Halo : Reach sur Xbox 360, le test de Chaos Theory

Publiez votre test
Signaler
Chaos Theory
6
Chaos Theory X360

Pas si Reach que ça

Pour ce premier test, je vais tenter de m'attaquer à un gros morceau de la 360, à savoir Halo Reach. Cette préquelle à Halo est le dernier titre de la série créé et développé par Bungie.

Commençons par la campagne, que personnellement je trouve comme étant une véritable déception. Le scénario est à la limite du catastrophique. Alors que Bungie aurait eu la possibilité d'adapter l'énorme livre d'Eric Nylund - La Chute de Reach (que je conseil à tout ceux qui s'intéressent un minimum à l'univers d'halo), ils ont décidé de suivre une autre voie qui ne va pas porter ses fruits.

La planète Reach, dernier rempart avant la planète Terre, est supposée subir une invasion massive de la part des Covenantes. Malheureusement Bungie n'arrive pas à nous tenir en haleine et le jeu ne donne pas du tout le mesure d'un tel événement (l'invasion) à une échelle planétaire. Du coup la sauce ne prend pas, et l'ambiance qui s'en dégage s'en ressent fatalement. A ce niveau, comme au niveau du scénario nous sommes très loin d'ODST (qui reste pour ma part l'une des meilleurs expériences solo de l'univers d'halo). Dans ce dernier nous prenions réellement la mesure de ce qui se passait autour de nous, d'une ville dévastée, de l'angoisse d'être seul dans un territoire ennemi. Ici, nous sommes rarement seul grâce aux membres de la Noble Team qui nous accompagne dans la majorité des missions. Heureusement certaines missions sont bonnes et on retrouve les grands espaces qui ont fait la renommé de la série. On regrettera cependant l'effet un peu trop couloir. A contrario, on appréciera les nouveautés comme la mission dans l'espace ou celle en Falcon au-dessus de la ville dévasté.

Il faudra compter 8 petites heures pour voir la fin du solo en normal.

Un petit mot sur les graphismes, qui sont plus fins et plus soignés. Les environnements, les explosions et autres effets spéciaux sont globalement réussis. Le level design est donc dans l'ensemble très correct. Les Spartans et les skins des armes sont très agréables (personnellement j'adore le shotgun). Cependant l'univers d'Halo en prend un coup, on perd les couleurs "flashy" qui était l'emprunte de la série pour des couleurs plus ternes, voir plus noires.

Concernant les armes, on regrettera un fusil automatique trop puissant, un DMR inférieur au BR, un sniper très (trop?) facile à prendre en main ou un shootgun trop efficace. Au niveau des nouveautés, le magnum est une petite perle et le fusil à concussion radical, à côté de ça le sniper covenant n'est pas franchement une réussite.

Autre gros regret, les véhicules, comme le Scorpion, sont désormais destructibles à coup de DMR et autres snipers.

Concernant le Firefight (FF) maintenant, là aussi Reach pèche. La grande majorité des personnes qui ont pu jouer au mode Firefight d'Halo ODST et de Reach sont unanimes, celui d'ODST est beaucoup plus réussi.
De nombreux paramètres rentrent en compte à ce niveau, mais je pense qu'on peut citer les load out qui avantage sérieusement les Spartans, la difficulté général globalement moins élevée que celle d'ODST ou encore -et c'est à mon avis le point le plus important- les cartes qui ne sont pas particulièrement intéressantes et/ou réussies.

En dernier point, le multijoueur OU le point fort d'un des jeux les plus joués du live.
Les cartes sont surement LA plus grosse déception de cet halo. Des cartes peu nombreuses et pas spécialement passionnante à jouer, favorisant le camping (comme au-dessus de l'ascenseur dans Swordbase), pas équilibrée (Boardwalk ou encore Pinnacle) ou juste laide, ce qui est le cas de la majorité des cartes du Forge World, grise à souhait.
Les nouveaux modes de jeu comme l'invasion sont prenants, mais le manque de cartes dans ces modes apporte rapidement une certaine lassitude.
De nombreux autres regrets avec en vrac : le double coup de crosse, le coup de crosse qui bloque l'épée ou l'abus de loadout comme la carapace qui à elle seul a surement dégouté la moitié des joueurs.
Remarquons au passage que le live d'Halo Reach s'est vidé à vitesse grand V (~650 000 joueurs quotidiens), là où Halo 3 avait encore plus d'un million de joueurs/jour il y a de cela un an.

Tout n'est pas a jeter, au contraire! En plus des points donner ci-dessus, on retiendra les nouveaux menus, très accessibles, permettant de rejoindre facilement des amis en ligne, de partager des fichiers ou encore la personnalisation des Spartans très poussée.
La nouvelle Forge 2.0, quant à elle repousse les limites de l'imagination des mappeurs.

 

Dans l'ensemble Halo Reach est une déception, même si le titre contient des éléments forts, ce n'est pas suffisant pour contre balancer le reste. Le solo est médiocre en plus d'être relativement court, le Firefight moins réussi que celui de son ainé et le mode multijoueur remplit de promesses non tenues. A acheter d'occas, à petit prix en import ou à se faire prêter par un ami.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Halo : Reach

tous les tests