de destruction massive qui multiplie plus encore les dégâts pour peu qu'il booste au maximum le pouvoir d'électricité (celui de Palpatine dans l'épisode VI), sa maîtrise de la force lui permet dès lors d'éradiquer tout ce qui vit autour de lui à 180° et sur plusieurs mètres de distance. La sélection du niveau de difficulté devient mécaniquemennt une problématique superflue. D'autant que l'IA fait preuve d'une rare bêtise, elle cultive un goût des plus surprenants pour l'immobilisme total tant elle se complaît dans la paisible attente du joueur et de son sabre prêts à la découper en tranches de saucisson.

 

Je donne trois étoiles à Jedi Academy pour deux raisons. La première, c'est que malgré ses défauts évidents, il reste un jeu agréable à parcourir, sympathique à jouer, et sources de bonnes sensations sabre en main. La seconde, c'est qu'en terme de jeu d'action inspiré de l'univers Star Wars permettant de jouer un jedi et de manier le sabre comme dans les films, et bien... il n'y a pas de concurrence, ou si peu. Donc par défaut, on joue à la saga Dark Forces/Jedi Knight. En attendant qu'un nouveau challenger émerge, construise un gameplay plus profond et s'impose en référence.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Vos tests de Star Wars Jedi Knight : Jedi Academy

tous les tests