Mass Effect 2 sur Xbox 360, le test de Kokoro

Publiez votre test
Signaler
Kokoro
10
Kokoro X360

Un caractère de Krogan, un coeur d'Asari

Deux ans. Cela fait même maintenant plus de deux ans, que le premier Mass Effect est sorti. Ce jeu a changé ma vie de joueur, ni plus, ni moins. Après l'avoir fini trois fois (et bien d'autres après), je n'ai cessé d'attendre la suite. Une attente qui ne s'est jamais arrêtée de croitre avec le temps, pour atteindre son apogée la veille de la sortie. Et pourtant, au fur et à mesure que l'on se rapprochait de la date fatidique, les premières informations n'étaient pas forcément rassurantes. Un jeu plus orienté action, la disparition de quelques éléments du premier épisode, un scénario qui ne faisait apparemment pas l'unanimité... Mass Effect 2 est il bien le digne héritier de son prédécesseur, ou alors un banal jeu de shoot enrobé d'un univers hors du commun?

 

 

 

Les chiens de l'Hadès

 

L'introduction de ME2 ne dépayse pas vraiment le joueur fanatique du premier épisode. Une fois de plus, le jeu s'ouvre avec deux personnes parlant du commandant Shepard, le désignant comme l'homme (ou la femme) de la situation. Puis s'affiche alors un petit résumé écrit de la situation humaine au niveau galactique, avec un léger rappel des évènements du premier épisode. Enfin, on arrive à l'intérieur du désormais célèbre Normandy. C'est alors que... Hum, en fait non, je ne peux pas vous décrire ce passage. Je voudrais pourtant exprimer de la manière la plus belle qui soit ce que j'ai ressenti durant ce passage, mais l'intro est vraiment exceptionnelle et mémorable, je pense donc qu'il est préférable que vous la découvriez vous même, il faut la vivre. Quoiqu'il en soit, c'est après ce début excellent que l'on entre vraiment dans ME2.

 

Vient alors la création du personnage. Assez similaire au premier épisode, il vous faudra choisir entre créer un personnage tout neuf, choisir le personnage de base ou bien importer votre personnage à partir d'une sauvegarde du premier épisode. Ce que je vais dire va peut être vous paraître extrême, mais si vous n'avez pas de sauvegarde du premier épisode... Alors arrêtez de jouer. Enlevez tout de suite ce jeu de votre console, et allez vous payer Mass Effect, finissez le, et là, rejouez au deuxième. Bon d'accord, je suis peut être un peu trop sévère, mais jouer au deux sans avoir une sauvegarde du premier, c'est comme manger des frites sans Ketchup, vous voyez? Non? Bon, bah disons simplement que vous passerez à coté de certains détails, qui en tant que grand fan du premier, m'ont fait énormément plaisir. Cela se résume peut être à croiser des personnages issus des quêtes de ME, ou bien à simplement recevoir des mails de remerciement, et quelques autres surprises encore, mais c'est très agréable. Cela donne la sensation d'être dans un univers que l'on a partiellement façonné. Malheureusement, je ne pourrais pas vraiment vous dire si il y a de très grandes différence entre un personnage importé et un personnage de base, car si j'ai essayé de jouer un personnage "nouveau", cela n'a pas duré longtemps. Le fait d'avoir un passé imposé par défaut, de ne pas sentir que c'est mon personnage, mes choix, m'a vite fait arrêter ca. Mais je suppose que pour ceux qui n'ont jamais touché au premier, commencer avec un héros tout frais ne doit pas poser de problème. Ceci dit, je conseille quand même de faire le premier. Bon allez, j'arrête de vendre le premier épisode et on recommence à parler du deuxième!

