Mass Effect 3 sur PlayStation 3, le test de Nightmare1984

Publiez votre test
Signaler
Nightmare1984
8
Nightmare1984 PS3

Mass Affect 3

Quand il est question de vivre l’épilogue d’une saga populaire que cela soit dans n’importe quel média, plusieurs émotions différentes souvent contradictoires nous submergent. En général cela commence par de l’excitation et de l’impatience pour connaitre enfin le fin mot de l’histoire que l’on a tant aimé. Et plus que l’on avance et moins l’on veut voir le final arrivé si vite pour que l’expérience dure le plus longtemps possible. Toutes les bonnes choses ont une fin mais est ce que Mass Effect 3 est bon ?

 

Mass Effect : Fall of Man.

 

Six mois après les évènements de Mass Effect 2, les Moissonneurs sont aux portes de la Terre prêt à lancer l’invasion. Désespéré l’Alliance fait alors appel au commandant Shepard, le dernier espoir pour sauver l’humanité mais aussi la galaxie entière. Sauf qu’il est déjà trop tard. Anderson décide alors de rester sur Terre pour mener la Resistance et gagner du temps afin que Shepard trouve du renfort dans les autres races de la galaxie. Mais cette tâche sera loin d’être aussi facile car ces dernières sont souvent en conflits entre elles. Il en sera au joueur durant toute l’aventure d’user de diplomatie pour constituer une armée d’alliés prêt à affronter les Moissonneurs sur la planète bleue.

Ce côté géopolitique/diplomatie/alliance que l’on trouve dans Mass Effect 3 ouvre une perception de la guerre rarement vu dans le jeu vidéo qui n’est pas sans rappeler des évènements récents de la réalité. Des thématiques plus matures et tragiques pour cet épisode qui se veut être le dernier de la trilogie « Shepard ». Beaucoup de questions laissées en suspens dans les évènements précédents trouveront ici des réponses même si certaines seront absentes et que les trois fins se terminent de façon trop brutale et de manière quasi similaire.

Il est regrettable également que l’on découvre trop peu de nouveaux personnages, à l’exception de Vega qui possède une personnalité beaucoup plus complexe que laisserait imaginer ses aires de brutes épaisses. Chaque retrouvaille avec nos anciens compagnons d’armes des deux premiers Mass Effect se déroule toujours de la même façon que l’effet de surprise disparait au fil des rencontres. Cependant la mise en scène des situations a fait un bond en avant par rapport à l’opus précédent, renforçant encore plus le côté grand spectacle de ce très bon TPS.

 

Commandant Marcus Shepard.

 

Car oui Mass Effect 3 est un TPS lorgnant beaucoup plus du côté d’un Gears of War que d’un RPG. Tous ceux qui recherchent un jeu de rôle avec le dernier bébé de Bioware vont en effet être déçus. Les quêtes annexes se résument à aller scanner des planètes à la recherche d’objets à ramener à la Citadelle qui est la seule ville « explorable ». Les missions secondaires quant à elles sont toutes aussi importantes que les prioritaires qu’elles n’ont de secondaires que le nom. Pour partir au combat il vaut mieux être bien équipé et de côté-là Mass Effect 3 proposent une multitude d’armes et de pièces d’équipements à récupérer ou acheter dans les différents magasins. A savoir que contrairement à Mass Effect 2, les armes lourdes ne sont plus disponibles dans l’inventaire et on ne les retrouve qu’à des endroits cachés durant certains moments clés du jeu.

Autre particularité, plus Shepard transportera d’armes sur lui (un maximum de cinq) plus sa vitesse lors de ses sprints sera réduit et ses pouvoirs mettront plus de temps à se recharger. Chacun des personnages du jeu pourra débloquer des compétences grâce aux points d’expérience acquis durant l’aventure. Compétences que l’on pourra faire évoluer jusqu’à six niveaux chacun. Avant chaque mission, on choisit son équipement et les deux compagnons de route qui assisteront le commandant Shepard. Il sera alors possible d’utiliser leurs pouvoirs respectifs et même leurs donner l’ordre d’attaquer un ennemi particulier ou de les déplacer à tel ou tel endroit.

Le gameplay reste sensiblement le même que dans le précédent opus. On se retrouve devant un TPS tout ce qu’il y a de plus classique. La jouabilité est beaucoup plus souple que dans Mass Effect  2 et Shepard pourra cette fois faire des roulades pour esquiver des tirs. Malheureusement tout se fait avec un seul et unique bouton. En effet le bouton croix sert à se mettre à couvert, courir, faire une roulade et enjamber un obstacle ce qui engendre souvent des problèmes pendant les fusillades. Il n’est pas rare que l’on fasse une roulade au lieu de sprinter ou de se mettre à couvert. Malgré le fait de pouvoir contrôler un commando de trois personnages en leur donnant des ordres et d’avoir à sa disposition toute une panoplie d’armes améliorables, tout cela est facultatif. Il est tout à fait possible de finir Mass Effect 3 dans la difficulté la plus élevée sans se préoccuper de tout ce que le jeu de Bioware met à notre disposition. L’équilibre entre action et stratégie d’attaque n’est pas du tout présent ce qui fait du jeu de Bioware un TPS avec des éléments de RPG mais pas un jeu de rôle.

 

Il fait son petit Effect.

 

La réalisation générale de Mass Effect 3 est supérieure au deuxième opus malgré la présence encore une fois de temps de chargement trop longs et omniprésents ainsi que de différents bugs comme des personnages qui disparaissent pendant des conversations. Mais rassurez-vous c’est beaucoup moins fréquent que dans l’épisode précédent. Graphiquement il suffit d’importer sa sauvegarde de son personnage pour remarquer une nette amélioration. Les décors aussi ont gagné en finesse niveau textures et les PNJ sont beaucoup plus nombreux.

Côté sonore il n’existe plus le gros problème de Mass Effect 2, à savoir une latence entre les bruitages et l’action présente à l’écran. La VF est de bonne facture même si certain personnage sur-joue et que d’autre ont changé de voix (Grunt à la voix de Pacino et plus de Russel Crowe). Pour les francophobes, il est possible de mettre le jeu en VOST. Quant aux musiques elles restent dans la lignée de la saga : discrètes et parfaitement dans le ton.

Pour boucler l’aventure une première fois en mode normal (quêtes secondaires comprises), il en prendra quarante heures de jeu. Et pour ceux qui en voudront encore plus, Mass Effect 3 propose pour la première fois dans la saga un mode multijoueur en ligne. Jouable à quatre il consiste à survivre à l’assaut de plusieurs vagues d’ennemis successifs. Malgré la possibilité de débloquer plein de choses comme de nouveaux personnages, armes et pouvoirs ; le mode online devient vite répétitif après quelques heures de jeu.

 

Les plus:

 

- Une réalisation de qualité.

- Un scénario et des dialogues biens écrits.

- La mise en scène.

 

Les moins:

 

- Divers bugs et chargements longuets.

- Le gameplay axé sur la touche X.

- Le côté "RPG" inutile.

- Le final.

 

Il ne fait aucun doute que Mass Effect 3 est un bon jeu. Doté d’une réalisation solide, d’une mise en scène spectaculaire avec une jouabilité moins lourde que son prédécesseur, le jeu de Bioware ravira les fans de la franchise qui ont accepté le cap du jeu d’action apporté avec le second volet. Mais après l’excitation et l’impatience vient s’ajouter l’amertume. Le final risque de décevoir une grande partie des fans. Heureusement Bioware a promis d’offrir une nouvelle fin grâce à un DLC. Un sentiment de soulagement ?

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Mass Effect 3

tous les tests