Mass Effect 2 sur PC, le test de Houbi

Publiez votre test
Signaler
Houbi
10
Houbi PC

Merci Monsieur Bioware

La suite tant attendue d'un des plus grand jeu de fin d'année 2007 est enfin disponible … Le développeur Bioware est clairement attendu au tournant par les grands adorateurs de la firme qui sacrifient une fois par semaine un petit veau à la gloire du grand Baal, en hommage aux très grands Baldur …

Ce test étant rédigé par un amateur, il n'a aucune prétention professionnelle et se base donc en partie sur l'avis de journalistes de gameblog et autres! J'avais envie de faire partager ma vision du jeu qui est différente de la plupart des tests que j'ai pu lire, gameblog m'a semblé parfait pour cette expérience qui reste inédite pour moi, soyez indulgents. :)

Retour sur la genèse de la série:

Soyons clair dès le départ et rappelons ce qui a fait la force du premier Mass Effect, et qui a tenu en haleine un grand nombre de joueurs jusqu'à la sortie de ce titre: Il s'agissait avant tout d'un jeu d'action mâtiné d'un gameplay et une évolution de personnage typiques des jeux de rôle de la firme, mais dont l'orientation était clairement grand public; le tout installé dans un univers Space Opera solide, multipliant les références aux mastodontes du genre que sont Dune, Hyperion, 2001, Star Wars, pour ne citer qu'eux.

Ce premier Mass Effect m'était personnellement quasi irréprochable si l'on met de coté certains défauts techniques (que je ne m'amuserai pas à énumérer dans le test de Mass Effect II …). Là où cependant le mât blessait pour les habitués de Bioware, c'était justement qu'il s'agissait d'un jeu Bioware et pas d'Electronic Arts; c'était le parti prit « grandpublicalisé » du titre, que ce soit les phases de dialogues et interactions avec les personnages jouables ou non – dont les possibilités étaient quasi ridicules en comparaison d'un baldur, au hasard – ou bien le faible nombre de compétences dont on disposait par classe et le peu d'imagination dont ont fait preuve les développeurs à leur égard. Les joueurs s'attendaient à mieux je pense d'une boite qui communiquait sans arrêt sur  la grande nouveauté, l'abandon des jeux à licence, la création de leurs propres univers SF et Fantasy. Soit, l'aventure était boosté par un univers béton, une mise en scène digne des nouvelles grandes productions du jeux video occidental. Pour un premier essai, ce fut un coup de maître en terme d'expérience de jeu. Et tant pis pour les quelques déceptions, c'était vraiment le pied cette aventure quant on y pense !

Un univers Space Opera dont vous êtes virtuellement le héros … Une expérience quasi inédite, d'autant plus quant on voit le travail de background effectué en amont. Bien sur l'auteur se permettait un certains nombre de clin d'œil, d'autres y voit un simple mélange des grands fondateurs de la science fiction de ces 50 dernières années. Mais le constat est là, la mayonnaise prenait d'une manière incroyable ! Je le répète, mais quel pied !

L'arrivée tant attendue:

Ainsi deux années passent, et ce premier volet gagne en valeur dans l'esprit des adorateurs des Franck Herbert et autres Dan Simmons... Ils se souviennent de cette année 2008 (pour les joueurs PC dont je fais parti) où ils ont enfin pu toucher à leur rêve … Et voilà que la suite débarque ! Un teasing efficace, on nous parle de mission suicide pour le commandant Shepard par vidéo courtes interposées …On attend beaucoup de ce deuxième volet! On se dit qu'ils ont toutes les cartes en mains pour approfondir une bonne fois pour toute le système de compétences au combat un peu léger du premier épisode, couplé avec cet univers efficace déjà créé!

Puis les premiers tests débarquent sur la toile française et on se rend compte avec un certain étonnement que finalement non, le jeu est en fait assez tourné action, vos personnages auront finalement moins de compétences au combat, qui pis est on le compare parfois à un Gears of War … Mais qu'ont ils fait ? Bioware mon ami qu'as tu fait de ton âme ? Dit l'aficionado du bon vieux baldur ...

Révélation:

Bon, il s'agit quand même de Mass Effect II, quelques en soient les critiques, tout admirateur du premier volet se doit d'y jouer …

A noter pour commencer la déception de l'utilisation des sauvegardes du premier Mass Effect assez … anecdotique dirons nous. Après quelques heures de jeu, on découvre effectivement cette volonté totale et assumée de « granpublicalisé » la série … Un pas supplémentaire est franchi... Aïe ... J'ai mal, un autre grand qui meurt dans mon cœur … J'assiste aux fameux écrans de « fin de chapitre », et là je me dit qu'ils ont totalement lâché l'affaire … Je continue cependant cette aventure que je trouve addictive … Puis je m'intéresse au background des personnages. Et là c'est vraiment la grande baffe. Je commence à me rendre compte du changement d'état d'esprit de cette équipe de développeurs, ce courage d'avoir voulu balayer leurs propres codes.Je me prends totalement au jeu, j'arrive à dépasser mon petit coté « c'était mieux en 99, quand j'ai découvert Baldur I » …

Il s'agit effectivement d'un cheminement logique quant on regarde l'historique des jeux produits par Bioware, n'en déplaisent à certains: le deuxième Baldur était plus épique et moins « hardcore » en terme de système de jeu que le premier (on nous épargnait les lancer de dès dans la fenêtre de combat, souvenez vous). Le premier KOTOR, dont l'univers est pour le coup plus proche du jeu dont on parle, la même, déception de certains fans: on nous propose seulement trois classes en début d'aventure. Peu d'interaction entre les personnages. Mais une mise en scène très réussi, on se souvient tous du fameux twist à mi jeu … Une grande réussite! Même le petit dernier, Dragon Age, n'est clairement pas à la hauteur des deux Baldur, mais cependant très réussi par certaines scènes finement réalisées.

