The Legend of Zelda : Phantom Hourglass sur DS, le test de LoS AnGeLiNoS

Publiez votre test
Signaler
LoS AnGeLiNoS
8
LoS AnGeLiNoS DS

Deux écrans pour une croisière.

"POSE TA GAME BOY ET VIENS MANGER!!!" Voilà la phrase que les parents risquent de dire à leurs enfants à cause de The Legend of Zelda : Phantom Hourglass. Nous avons beau être sur DS, pour les parents c’est encore et toujours une Game Boy (CQFD)!!!

Mais pourquoi ce Zelda risque de tuer notre vie sociale??? Est-ce l’histoire??? Non, car c’est encore et toujours la même chose (enlèvement made in Nintendo) même si il est vrai que pour changer un peu, elle prend directement suite à The Wind Waker sur Game Cube. Ce qui est un fait plutôt rare pour la série car les épisodes apportent la plupart du temps un Héros flambant neuf ainsi qu’un Royaume d’Hyrule souvent sans rapport avec les précédents.
Les graphismes??? C’est vrai qu’ils sont de très bonnes factures pour de la DS avec cet empreint à The Wind Waker (normal pour une séquelle) qui nous font dire que le console aux doubles écrans en a plus dans le ventre que prévu. Mais non, c’est avant tout l’originalité et la façon de jouer qui surprend.

Exit la croix et les boutons pour jouer, tout se fait au stylet : déplacements, combats, énigmes, ABSOLUMENT TOUT !!! C’est assez déroutant au départ mais l’on si fait vite. Car là, vous n’avez qu’une seule arme de dispo et il faut continuellement passer par le menu pour changer d’arme, ce qui parfois face à plusieurs adversaires différents est franchement chaud (même si il est possible de passer par la croix ou les boutons pour les menus, et L ou R pour les armes). Par contre en ce qui concerne les énigmes c’est jouissif d’utiliser la DS sous toutes ses coutures (je dis bien TOUTES !!!), souffler, gratter, plier la console (clin d’oeil à Another Code), tracer sa route pour sortir d’un brouillard dense, écrire sur l’écran pour ne pas se perdre, faire des cartes, etc… Une très bonne initiative qui renouvelle un gameplay qui n’évoluait pas énormément depuis quelques années.

Bon les soucis avec les Zelda récents sont la durée de vie (à part le Twilight Princess) ainsi que le niveau de difficulté vraiment bas. C’est le cas de celui-ci qui a beau être prenant et inventif mais qui se permet d’être d’une simplicité quasi enfantine. Les donjons sont de vrais bonheurs mais ils sont pour la plupart d’entre eux d’une facilité déconcertante. Heureusement que les énigmes et la jouabilité made in DS sont là car je me demande si ce Zelda aurait mérité l’accueil reçu.

Une autre nouveauté bienvenue est le Temple du Roi Des Mers. Suite à vos exploits dans les niveaux traversés, vous gagnez du sable du temps (tiens, ça me rappelle un jeu…) qui vous permettra d’avancer de plus en plus dans ce donjon central. Et oui, il faudra y revenir plusieurs fois mais calmez-vous tout de suite (je vous entends déjà gueuler), vous ne vous retaperez pas tout depuis le départ car il vous sera possible de se téléporter toujours plus loin sans repasser par toutes les salles précédentes (parfois si, mais bon). En plus, il ne se joue qu’en infiltration (à la Snake mais en moins poussé) et faire face aux spectres ne vous fera que perdre du précieux sable, ce qui est plutôt déconseillé. Ce changement de gameplay apporte un vent frais dans la série qui commençait à ne plus briller comme jadis .

Les balades en bateaux sont différentes de The Wind Waker et plus courtes avec des ajouts non négligeables (la grue que l’on dirige soi-même est une bonne idée ainsi que les différentes pièces pour "tuner" votre navire) mais pêchent dans d’autres compartiments de jeu. C’est pour ma part saoulant de bouger la caméra à même l’écran, de braquer un ennemi tout en arrêtant le bateau (tout au stylet, bien entendu), Nintendo à voulu optimiser le système maritime, c’est louable, mais déroutant. Par contre les îles sont plus grandes et intéressantes que sur l’épisode Game Cube avec de bonnes idées et des protagonistes plutôt sympas.

Bon pour résumer, j’ai quand même pris mon pied avec ce nouvel épisode. Sa façon de jouer novatrice, couplée à une réalisation vraiment impressionnante et surtout une qualité d’écriture terrible (des vannes bien placées, le ton est jeune et les mimiques sont tordantes) m’ont fait retomber dedans sans soucis, mais il est vrai qu’il ne tient pas la route côté challenge comparé aux références de la série. Un bon épisode qui mérite quand même une place de choix chez tout les fans de The Legend Of Zelda.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de The Legend of Zelda : Phantom Hourglass

tous les tests