Phantasy Star Portable 2 sur PSP, le test de gh3ry0n

Publiez votre test
Signaler
gh3ry0n
10
gh3ry0n PSP

Custom Space Opera

Je ne vous cache pas qu'alors que je téléchargeais "PSP2" depuis le PSN, j'avais une certaine appréhension. En effet, j'avais été passablement frustré par le 1er épisode, fort intéressant mais désespérément vide de contenu et d'âme. Masochisme de fan oblige, je tentais tout, en attendant de pouvoir jouer, pour me convaincre que cette fois ça allait le faire.

Et le truc épatant dans l'histoire, c'est que j'ai eu raison d'y croire.

Alors voici à peu près à quoi vous attendre avec PSP2. Notez que je ne vous parlerai pas de l'histoire, histoire de prévenir toute forme de spoiler...

 

GENRE : A-JRPG

Acronyme  barbare mais fort à propos, puisque le principe du jeu est d'accomplir des missions où vous dirigez votre personnage (vos éventuels partenaires, qu'ils soient IA ou sacs-à-viande en ligne, étant autonomes sauf bien sûr pour certains humains mais là c'est un autre débat) dans un univers 3D esthétiquement et techniquement 100% JRPG et où les combats sont en temps réel. Yataaaa.

Le jeu dispose de DEUX modes en ligne : ad hoc et infra. Oui, rien que ça. Donc oui, c'est bien PSO que vous avez maintenant dans la poche. Ouais moi aussi ça m'la coupe. A noter qu'en mode infra il vous faut rejoindre un groupe avant d'accéder au jeu proprement dit, tandis qu'en mode ad hoc vous pouvez très bien lancer le jeu sans personne à vos côtés (vous comprendrez l'intérêt un peu après, enfin j'espère ; promis j'expliquerai lentement).

 

LES BASES

Un système composé de 4 planètes où cohabitent 4 races : Parum (écololand) habitée par les humains en majorité, Moatoob (l'afghanirakistan) peuplé par les Beasts, Neudaiz (nipponparadise) où demeurent les Newmans et Clad 6 (ni plus ni moins que le nom de votre base : une structure artificielle), patrie des CASTs.

Histoire de renseigner ceux ne connaissant pas l'historique de cette série : les humains ont créé les 3 autres races ; les Beasts sont poilus (donc logiquement bien disposés pour le corps-à-corps), les Newmans ont les oreilles pointues (vous aurez donc compris qu'ils sont les magiciens de service), les CASTs (ouais, en majuscules nanmého) sont des robots dont les 3 lois sont plus "Frag, Pex & Stuff" que celles d'Asimov.

Les métiers : "Hunter" orienté corps-à-corps, "Ranger" pour combat à distance, "Force" pour ceux préférant la magie (offensive et défensive) et "Vanguard" pour ceux pas trop sûr de leurs orientations.

Votre perso pourra être masculin ou féminin, de n'importe quelle de ces races. Quant à son métier, d'une part vous pourrez en changer à volonté, d'autre part il ne servira qu'à définir le type d'armes avec lesquelles vous préférez jouer : il sera plus facile à un Hunter d'améliorer sa compétence en épées à 2 mains, mais rien ne vous empêchera de lui faire utiliser des fusils ou canons laser ; ce sera juste plus long pour en acquérir la maîtrise.

 

PHASES DE JEU

Votre base (Clad 6) : là où vous commercerez, où vous discuterez avec les PNJ, où vous ferez (en partie, le reste se déroulant pendant les missions) avancer l'histoire et là où vous choisirez vos missions. Accessoirement, c'est dans la base que se trouve votre appart' (surprenant hein), où vous pourrez entre autres changer de fringues, consulter les différents logs, vous adonner à diverses pratiques plus ou moins avouables (comme passer un après-midi D&co, avec ou sans damidosaure)

Les missions : alors là tout de suite ça se complexifie, pour notre plus grand plaisir. Alors dans l'ordre, vous pourrez choisir :

Les missions "histoire" (en mode offline uniquement), qui vous permettront de progresser dans le scénario. A noter qu'une fois ce dernier achevé, il n'y a pas de mode "newgame+" comme on en voit de plus en plus souvent, mais à la place toutes les missions du mode histoire deviennent accessibles et vous pouvez continuer à jouer pour accomplir les innombrables autres missions. La difficulté du mode histoire est fixe (selon le mode choisi au début : normal ou difficile).

Les missions "open" (mode libre) à savoir une palanquée de missions libres sans rapport avec le scénario ; leur seul (et essentiel) intérêt est de vous permettre de gagner de l'XP et de récupérer du matos (olol need stuff pliz). Outre le fait de pouvoir les refaire à volonté, ces missions ont l'énorme intérêt de vous permettre de choisir la difficulté (selon des grades C, B, A et S), qui définira à la fois le niveau des ennemis et bien sûr la qualité du matos que vous ramasserez.

Les missions "tactiques", qui sont des missions scénarisées en marge de l'histoire principale.

Les missions "commerce", qui se contentent de vous mettre en relations avec des marchands particuliers pour troquer certains items glanés en missions contre des objets uniques (armes, armures, compétences, ...).

Les missions "battle" (online uniquement), où vous pourrez balancer allègrement des mandales dans la face virtuelle des rataï vous servant d'amis.

Les missions "challenge" (online uniquement), qui sont des missions "à contraintes". Par exemple il s'agira de boucler une mission en démarrant avec perso ramené au niveau 1 avec pour seul équipement un démonte-pneu et une boite de thon à la catalane. J'exagère à peine, mais en gros votre perso est provisoirement modifié (il revient à son état initial quand vous quittez la mission), et réussir ce genre de mission vous apportera... euh... ben déjà la fierté, l'amour de la patrie, le sens du devoir, le... hum... bref, ce sont des missions assez difficiles qui vous montreront sans concession votre niveau de maîtrise du jeu. A bien y réfléchir c'est p'têtre pour ça que ça s'appelle "challenge", hein. Avouez que vous êtes sciés.

