White Knight Chronicles II sur PlayStation 3, le test de Poisseman

Publiez votre test
Signaler
Poisseman
8
Poisseman PS3

La suite, en pareil

Level 5 est un studio de développement que j'apprécie énormément - Rogue Galaxy! - et quand l'an passé est sorti White Knight Chronicles, leur premier titre nouvelle génération, c'est avec ferveur que je me suis lancé dans une aventure mêlant solo et jeu en ligne qui ne m'a pas vraiment déçu, dont le seul gros point faible était un solo justement trop court (30h). Sa suite directe arrive - je l'attendais forcément - et voici mes impressions après un peu plus d'une vingtaine d'heures passées dessus.

On nous l'annonce sur la jaquette: le solo y est équivalent à son premier épisode, soit à nouveau 30h pour sauver le monde en compagnie de Leonard, ses compagnons de route ainsi que notre avatar évidemment de retour. Tous nos acquis du premier opus nous sont rendus - inventaire, Georama, niveau en ligne - mais nos persos se voient automatiquement démarrer cette nouvelle aventure au niveau 35 (j'avais achevé le précédent au niveau 44) et l'on se doit également de redistribuer leurs points de compétence revenus à zéro. Une fois chose faite, on peut enfin poser à nouveau le pied dans ce monde en quête des armures légendaires, à la rencontre de nouveaux protagonistes et d'adversaires à défaire. Mêlant terrains connus et à découvrir, gardant le même système de combat (légèrement plus rapide) tout comme les musiques, White Knight Chronicles 2 continue dans la lancée du premier épisode sans rien changer à sa formule.

Au moins, on n'est pas perdu à réapprendre tout un système de jeu! Bref, du côté de l'histoire, la fin du 1 voyait la libération de la Princesse Cisna et la victoire d'une bataille, mais laissait le joueur sur sa faim tant la guerre semblait loin d'être terminée. On reprend donc peu de temps après, avec notre groupe dans le rôle d'émissaires du Royaume de Balandor en vue d'établir un nouveau contact avec celui de Faria (et de combattre ensemble l'ennemi). La visite de lieux inédits et d'autres déjà vus est donc au programme d'un voyage périlleux et bourré de combats où les armures géantes sont vaillamment recherchées; les affrontements s'y font donc avec le contrôle d'un perso tandis que les deux autres obéissent à des commandes prédéterminées (semblable à Final Fantasy 12) dans des environnements très vastes aux chemins parfois multiples. Et on en passe du temps dans ces plaines, déserts et autres montagnes à fricoter avec la faune locale, en obtenant points d'XP, argent et divers items utiles pour l'alchimie - système récurrent à Level 5 à ne surtout pas négliger. Hors combat, les jauges de santé et magie remontent progressivement. Enfin, la visite des différentes villes avec résolution des quêtes annexes (le plus souvent un jeu de troc) ajoute à la durée de vie du titre.

En ligne, les missions originales sont de retour avec forcément de nouvelles venues, le nombre maximum de participants à une quête passant de 4 à 6 et les heures défilant à une vitesse folle. Dans le premier opus, j'y ai passé plus de 50h et je sens bien que je n'en serais pas loin avec celui-ci. Les quêtes sont délimitées dans le temps (30mn, 1h, 1h30), requièrent un niveau précis pour s'y lancer et leur achat préalable, et surtout des amis (ou inconnus) pour vous y accompagner: c'est tout simplement du MMORPG - ou meuporg - de qualité qui nous est proposé. Les objets que l'on obtient dans ces passages en ligne sont même quelquefois exclusifs et donc rares pour la confection d'armes en mode Histoire, une vraie relation intelligente entre les deux jeux.

Parlons enfin du Georama, ville que l'on crée entièrement au fil de l'aventure. Là encore, on la récupère telle qu'on l'a laissée dans le 1, avec ses maisons, ses habitants recrutés de par le monde, ses objets destinés au travail des-dits habitants et autres plans de décoration. Alchimie indispensable à toutes créations, mais au final une ville bien à nous où l'on peut acheter du matériel ou récupérer le fruit du labeur de notre populace (minéraux pour les mineurs, matières premières pour les bûcherons...). Une ville que l'on se plaît à faire grandir, elle aussi à ne pas négliger dans notre aventure.

White Knight Chronicles Complete Edition

Pour faire simple,White Knight Chronicles 2 est la parfaite suite du 1, identique en tout système et dont les nouveautés et améliorations ne sautent pas aux yeux. Ceux qui ont aimé aimeront à nouveau, ceux qui n'ont pas adhéré par le passé ne seront pas comblé cette fois-ci non plus. Je ne l'ai pas précisé plus haut, mais le jeu intègre le premier épisode pour les nouveaux venus et se présente alors dans une version intégrale, et nous, fans de la première heure, pouvons alors nous demander si l'on n'a pas été un peu pris pour des vaches à lait. Ben oui, celui qui commence l'aventure du chevalier blanc aujourd'hui a droit à un solo de 60h auquel s'ajoutent au moins autant d'heures en ligne, soit le temps requis pour un RPG de nos jours. Mais bon, les anciens apprécieront toujours de se mettre à cette suite pas foncièrement originale mais très réussie (une fois la pilule du jeu payé deux fois passée) que je ne peux que recommander. Un RPG classique mal aimé par la presse mais qui me convient totalement.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de White Knight Chronicles II

tous les tests