Call of Duty 3 : En marche vers Paris sur PlayStation 3, le test de SerialButcher

Publiez votre test
Signaler
SerialButcher
6
SerialButcher PS3

La guerre c'est pas bien....

25 Août 1944, Paris.

«Me voilà, assis à la terrasse d’un petit café parisien, sirotant un ballon de vin rouge, profitant d’un repos bien mérité. Les parisiens et parisiennes sont rayonnants, enfin libérés du joug nazi, grâce à nous. Je dis «nous» car pour me soutenir dans ma lourde tâche, diverses nationalités alliées m’accompagnèrent depuis le débarquement jusqu’à la libération de Paris. En plus de nos troupes américaines, étaient présents dans cette bataille de Normandie, des canadiens, des britanniques, des polonais et, bien sûr, des résistants français.

À peine posté à Saint-Lô et mon entraînement tout juste achevé, je fus précipité en plein combat. Mon baptême du feu, sous les bombes, les obus, les tirs en rafale de MG42, les grenades et les corps à corps violents, fut éprouvant mais terriblement formateur. Nombre de camarades d’infortune furent tués et massacrés mais beaucoup participèrent à la victoire en m’épaulant efficacement.

Se succédèrent, à un rythme effréné, des missions nocturnes encadrées par la résistance française, des missions d’assaut à bord de tanks de l’armée polonaise, des missions de libération de prisonniers, des courses-poursuites en jeep à travers les lignes ennemies, une traversée de la Mayenne à bord de barques de fortune, sous les bombes et les tirs nourris... Combats en ville, au cœur des villages meurtris, au sein des forêts et des plaines normandes, de jour, de nuit, à l’aube, au crépuscule, sous la pluie, par temps ensoleillé... Rien ne nous aura été épargné... Mais au bout du compte, la victoire fut au rendez-vous...

Une charmante serveuse me ramène à la réalité en nous resservant à boire, à mes camarades polonais et à moi-même. Pas le temps de profiter de cette nouvelle tournée car nous reçurent l’ordre de faire route vers les Ardennes françaises. La bataille de Normandie est terminée et s’achève au cœur d’un Paris libéré et soulagé. Mais la guerre est loin d’être terminée...»

Après avoir fini ce jeu, ou cette «expérience» devrais-je dire, deux sentiments surgissent, s’opposent et se mêlent. J’ai bien l’impression d’avoir participé à une bataille de grande ampleur, au sein d’une armée composée de dizaines et de dizaines de soldats, mais j’ai plus l’impression d’avoir pris part à de petites actions commandos que d’avoir libéré la Normandie toute entière comme cela avait été annoncé et promis par les développeurs. Je me rappelle de communiqués nous promettant qu’il n’y aurait AUCUN chargement et que toute la campagne se ferait d’une traite... On en est loin...

Que ce jeu est court... C’est effarant... Alors bien sûr c’est superbe, c’est très immersif, il y a pas mal d’idées «nouvelles» comme les corps à corps (trop scriptés à mon goût), les Quick Time Events (pas trop mal exploités), le pilotage de jeep ou des chars (très dynamiques). Les armes sont superbes, la bande sonore est comme toujours incroyablement immersive et intense, les décors et les animations sont en tous points impeccables! Mais je n’ai pas ressenti l’impact et l’évasion que m’avait procuré Call of Duty 2 (COD2). Même en mode «normal» j’ai l’impression d’avoir vraiment «fait la guerre» beaucoup plus longtemps en jouant à COD2. Le gros problème de Call of Duty 3 (COD3) est que, d’avoir voulu faire trop guerre et combats à grande échelle, on se retrouve perdu au milieu de la masse et il ne nous reste plus grand monde à tuer. Nos camarades se chargeant très bien tout seuls de l’armée allemande. J’ai souvent plus eu le sentiment de participer ou de regarder un film de guerre, spectateur des tueries de mes compagnons que de remplir mon rôle d’acteur...

Heureusement que nous profitons d’un mode on-line digne de ce nom et qui surpasse celui de COD2. Les maps sont immenses, le nombre de joueurs passe de 8 à 24. Aucun lag ni ralentissement, possibilité de piloter, side-cars, voitures, jeeps, tanks... Et de commander des pilonnages d’artillerie ! Que du bon !!!

Pour conclure je dirais qu’il vous faut COD2 pour le mode solo et COD3 pour le on-line.

Pour résumer, je reste finalement sur ma faim et suis assez déçu par ce dernier opus malgré toutes les performances techniques et graphiques qui font entrer COD dans la réelle aire Next-Gen. À la différence de COD2, je n’en garderai pas de souvenirs impérissables...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Call of Duty 3 : En marche vers Paris

tous les tests