 

 

Après avoir créé ou repris votre Shepard, vient le choix de votre classe parmi six. Soldat, Franc Tireur, Porte Etendard, Adepte, Sentinelle ou Technicien. Chaque classe à un rôle bien précis. Le soldat est l'unité de combat par excellence, plutôt résistant et pouvant utiliser toutes les armes. C'est donc l'unité d'attaque la plus polyvalente. L'ingénieur comme son nom l'indique maitrise la technologie. Il peut "invoquer" un drone de combat, geler ou bruler ses ennemis, et s'attaquer directement au bouclier de ses ennemis. L'adepte est quand à lui le "magicien" du jeu. Il a des pouvoirs biotiques (ce qui concrètement ressemble à "la force" dans Star Wars) qui lui permettent principalement de "contrôler" les ennemis, en les repoussant, en les faisant léviter, etc...  Ce qui bien sur a son utilité. Les trois dernières classes sont un peu des hybrides des trois premières. Le franc tireur, mélange entre le soldat et l'ingénieur, est un sniper. Il peut se rendre invisible et attaque à longue distance. Le porte étendard, mélange entre le soldat et l'adepte est lui au contraire le spécialiste du corps à corps. Il peut compter sur son fusil à pompe et ses pouvoir biotiques pour ca. Enfin la sentinelle est le mélange entre l'ingénieur et l'adepte, il prend un peu des deux, et a principalement des pouvoirs pour affaiblir les autres, en plus de son armure robuste qui en fait la classe la plus résistante du jeu.

 

C'est après la création de notre personnage que le jeu commence réellement. C'est aussi à ce moment là que j'ai ressenti une sensation bizarre. J'en avais déjà parlé dans mes premières impressions d'ailleurs. C'est comme si je ne me sentais pas dans ME, comme si ce n'était pas la suite mais un autre jeu... Tous mes repères, toutes les petites choses que je retenais du premier, elles n'étaient plus là. Si je reparlerais plus en détails du reste, la première chose qui m'a frappé (aie), c'est le changement de l'interface. En y réfléchissant bien, c'est plutôt rare qu'un jeu change d'interface aussi radicalement. On se souvient tous des objets de Metal Gear Solid qui apparaissent quand on appuie sur les gâchettes ou de l'interface quasiment inchangée de la série Final Fantasy. Et bien ici, tout a changé. Adieu la barre de vie en bas à gauche de l'écran, et les différentes barres de boucliers. Adieu aussi  les informations sur nos coéquipiers, qui n'apparaissent désormais qu'en tout petit en dessous de notre propre barre de santé/bouclier, seulement lorsqu'ils s'en prennent plein la gueule. Adieu le médigel aussi, enfin presque. Et bonjour les chargeurs de munitions, ou plutôt de refroidissement. Car l'univers a bien évolué en deux ans, ho oui... Ainsi, l'armement à évolué pour être plus performant. Cependant, la contrepartie, c'est qu'il faut changer les chargeurs de refroidissement de l'arme désormais. Quant au médigel, inutile de se soigner désormais, car les armures intègrent directement un système de soin automatique qui fera remonter votre santé au bout d'un certain temps. On pourrait dire que c'est pour rendre le jeu plus orienté action, mais, en fait, ceux qui ont joué au premier savent très bien qu'à l'époque déjà, certains mods permettaient de regagner de la santé automatiquement. Alors au final, ils sont juste directement intégrés à l'armure désormais. Mais bon, de nombreuses choses ont changé. Pour le meilleur, et parfois malheureusement, pour le pire...

 

 

War has changed

Venons en tout de suite à un point très important du jeu: les combats. Le système de combat de ME premier du nom était vraiment une réussite à mes yeux, avec un habile mélange entre action et RPG. Le deuxième épisode apporte son lot de modifications, mais, contrairement à ce que l'on pourrait penser dans un premier temps, ne se contente pas que de nous faire bêtement enchainer des fusillades musclées. Il y a un vrai système de jeu, très bien fait. Mais il est caché! En effet, on ne peut commencer qu'à en profiter vraiment qu'en mode Hardcore, car les modes de difficulté inférieurs ne proposent pas vraiment un challenge à la hauteur de notre puissance de feu. En tout cas j'ai trouvé que ME2 était beaucoup plus un RPG que son ancêtre au niveau des combats.