Explications:

Ainsi le scénario tant décrié semble effectivement plus léger dans cet épisode au début de l'aventure. Et c'est justement à mon sens une grande force du titre! En terminant le jeu et avec du recul, on se rend compte qu'il ne s'agit pas d'un affaissement de l'intrigue; On comprend le changement, la nouveauté qu'apporte ce deuxième volet non seulement à la série, mais je dirai même aux jeux video en général. A la manière d'un No More Heroes (oui la comparaison est osée, je sais! Certains vont sourire ...) l'essentiel de la trame du jeu se passe par les personnages (ici jouables alors que dans NMH c'est le seul background des boss qui forment l'intrigue du jeu si on peut dire ...). C'est un effet de style, une nouvelle façon de conter une histoire, assez rare dans le jeu vidéo non ? Il m'est difficile de plus m'expliquer à ce sujet sans spoiler, mais sachez qu'il est évident que l'histoire de certains de vos coéquipiers auront un impact direct sur l'intrigue du troisième opus!

Oui, voici le véritable reproche qu'on peut faire à Mass Effect II, c'est qu'il s'agit d'un épisode de transissions, un concept qui ne plaira pas aux joueurs qui pestent sur le démembrement des jeux d'aujourd'hui en trilogie. Reproche qu'on pouvait également soumettre à Mass Effect I au passage. A trop flirter avec le septième art, le jeux vidéo commence à en découvrir les mauvais penchants. Compter entre 12 et 15h de jeu en fonçant tête baissée, 30h en ratissant large … Certes c'est peu pour le genre. Donc oui il existe un véritable intérêt « scénaristique » à ce deuxième volet, qui passe directement par des personnage dont le profil psychologique et les opinions ont été très travaillés. Je le répète, pour un bon nombre de vos coéquipiers, il ne s'agit pas de quêtes annexes sympathiques qui embellissent un peu l'intérêt et la durée de vie du jeu, mais c'est bel et bien la force principale de l'intrigue de ce titre. Ne passez pas à coté!

Pour qu'un équipier vous soit loyal, il faut qu'il vous fasse confiance. Vous n'obtiendrez sa confiance qu'en vous intéressant à son histoire. S'en suit une quête « annexe » qui porte mal son nom pour le coup, avec à la clé une compétence supplémentaire et une nouvelle tenue à débloquer.Un des intérêts essentiels de ces quêtes réside dans les choix qu'on vous propose, la façon dont vous terminerez les missions. Et j'avoue qu'il m'est arrivé de me torturer la tête en essayant de deviner les répercutions sur la suite de l'histoire. J'ai parfois été surpris … Donc si vous êtes du genre à ne rien laisser passer en conciliation ou en pragmatisme, un conseil, soyez prévoyant en sauvegardes ...

Une immersion toujours plus poussée:

Coté technique, quoi qu'on en dise l'optimisation graphique de ce deuxième volet joue énormément dans l'immersion de cet univers. Il est juste regrettable que les environnements ne soient pas un peu plus diversifié...

Notons également un travail exceptionnel et beaucoup trop rare sur les voix françaises qui collent admirablement bien aux protagonistes. La bande son est toujours aussi réussi, peut être un peu plus discrète que dans le premier volet mais rien de grave.

Concernant le système de combat, la pause est toujours présente mais le jeu est clairement plus tourné action que stratégie. Désormais lors de l'utilisation d'une compétence, le temps de recharge bloque TOUTES les compétences du personnage … Un peu déroutant au début de l'aventure lorsque vous jouez par exemple un biotique, mais on s'y fait vite. Surtout qu'un système d'optimisation des compétences vous permettra de grandement limiter cette attente. J'apporterai néanmoins un bémol assez surprenant d'ailleurs, concernant l'abandon du système de surcharge pour des munitions comptées, en total désaccord avec le background du premier opus … Néanmoins les combats sont toujours aussi réussi je trouve, même si la difficulté générale semble être affaiblie.

Tout va bien Joker ?

J'en viens donc naturellement au vaisseau, à partir duquel vous devrez maintenant effectuer des recherches sur les planètes que vous croiserez dans vos pérégrinations. Des matières premières sont à collecter pour renforcer votre navire, vos capacités, protections, armes, et j'en passe. On regrettera néanmoins qu'il faille épuiser un grand nombre de système solaire pour équiper un simple vaisseau et une équipe de 10 personnes … Pas très naturel tout ça … D'autant plus agaçant que ces scènes deviendront vite ennuyeuses.

Pour finir, parlons un peu du contenu téléchargeable: notons la totale inutilité de la mission additionnelle sur le crash du vaisseau … En revanche le personnage supplémentaire bénéficie d'un bon travail, je m'attendais à beaucoup plus creux après mon passage sur le site du crash et j'ai bien fait de persévérer, son histoire vaut vraiment le coup.

Conclusion:

Vous l'aurez compris, ce Mass Effect II est mon grand coup de cœur de ce début d'année. L'attente du troisième épisode sera immense pour ma part, tant furent intenses les choix cornéliens proposés par cette fin de jeu magistrale (qui termine il est vrai un peu en queue de poisson, mais ça c'était prévisible hin) ! Je dis qu'il n'est pas tellement simplifié que ça dans son système de compétence, qu'on doit se rappeler que c'était déjà le cas (en moindre mesure certes) dans le premier Mass Effect! Chapeaux messieurs de Bioware, vous avez réussi le tour de force de changer un vieux con !


 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de Mass Effect 2

tous les tests