Banjo-Tooie sur Xbox 360, le test de corce87

Publiez votre test
Signaler
corce87
10
corce87 X360

Quatrième test: Banjo-Tooie

 

Après ma petite excursion à la montagne perchée pour partir à la rencontre de Banjo et Kazooie et leur donner mes premières impressions sur cette seconde aventure, je m'attaque aujourd'hui au test complet du jeu.

 

Jeu développé par Rare et sortie en 2001 dans nos vertes contrées sur la bonne vieille Nintendo 64, Banjo-Tooie, suite directe de Banjo-Kazooie, nous revient en 2009 sur le XBLA pour botter une fois de plus l'énormissime derrière de Grunty la sorcière. Cela fait maintenant deux ans que Gruntilda la sorcière a été défait par Banjo l'ours et Kazooie l'oiseau. Nos deux compères pensant prendre un repos bien mérité, vont devoir reprendre du service car malheureusement Mingela et Blobelda, ses deux immondes soeurs venues tous droit de l'île aux sorcières, lui ont rendu la vie et elle en profite pour éliminer ce pauvre Bottles. Après cet incident dramatique, Banjo et Kazooie décident de reprendre du service et filent en direction de l'île aux sorcières à la poursuite du trio horrifique.

Votre objectif est de glaner des pièces de puzzle, récompense que vous recevrez après avoir accompli différentes missions. Pour vous aider dans cette quête, Mumbo le chaman vous donnera un coup de main en échange de Globow, petite créature magique à grandes oreilles. Hé oui Mumbo devient un personnage jouable dans l'aventure et il utilisera sa puissante magie chamane pour déplacer des objets encombrants ou bien encore d'insuffler de l'énergie vitale à des personnages qui ont perdu la vie. Mais alors qui se charge de vous transformer en tout et n'importe quoi si le chaman devient jouable? En échange de Globow (eh oui encore), Humba Wumba la chaman indienne utilisera toute sa puissance magique pour vous donner la possibilité de vous adapter à l’environnement qui vous entoure. T-Rex, Sous-marin ou bien encore en abeille tels sont les quelques transformations que vous subirez durant votre folle quête. Avec Wumba, d’autres personnages font leur apparition comme Honey.B qui augmente votre barre de vie en échange de quelques alvéoles vides, Jiggy Wiggy un sage à tête de pièce de puzzle qui vous ouvre la voie vers les nouveaux mondes ou bien encore Jamjars le frère de Bottles et instructeur militaire de son état. Il enseignera à Banjo et Kazooie des techniques de combat avancées tels que Blaster Breegull, où Banjo utilisera Kazooie comme un fusil à pompe, la Perceuse Bill une version plus puissante de l’attaque marteau-pilon ou bien encore il vous donnera la possibilité d’user de munitions différentes comme les œufs-grenades ou les Kaz’Œufs mécaniques. Il vous enseignera entre autre la technique de séparation qui permettra à notre duo de vivre l ‘aventure séparément et de se battre sans l’aide de l’autre. Il existe également un mode multi joueur semblable à Goldeneye, autre jeu développé par Rare, mais je vous laisse le plaisir de le découvrir.

Alors que dans le premier opus toute l'aventure se déroulait à l'intérieur de la tanière de la sorcière, cette fois-ci tous ce beau monde nous entraîne sur l'île aux sorcières, un hub en extérieur a contrario du premier épisode. Premier constat ce hub est beaucoup plus vaste que la tanière de Grunty et il existe un réseau de galerie souterraine faisant office de raccourcie pour rejoindre les quatre coins de l'île. Cette île est divisée en plusieurs sections bien distinct et tous différents les uns des autres: la clairière, la pinède ou bien encore les terres arides. Ces sections vous permettent de pénétrer à l'intérieur des nouveaux mondes de cette aventure: le temple Mayahem, la mine miroitante, le lagon de Joyeux Roger... Un réseau ferroviaire fait la jonction entre tous ces mondes à condition d’avoir ouvert au préalable leur gare respective. Une bonne trouvaille de la part des développeurs. Petite remarque: chaque niveau a droit à son gardien ou boss si vous préférez, à la différence du premier opus. Ces boss ne manque pas d’humour et possède un style qui leur est propre: Targitzan la statue Mayahem, Mr Patch le dinosaure gonflable (que l’on retrouve dans Nuts and Bolts) ou Lord Woo Fak Fak un énorme baudroie aveugle.

Tout le monde se souvient de la bande-son qui avait été un des points forts de Banjo-Kazooie avec ses musiques dont le ton varie en fonction de la situation dans laquelle on se trouve, les borborygmes des personnages et l’humour savoureux se dégageant des dialogues (surtout ceux de Kazooie un régal) et qui ont le mythe de cette franchise. C’est avec un immense plaisir que l’on retrouve pour cet épisode la même recette sonore servi avec des ingrédients de qualité et Rare nous propose une fois de plus une sauce plus que digeste. Un vrai régal pour nos oreilles.

Parfait à tous les niveaux comme son aîné, Banjo-Tooie a le mérite de pouvoir rivaliser avec les plus grand titres de jeu de plate-forme encore aujourd’hui même si cela va de soi il n’arrive pas à la cheville de Super Mario Galaxy 2 la référence du jeu de plate-forme actuellement. Mais n’oublions pas que ce jeu est sorti il y a près de 9 ans sur la Nintendo 64 et que pour l’époque le titre de Rare avait réussi, tout comme son prédécesseur à trôner au panthéon du jeu de plate-forme au côté de Super Mario 64, la référence de l’époque. Un retour réussi pour cette adaptation sur console Next-Gen.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Vos tests de Banjo-Tooie

tous les tests