 

On retrouve ainsi un grand classique du genre: les faiblesses. Selon le type de boucliers des ennemis, leur schéma d'attaque ou même leur race, ils seront vulnérables à un certain type d'attaque. Car la majorité de nos ennemis seront bien protégés, par une armure, un bouclier cinétique ou une barrière biotique, voir tout à la fois! Pour tuer un ennemi, il sera nécessaire de faire tomber ses défenses afin de s'attaquer directement à sa barre de vie, certains ennemis devant même être "enflammés" car sinon leur vie se régénère automatiquement... Ainsi il faudra utiliser le feu pour détruire une armure, la surcharge pour désactiver un bouclier , un pouvoir biotique pour anéantir une barrière biotique, des munitions spéciales pour les ennemis synthétiques, etc... C'est là que l'on se rend compte de l'importance de notre classe et de l'obligation d'avoir une équipe avec des capacités différentes, pour s'adapter à tout type de situation. Des situations différentes, il y en aura en plus! On rencontrera des ennemis beaucoup plus variés que dans le précédent épisode. Ainsi, en plus de retrouver nos amis les Geths, et les redoutables Krogan, on rencontrera bien d'autres espèces, certaines nouvelles, d'autres non, et de différentes classes, qui auront chacune leur spécialité. On notera également l'apparition des Mécas, qui sont en fait des robots. Ces adversaires ne sont pas tellement puissants, mais ils sont souvent en groupe et ne ressentent pas la douleur, ce qui fait qu'ils avancent vers vous sans jamais s'arrêter, et croyez moi, quand ils sont dix, on peut vite être débordé! Les ennemis principaux du jeu vous poseront aussi pas mal de problème, leurs pouvoirs et leur technologie avancés leur procurant un avantage non négligeable sur le terrain de combat. Les ennemis en général se comportent de manière plus ou moins intelligente. C'était déjà le cas dans le premier avec ces foutus Krogan qui vous fonçaient dessus, mais là chaque ennemi aura un comportement propre (et ils utiliseront des armes variées). Ceux qui attaquent au corps à corps prendront bien soin de vous contourner alors que leurs camarades à distance ne vous laisseront pas de répit, ce qui parfois vous conduira à un game over pur et simple. L'IA se débrouille plutôt bien, à condition bien sur que l'on choisisse un mode de difficulté élevé. Je conseille d'ailleurs de commencer par difficile si on veut du challenge et pour se familiariser avec le nouveau système de combat, puis d'enchainer avec Hardcore et Dementiel pour l'apprécier au maximum. On pourra juste regretter qu'il n'y ai pas trop d'ennemis disposant de pouvoirs biotiques (en même temps quand y'en a ils nous arrachent la tête en deux coups), que les sniper ennemis aient totalement disparus, ou l'absence de certaines unités du premier (je pense aux stalker Geths).

Parlons également un peu des classes. Je les ai toutes un peu essayé, et il n'y en a pas une plus forte que les autres. J'ai beaucoup lu que les biotiques étaient supérieurs, mais c'est totalement faux. Ce qu'il faut savoir déjà, c'est que les pouvoirs biotiques n'affecteront même pas un ennemi tant qu'il aura une protection. Alors certes, tout le monde n'a pas de protection dans les modes normal et difficile, mais au dessus, seuls quelques malheureux n'auront aucune protection, et donc fini l'utilisation abusive des pouvoirs biotiques. Un biotique dans l'équipe peut donc aider, surtout pour repousser des ennemis trop collants, mais il faudra au préalable détruire la défense de l'ennemi en question. Il faut savoir que les classes sont beaucoup plus différentes qu'avant. Elles ont toutes un pouvoir spécial qui leur est propre. L'ingénieur a son drone, le soldat peut activer une sorte de mode ralenti, l'adepte a le pouvoir de singularité qui créer une sorte de mini trou noir, le franc tireur peut devenir invisible quelques secondes, le porte étendard a la charge biotique qui permet de rentrer dans un ennemi au corps à corps, et enfin la sentinelle a un super bouclier, qui renforce sa défense et lâche une vague d'énergie lorsqu'il est détruit. Les classes ont certains pouvoirs en commun, comme les munitions ou quelques pouvoirs, mais elles arrivent quand même à toutes être uniques. Ce qui fait que forcément, selon le personnage joué, les combats changent du tout au tout. Ce qui veut dire qu'il faudra bien faire le jeu six fois pour en profiter à fond! Enfin après, à vous de voir. En ce qui concerne l'arbre de compétence, il n'est certainement pas moins complet que dans le premier épisode, comme on a pu le lire. Tout d'abord, il se présente de la facon suivante.

