Red Dead Redemption sur Xbox 360, le test de CaliKen

Publiez votre test
Signaler
CaliKen
8
CaliKen X360

Red Dead Revolver

Ma private joke n'amuse que moi, m'en fou, j'ai vraiment aimé ce lapsus dans la présentation du podcast de cette semaine... (malheureusement vite corrigé).

Donc, parlons de ce Red Dead Revolver. Comme je l'ai déjà dit dans mes précédents tests, c'est pas ici qu'on va trouver du test objectif... Au contraire, étant donné que je sais pertinemment que je ne le serai pas (objectif), je préfère me focaliser sur mon ressenti. Des tests à prendre avec des pincettes, donc... A tes risques et périls.

J'attendais Red Dead Revolver avec impatience. J'ai appris son existence grâce à l'ami Trazom, qui en a parlé avec toute sa retenue habituelle... Et pourtant, on sentait une pointe d'excitation, de puissance intrasèque que ce jeu avait dévoilé.

Du coup, je me suis mis à l'attendre de plus en plus, et comme un Katamari, j'ai vu que de plus en plus de personne étaient prises dans cette envie grandissante.

Et puis, j'y ai joué. Et là, étrangement, j'ai été déçu.

VAS-Y T OUF TAIME PAS RED DEAD, MER IL ES FOUR XD

Bah si j'aime bien Red Dead, mais en y jouant, je me suis rappelé que ce "n'était qu'un" GTA Like. Alors oui, bien sûr, j'adore les GTA, mais j'attendais autre chose.

Moi qui m'attendait à quelque chose d'épique, je me suis retrouvé à enchaîner les missions, à traverser une carte que j'imaginais plus grande (oui, en allant du premier ranch à Armadillo, je me suis dit que c'était assez rapide), et à aller d'un point à l'autre... certes avec plaisir, mais une pointe de déception.

Déception aussi dans le maniement du cheval. J'aurais espéré quelque chose de plus technique, plus difficile à maîtriser, mais qui aurait apporté plus de satisfaction après quelques heures d'apprentissage... Là, honnêtement, j'ai retrouvé un mix de Zelda OOT et Ico, avec des chevaux capables de gravir des pentes incroyables, qui se conduisent presque comme des voitures, qui s'arrêtent d'un coup en dérapant parfois (si, si), qui se bloquent contre un petit muret pour rien...

Continuons dans les critiques, on garde le meilleur pour la fin... Je suis très mitigé sur l'univers. Far West, certes... Mais Far West à la fois trop vivant et trop mort. C'est finalement très rare de ne croiser personne quand on va d'un point à l'autre. Il se passe toujours quelque chose. Des animaux, des cavaliers qu'on croisent, des gens qui se font attaquer... On perd cette notion de terre sauvage, et c'est mon humble avis. Etrangement, je ressens moins cette notion de "calme" que je ressentais quand je me retrouvais, dans GTA 4, soudain dans une petite impasse, ou sur un bord de plage éloigné, ou même dans l'eau, loin des terres... Tiens, parlons d'eau, Maston ne sait pas nager ! Régression énorme ! En parlant de régression (j'enchaîne les transitions là), impossible de savoir sa couleur en multi... A part passer sur l'écran carte. Sur GTA, même si le multi était perfectible, on pouvait au moins dire à son pote "je suis l'icône vert pâle dégueulasse, rejoint moi sur le toit de tel immeuble, hihihi lolilol".

La carte est immense... mais tous ces chemins cassent le côté naturel, qu'on retrouvait plus dans un Shadow of The Colossus. Je reste aussi mitigé sur l'utilisation du GPS. Je crois qu'à l'époque, ils n'y en avaient pas encore beaucoup... et j'aurai peut-être plus apprécié de galérer un peu à chercher un endroit, que d'y aller d'un coup (ultra casual pour le coup). Moi qui pensais pouvoir me perdre avec un ou deux amis sur le live, juste pour découvrir des lieux... je me suis souvent retrouvé à galoper sur des chemins tracés, et à ne rien découvrir du tout. Je chippote, parce que j'ai pris du plaisir... mais finalement, pas tant que ça, ou du moins, pas le plaisir escompté...

Je crache dans la soupe, certes... car Red Dead Revolver est un jeu formidouble, à plus d'un titre. Graphiquement, c'est encore un cran au dessus de GTA 4. Tout est parfaitement soigné et l'univers est très bien retranscrit, et plaisant à jouer. L'histoire, une fois encore, est tarentinesque (enfin, Sergio Leonesque plutôt), avec des dialogues bien pensés, et des personnages hauts en couleur... Bémol toutefois sur le héros, John Marston. Il est très bien, très intéressant... mais, encore une fois, Rockstar nous a pondu un personnage trop sympathique et gentil... Du coup, on s'y attache, et on n'ose pas faire le fou furieux dans les villes... Moi qui voulait faire le vrai salopard et provoquer la misère dans des rues désertées, je me retrouve à saluer poliment tous les gens que je croise... juste parce que j'ai été ému de la façon dont le héros réagit à la gentillesse de la petite fermière qui vient à son secours au début du jeu.

Le reste n'est que maîtrise et prise de plaisir. Les gunfights sont superbes, les chevauchées contre des brigands bien foutues, la bande son nous met dans l'ambiance...

Et pourtant, je ne peux m'empêcher d'être déçu.

L'ai-je trop attendu ? Telle une jouvencelle qui se retrouve face à un prince moins charmant que prévu ? Arrêtons là les comparaisons à deux euros, et disons simplement que Red Dead Revolver n'est pas la gifle monumentale à laquelle je m'attendais, mais qu'il pique quand même bien comme il faut !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Vos tests de Red Dead Redemption

tous les tests