Attendez, on n'en a pas fini avec les missions... Où on en était ? Ah oui...

Donc à ces modes "usuels" on va rajouter :

Les missions "urgentes", qui sont des missions accessibles ponctuellement, lorsque vous aurez accompli plusieurs missions libres d'affilée sur une même planète

Les missions données par les clients du café de la base qui en fait s'imbriquent dans les autres types de missions, puisque les conditions de réussite sont du genre "pwnage de tels ou tels trashmobs", "accomplir telle ou telle mission en temps limité", etc.

Vous l'aurez compris, ce n'est pas le contenu qui manque, à fortiori lorsqu'on tient compte du concept de choix du niveau des ennemis (cf les missions "open"), où vous aurez vite fait de constater que dans PSP2, un trash du même niveau que vous est VRAIMENT aussi fort que vous.

 

GAMEPLAY

Combats en temps réels donc. Le rythme est relativement rapide, sans excès : votre personnage est leste, il peut effectuer une roulade pour esquiver les attaques voire même bloquer s'il porte une arme à 2 mains. Le contrôle de la caméra est identique à celui de Monster Hunter, à ceci près qu'on peut locker un ennemi, ce qui facilite grandement les choses.

Certains reprocheront évidemment le côté répétitif du jeu (pwnage de masse tendance génocide), en dépit de certaines originalités dans plusieurs missions (avancer sans se faire repérer, utiliser un canon fixe pour défendre une zone, ...), mais en même temps ce reproche peut être fait à peu près à tous les RPG et A-RPG.

En revanche, mention spéciale aux combats contre les boss : ils sont toujours gros, viennent parfois à plusieurs, et si les affronter au rang C, B voire même A reste assez basique (toutes proportions gardées), leur mettre une peignée au rang S est définitivement une autre histoire. Sachez seulement que foncer en matraquant les boutons d'attaque sera votre épitaphe : comme dans MH (et j'arrêterai là la comparaison), il vous faudra anticiper, comprendre le schéma d'attaque de chaque boss et agir en conséquence. Un régal quoi.

 

TECHNIQUE

Graphiquement le jeu a peu évolué au fil des années. Je vous laisse regarder les screens et autres vidéos, mais surtout je vous recommande d'essayer la démo : ce sera le meilleur moyen de voir si vous accrochez. Le style JRPG, tout le monde n'aime pas, mais qu'il soit dit que là il est plutôt de bonne qualité, sans pour autant casser des briques.

La bande sonore est dans le plus pur style du genre : techno-moderno-nippone. Là aussi, ce n'est qu'une histoire de goût. Je n'en suis pas spécialement fan, en revanche j'avoue bien aimer entendre les persos gérés par l'IA parler pendant les combats.

Le jeu en ligne est facile d'accès, et sans lag. Rien que ça et déjà on a l'essentiel. A noter qu'en jouant en ligne, on a accès à plus de missions qu'en offline. D'où l'intérêt de pouvoir démarrer une partie multijoueur (en ad hoc) même lorsqu'on n'a pas d'amis : si vous gérez suffisamment seul (puisqu'en online, vous ne pourrez pas vous grouper avec les persos de l'IA), vous pourrez en profiter... et bien évidemment y looter le matos de meilleur qualité que vous pourrez y trouver.

Côté durée de vie, no comment : en jouant principalement en solo, après environ 80h de jeu mon seul perso est à peu près au niveau 90 (max : 200). Le scénar est bouclé, en revanche je ne peux pas encore prétendre m'attaquer à certaines missions dans leur grade S... où les ennemis peuvent atteindre le niveau 200. Vous êtes fixés : c'est long. Limite sans fin. Et c'est tant mieux.

Côté temps de chargement, mon appréciation est biaisée : jouant sur une PSP Go et le jeu étant installé sur la mémoire interne, les temps de chargement sont quasiment inexistants. Dommage pour les autres. A noter qu'il y a bien une option d'installation des données, donc ça doit rouler aussi en version pré-néandertalienne (UMD quoi).

 

CONCLUSION

Faut pas se raconter d'histoires : on a là un très bon jeu. A elle seule, sa durée de vie l'amène au-dessus du lot (pour une fois qu'on paie pas 40€ pour 4h de jeu...), mais en plus elle n'est pas seule à faire briller PSP2 : qu'il s'agisse de combats vraiment originaux contre les boss, des innombrables possibilités de customisation de votre personnage (depuis les choix de base comme sa race et son genre, jusqu'au choix de ses fringues en passant par son métier) ou de la diversité des environnements dans lesquels vous accomplirez vos missions (avec plus ou moins de talent, mais ça on vous pardonne : on ne naît pas tous libres et égaux en skill...), ce jeu a définitivement de quoi ravir tous les "grinders" et autres fans de pexage à s'en user les doigts.

 

Les plus :

durée de vie monstrueuse

nombre de missions

quantité astronomique de matos à looter

bestiaire général

combats contre les boss

customisation de notre perso (métier + matos équipé + aspect esthétique modifiable)

 

Les moins :

graphismes sympas, mais sans évolution depuis PSO

manque d'âme pour les missions libres

nippo-niaiserie du scénario (qui reste bien ficelé) et de ses personnages (note pour plus tard : penser à éclater la tête d'Emilia contre un coin de table... vous comprendrez vite)

 

Testé sur une PSP Go (j'assume), téléchargement sur PSN américain.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de Phantasy Star Portable 2

tous les tests