 

Pour chaque talent, vous avez quatre paliers. Le premier coute un point de talent, le deuxième deux, le troisième trois, le quatrième quatre. Ce cout implique des choix: tous les pouvoirs ne pourront pas être montés jusqu'au niveau 4. Pourtant ce fameux niveau 4 est important, car il permet de spécialiser son pouvoir. Le rendre plus fort, augmenté sa durée, l'appliquer à tous le groupe, etc... Les exemples sont nombreux, et les choix variés. Si on peut avoir l'impression qu'il y a moins de choses que dans le premier, c'est seulement visuel. Dans l'ancien arbre de compétence, on avait souvent des cases qui augmentaient l'effet de 1 ou 2%, pour au final arriver 40%. Et bien là, on grimpe de 10% à chaque palier, c'est tout. Ca ne change pas grand chose, sauf qu'on progresse plus rapidement. Ce qui est logique, car si dans le premier on pouvait monter jusqu'au niveau 60, ici on s'arrête au niveau 30. Quant au nombre de pouvoirs, il n'a pas vraiment baissé. Au contraire, les anciens sont toujours là, et il y en a même des nouveaux, que demander de plus? Alors oui, il y en a deux ou trois qui sont passés à la trappe, mais c'est parce qu'ils n'étaient pas vraiment utiles ou ne collaient pas avec le système actuel. Au final on a quand même des arbres de compétences qui sont très complets et permettent de se spécialiser de plusieurs façons différentes. Quant à vos compagnons, ils ne rentrent pas vraiment dans un schéma de classe en particulier. Si ils se rapprochent de certaines classes, ils ont tous un petit quelque chose qui fait qu'ils sont uniques, notamment dans l'utilisation des armes.

 

Parlons en d'ailleurs des armes. Selon la classe choisie, vous n'aurez accès qu'à certaines armes. Qu'importe la classe, vous pourrez toujours utiliser trois armes dans tous les cas: le pistolet, le pistolet mitrailleur et l'arme lourde. Le soldat étant la seule classe capable d'utiliser toutes les armes. Le pistolet mitrailleur, nouvelle arme de cet épisode, est particulièrement efficace pour détruire les défenses ennemis, en particulier lorsqu'il est combiné avec l'utilisation de munitions spéciales. C'est aussi l'arme que l'on prend quand on est à sec la plupart du temps. Les armes lourdes quant à elles, ne sont pas à utiliser à la légère. Leurs munitions sont rares, et leur puissance dévastatrice. Elles ne seront pas de trop contre les ennemis les plus coriaces, en particulier ceux qui ont des blindages très épais. Il en existe plusieurs types, et si on débutera l'aventure avec un lance grenade de base, on pourra découvrir ou fabriquer soi même d'autres armes lourdes beaucoup plus puissantes. Enfin le fusil à pompe et le sniper seront à utiliser avec parcimonie. Leur nombre maximum de munitions étant bas, on sera vite à sec si on les utilise trop, et il faudra alors changer d'arme. Heureusement, d'autres modèles plus évolués permettront d'emporter plus de munitions, au détriment de la puissance, ce qui est logique. Car un sniper ne pouvant embarquer que 12 balles, tuera généralement un ennemi en un coup, ou deux. A l'inverse, le fusil d'assaut, bien rempli, ne fera pas très mal, et il faudra une cinquantaine de balle pour abattre un ennemi. Il y a donc un équilibre entre capacité de munition et puissance. Enfin, comme pour encore apporter un peu plus de complexité à un système de combat déjà bien rodé, les armes auront également un avantage selon le type de protection. Certaines seront efficaces contre les blindages, d'autre contre les boucliers.

