Syphon Filter : Dark Mirror sur PSP, le test de Pedrof

Publiez votre test
Signaler
Pedrof
4
Pedrof PSP

Sombre miroir

J'ai fini ce jeu en difficile.

J'ai terminé Dark Mirror cette semaine, je vais revenir dessus rapidement. Rapidement, parce que je serais bien en peine de parler précisément de mon expérence avec ce jeu que j'ai commencé il y a plus d'un an... Quelques points que j'aimerais aborder cependant.

Grosse déception pour ma part ce Syphon Filter. Fan des premières aventures de Gabe Logan sur PSone, j'ai été rebuté par la transformation de ce jeu d'action aux multiples facettes en un vulgaire TPS, qui plus est pas du tout adapté à la PSP du point de vue de la jouabilité.

Pourquoi vulgaire TPS ? Premièrement, plus d'infiltration. Deuxièmement, jouabilité "classique" pour notre époque (déplacement au stick gauche et visée à droite) mais qui trahit la spécificité originelle de la série sur ce plan précis. Troisièmement, en plus d'être devenu complètement bourrin, le SF nouveau accumule les missions toutes pareilles.

Dans SF2, je me rappelle, là comme ça de mémoire, d'une mission où on se retrouvait à affronter dans un parc un mec armé avec juste un taser de contact ; une mission où l'on devait sniper un mec dans le ciel qui s'enfuie attaché par une corde à un avion ; une mission où l'on affrontait des soldats qui ne craignaient pas les balles... On avait une grande variété de situation au fur et à mesure que l'on avançait dans les niveaux.

La maniabilité était très originale : les gunfights reposaient sur une jauge de "cible", qui conditionnaient la précision de nos tirs vérouillés sur un ennemi et qui augmentait quand on s'accroupissait, s'immobilisait ou quand l'ennemi s'immobilisait. De même, les ennemis avaient une jauge similaire pour nous, ce qui nous encourageait à rouler pour rejoindre une couverture. Dans le cas où l'on croisait des ennemis équipés de gilets pare-balle, on avait une touche pour passer en visée manuelle et faire des tirs tête.

Ce nouveau SF n'est rien de plus qu'un TPS où le jeu entier consistera en un parcours de couloirs et un challenge de visée permanent. Le jeu d'action contemporain, quoi ! Oups, je trolle... On a cependant toujours une grande variété d'armes. Et un panel de lunettes spéciales à la Sam Fisher vient s'ajouter à la panoplie du héros.

L'autre gros reproche que je fais aux développeurs, c'est d'avoir choisi un système de visée libre alors que la PSP n'a pas de stick droit. Pour moi c'est une hérésie. Je ne me suis jamais vraiment habitué à déplacer mon viseur avec les quatre touche croix, triangle, rond et carré. Je ne peux m'empêcher d'interpréter cela comme une flemme des développeurs qui se sont contentés de porter le modèle du jeu d'action moderne sur cette console sans se préoccuper de la différence d'ergonomie. C'est assez honteux. Et je cite aussi la touche pour se baisser sur la flèche bas de la croix directionnelle... Très pratique, ne pouvoir se baisser qu'à l'arrêt.

Pour compléter ce tableau grimaçant, je cite les entrées du "journal" de Gabriel Logan, visible avant chaque mission durant le chargement. Il y apparaît une morale que je qualifierais de franchement douteuse, et une tentative des écrivains de traiter avec sérieux un personnage qu'il valait mieux continuer de prendre à la légère ! Gabe Logan depuis le début de la série Syphon Filter est un boucher, en faire un héros adepte de l'introspection m'apparaît comme à côté de la plaque. Subir ces intermèdes écrits fut assez déplaisant.

J'ai apprécié malgré tout à la fin le challenge que constituait les soldats avec des boucliers électromagnétiques. Chaque rencontre m'a demandé assez de créativité et de dextérité. Et puis c'est bien la première fois dans l'aventure que j'ai eu à utiliser des grenades.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de Syphon Filter : Dark Mirror

tous les tests