 

Un petit mot sur nos coéquipiers en situation de combat. Le système d'ordre a été revu. Tout s'effectue toujours avec la croix directionnelle. La touche haut permet de dire à vos deux membres de commando de concentrer leur feu sur une cible, la touche bas de vous suivre. Les touches gauches et droites ont deux fonctions. Quand vous visez une planque ou le sol, cela permet de dire à chacun de vos coéquipiers où aller (et individuellement, on peut envoyer un tel à gauche, l'autre à droite, etc... c'est très pratique, le positionnement permettant encore des stratégies, comme placer un sniper en hauteur, le level design allant avec, bien entendu! =) ) ou alors si vous visez un ennemi, de lancer un pouvoir  sélectionné, qu'ils utiliseront sur la cible. En parlant de ca, on peut maintenant d'ailleurs assigner trois pouvoirs aux touches de la manette, ce qui est toujours mieux que un seul dans le premier épisode. On garde cependant la pause active qui permet de stopper l'action pour réfléchir ou donner des ordres tranquillement. Pour en finir sur les coéquipiers, ils sont parfois efficaces, mais ils connaissent aussi quelques bugs, parfois ils ne font plus rien, et n'obéissent même plus aux ordres. Heureusement, c'est rare! Dans l'ensemble ils se mettent assez bien à couvert et se battent bien.

 

Pour conclure sur le système de combat, c'est sur qu'il a plus de punch que le premier, que le rythme est plus élevé, en partie à cause des ennemis qui ne vous laissent aucun répit, mais il n'en est pas moins tactique et stratégique. Si vous jouez à ME2 comme à Uncharted, vous ne ferez pas de vieux os. Se préparer à un combat, savoir donner les bons ordres et utiliser les pouvoirs intelligemment seront les clés de votre victoire. Les affrontements sont donc bien faits et agréables à jouer, et heureusement, vu qu'ils constituent bien 60% du jeu.

 

 

Les guerriers de l'espace

Si le premier épisode nous faisait rencontrer  nos coéquipiers durant notre poursuite de Saren, ME2 n'est plus dans la même optique, et c'est d'ailleurs pour ca que je vais me permettre de parler un peu des camarades de combats que l'on rencontrera tout au long du jeu, sans toutefois dévoilé des choses importantes. Ce n'est plus un secret pour personne maintenant, ME2 nous place à nouveau dans la peau du commandant Shepard, qui cette fois si servira sous les ordres de l'Homme Trouble, le mystérieux personnage à la tête de Cerberus, que l'on a notamment pu croiser dans le premier épisode. Avant de parler des coéquipiers, évoquons rapidement le scénario. A titre personnel je l'ai trouvé très bon, au moins autant que le premier. Les quelques révélations que l'on se prend en pleine figure tout au long de l'aventure principale sont vraiment surprenantes et inattendues. Par contre, de nombreux points restent inexpliqués, surement pour finir en beauté dans le troisième épisode, ou alors peut être juste pour que le joueur complète lui même avec son imagination certains points.


Les membres de notre équipage, que l'on recrutera tout au long du jeu, m'ont pleinement donné satisfaction. D'ailleurs, tout a été fait pour que votre équipe soit l'élément central du jeu. Ainsi, même si l'on sera rarement surpris de recruter un membre de notre équipage (contrairement au premier épisode, ici on sait d'avance qui l'on va recruter, même si il y a quelques personnages... surprise), on partagera avec eux beaucoup plus que des combats. On pourra leur parler longuement pour en apprendre plus sur leur vie, leur passé et leurs motivations. Tous les membres de l'équipage sont intéressants, ils ont tous une histoire qui vaut le coup d'être connue, et un caractère unique. Il y a eu un gros travail sur eux, et ca se voit. Leur parler est un réel plaisir, à tel point que je n'ai pas arrêter d'aller les voir entre deux missions  pour vérifier si ils avaient un nouveau sujet de discussion.

 

 

Quant aux personnages que l'on croisera durant notre aventure, ils ont aussi bénéficié d'un bon traitement, mais c'était déjà le cas dans le premier épisode. Le personnage le plus marquant restant quand même à mes yeux l'Homme Trouble. C'est un personnage que j'ai beaucoup apprécié, tout au long du jeu, et qui reste pour moi le personnage symbole du jeu. D'ailleurs, si on pouvait détester Cerberus dans ME après avoir découvert leurs expériences, on aura ici un autre point de vue sur l'organisation, qui d'un coup paraitra moins "maléfique" qu'avant, sans pour autant être sainte.

 

 

Enfin, impossible de parler de ME sans évoquer la partie dialogue. Toujours présents, les dialogues aussi ont eu le droit à un peu de nouveauté. Tout d'abord, comme pour nous montrer que parfois on ne peut pas toujours être super gentil ou super méchant, lors de certains dialogues, une de ces deux options ne sera pas présente, vous obligeant à rester neutre ou à employer la manière forte ou amicale selon les cas. Ensuite, lors de certains échanges verbaux, vous aurez l'occasion d'appuyer soit sur la gâchette gauche pour faire un acte de conciliation, soit sur la gâchette droite pour faire un acte de pragmatisme. Cela permet de dynamiser les dialogues, en effectuant une "action". Par exemple, un mec qui ne répond pas bien à vos questions pourra être balancé par la fenêtre. Simple et efficace. Enfin sachez que ME2 reste dans la lignée du premier avec de très nombreux dialogues, très bien écrits au passage, et la possibilité de se renseigner sur l'univers, les races ou les personnages, c'est à dire, parler pour le plaisir, tout simplement. Même si l'équilibre dialogue/combat est ici un peu chamboulé, avec les combats qui prendront largement le dessus. On fera aussi moins de choix "importants" que dans le premier épisode. Au lieu de ca, ce sont plutôt tous les choix que nous feront au cours de notre aventure qui auront un impact sur la mission finale. C'est une autre facon de voir les choses, et ca reste efficace. Bien sur on pourra toujours être un saint ou une belle ordure, mais on ne décidera pas, par exemple, d'exterminer ou non une espèce comme dans le premier.

 

 

La face cachée de l'Univers

Si ME m'avait énormément plu à l'époque, c'était en grande partie grâce à l'un des meilleurs univers conçu jusqu'à présent dans un jeu. Et bien, je croyais ca impossible, mais de ce coté, ME2 fait mieux! On retrouve non seulement le codex, mais l'univers du jeu est plus vivant que jamais.
Cela va des petites discussions que l'on surprend entre les gens des villes ou l'équipage du Normandy aux pubs totalement folles. Ici on verra un Turien essayant de "réconforter" une Quarienne, là une pub nous proposera une robe pour nos funérailles, ou encore on entendra un vendeur de jeux vidéo parler de jeux hentai avec des hanaris, sans parler de la pub pour le dernier film à la mode: "Tentaculator, ca va Tentaculer!". Les villes que l'on visite n'ont rien à voir avec celles du premier épisode qui paraissaient sans vie (à part la Citadelle). Elles ne sont pas forcément super grandes, mais elles fourmillent de détails, de personnages qui semblent mener leur vie de leur coté, de boites et de bars branchés dans lesquels on peut aller se torcher la tronche à l'alcool Krogan ou simplement danser. On s'y croirait vraiment quoi!

 

 

Le Codex et les descriptions détaillées des planètes sont toujours présents, et promettent de nombreuses heures de lecture. Cependant l'exploration a quelque peu changé. Le Mako, ce fidèle véhicule que certains n'ont pas apprécié, mais que moi j'adore, a disparu. Je me rends compte qu'il aurait été difficile de l'imaginer dans ce jeu, cela aurait surement demandé trop de temps. Sa disparition est de toute façon expliquée "scientifiquement" dans le codex. Tout est expliqué dans le codex. A la place de notre bon vieux Mako, on trouve un système de scan. Pour être honnête, voici la plus mauvaise surprise du jeu. Je n'ai rien contre le scan en particulier, mais les développeurs ont réussi à en faire une corvée en nous obligeant à rester appuyés sur la gâchette gauche pour scanner les planètes. Le truc c'est que le réticule de scan se déplace tout lentement. Donc, ca fait mal! Heureusement, scanner une vingtaine de planètes abondantes en ressources suffira pour l'ensemble du jeu.


 

Mais pourquoi récolter des ressources? Nous en venons enfin à une nouvelle option très plaisante: la partie gestion du jeu. Contrairement au premier épisode où on se trimballait des dizaines d'armures, des centaines d'armes et cinquante mods dans l'inventaire, ici il n'y a plus du tout d'inventaire. Et cela au profit d'un système nettement meilleur. Tout d'abord, sachez que votre vaisseau est devenu le "QG" du jeu. C'est ici que vous passerez facilement 30% du jeu. Discussion avec l'équipage, tentative de séduction sur Miss Chambers (votre assistante), amélioration de l'équipement au labo ou encore, écouter de la musique tout en observant ses maquettes de vaisseaux ou ses poissons dans sa chambre personnelle, voila les nombreuses activités qui vous seront proposées. On y trouvera également les dix meilleures missions secondaires du jeu: celles de vos coéquipiers. Chaque coéquipier vous demandera de l'aider à résoudre un problème en rapport avec son passé, et l'aider permettra de gagner sa loyauté, ou pas, tout dépend de la façon dont vous résolvez le problème. Mais revenons en aux ressources. Tout au long du jeu, vous pourrez trouver ou acheter des plans de recherche, qui vous permettront de lancer les recherches en question. Ces recherches couteront des ressources, voila le principe de base. Ce qui est intéressant dans ce système, c'est qu'il y a un petit coté collectionneur, avec différentes recherches un peu cachées dans les niveaux, d'autres à achetée, ou d'autres encore qui se débloquent de manières spéciales. Ces recherches permettent de nous améliorer dans différents domaines. La puissance des armes, des pouvoirs biotiques ou technologiques, le renforcement de l'armure, l'invention d'armes lourdes et même l'amélioration de votre vaisseau, carrément! Ces améliorations auront une très grande importance quant à la réussite de votre mission finale, et ne sont donc pas à prendre à la légère. Cela reste, de plus, amusant de découvrir tous ces éléments au fil du jeu, ca remplace la découverte des nouvelles armes, armures et mods du premier.

 

 

En parlant des armes et des armures... Maintenant, il n'y a plus que des types d'armures et des types d'armes. Un exemple simple: vous commencez le jeu avec la traditionnelle armure N7. Vous pourrez déjà la personnaliser au niveau des coloris dans un premier temps. Puis avec le temps, vous pourrez acheter différentes pièces d'armures, avec des caractéristiques propres (+10% de régénération des boucliers par exemple) que l'on pourra équiper à la place des pièces N7. On ne se casse plus la tête avec 36 armures et on a quand même un minimum de personnalisation, un très bon compromis donc. Pour les armes c'est un peu pareil. En général, pour chaque catégorie d'arme, on aura deux modèles différents, avec  la plupart du temps un qui tire plus fort mais emporte moins de munitions, et l'autre qui fait l'inverse ou bien des cadences de tir différentes. Là aussi on évite d'avoir 50 flingues sur soi. On trouve les différentes armes tout au long de l'aventure, on peut même en choisir une de prédilection, sorte de spécialisation, à un certain niveau. Pour nos coéquipiers, on pourra juste choisir les armes qu'ils porteront, et c'est tout. Mais cela n'est pas bien grave, bien au contraire. A la différence de ME, on ne gardera pas les même coéquipiers tout au long du jeu en se disant "la flemme de changer tout l'équipement". Non, ce système permet de prendre qui on veut quand on veut. C'est pratique, on peut emmener un ingénieur lorsqu'on sait que l'on va affronter des robots, un scientifique quand l'on s'apprête à fouler un monde encore inconnu, etc... Et au final j'ai joué avec un peu tout le monde.

 

 

Parlons un peu des missions annexes. Dans les villes il y en a quelques unes qui valent le détour, mais globalement j'ai été assez décu. Si les quêtes personnelles de vos coéquipiers restent dans l'esprit des quêtes annexes de ME avec de la baston et des choix à faire à la fin, les quêtes secondaires que l'on peut trouver en scannant une planète ne sont quasiment pas scénarisées, et ne laissent donc pas un souvenir impérissable, ce sont juste quelques combats de plus quoi. Et encore, certaines quêtes sortent du lot, en proposant des mondes sans combats. Malheureusement, à part une ou deux réussies, les autres sont tout simplement ennuyantes. Pirater un ordinateur ne mérite pas d'être une quête à part entière à mes yeux. Le pire reste qu'il n'y a pas beaucoup de quêtes secondaires. Pourtant on aurait pu croire que Cerberus aurait du boulot à nous refiler, mais non, ils ne donneront en tout qu'une mission secondaire... Dommage. A noter  qu'on pourra rajouter quatre systèmes solaire à notre galaxie en achetant des cartes, ce qui rajoutera quelques missions annexes. Mais dans l'ensemble, il n'y en a pas assez à mon gout. Et j'ai peur que ce soit pour pouvoir en vendre plus tard...
Pour finir sur l'exploration, on visitera pas mal de planètes, du gabarit de Feros ou de Noveria au moins! Et surtout, on visitera des endroits liés aux autres races que les humains, et dont on avait entendu parler dans le premier épisode. Je n'ai pas été décu du voyage, et si sur la centaine de planètes que l'on approche, on ne se posera vraiment que sur une trentaine, dont une douzaine vraiment bien travaillées, ca reste quand même un grand voyage.

 

 

Ce qu'il reste à dire

Bon, il serait peut être temps de conclure ce test, car ca commence à faire long... Mais il reste des choses à dire. J'ai décidé de tout regrouper ici. Les défauts du jeu sont principalement d'ordre technique, mais c'est assez facheux. C'est fou de voir qu'un développeur comme Bioware qui prend son temps pour peaufiner le moindre détail quand à son univers, en allant jusqu'à modéliser des classeurs dans une infirmerie, ait pu laisser passer autant de bugs. Personnage qui disparait dans une cinématique, le son qui se coupe automatiquement durant certains passages, dont des dialogues (heureusement ca reste très rare), coéquipier qui bug et ne fait plus rien, personnage qui répète deux fois une phrase... la liste est longue, et même si ce n'est pas non plus la mort, et que le problème des textures qui apparaissent d'un coup a été résolu, le jeu manque encore plus de finition que son prédécesseur... Autre reproche: pourquoi avoir remplacé les ascenseurs par une image montrant un ascenseur qui monte? Adieu les discussion entre coéquipiers, et malheureusement, pas que dans les ascenseurs. Vos coéquipiers n'échangeront plus quelques phrases dans les missions comme au bon vieux temps, ils se contenteront de cris de guerre, ou de plaisir pour une en particulier... J'ai aussi remarqué qu'il y avait des zones de combats, et d'autres d'exploration. Dommage d'avoir si clairement séparé les deux, on sait d'avance qu'une fusillade n'éclatera pas en pleine ville directement, mais dans une "map" à part. Enfin les doublages français sont moins convaincants qu'avant, on dirait que certains ont été baclés  même, avec des personnages qui parlent vite alors que l'on est dans une situation calme, et des synchronisations labiales bien foirées parfois...

 

En parlant de vitesse, un des gros changement du jeu est pour moi le rythme. Le rythme de ME était plutôt lent et posé, dans tous les domaines: dialogues, combats, exploration, etc... Alors qu'ici le mot d'ordre est la vitesse (sauf pour le scanner), même si les combats durent parfois. Mais c'est surtout l'équilibre qui est bouleversé. Je ne dirais pas qu'il y a trop de combats, mais plutôt qu'il n'y a pas assez d'autre chose. Le Mako manque clairement, j'adorais commencer une mission en roulant un peu. Ici il n'y a que les dialogues comme variante, et ils n'y a pas de dialogues dans les missions annexes, ce qui est très regrettable. Il y a bien quelques phases de piratage pour gagner un peu d'argent ou un projet de recherche, et d'ailleurs elles sont mieux que le piratage du premier. Ce sont deux minis jeux sympas qui sont plus intéressants qu'un vieux quick time event à base de 4 boutons. Enfin il me reste à dire que la bande son est très bonne, tout comme celle du premier. Vous pouvez d'ailleurs écouter deux morceaux que j'ai publié sur mon blog, si ca vous tente.

 

 

Et un dernier paragraphe pour parler des premiers DLC. La mission annexe supplémentaire n'est pas folichonne, je dirais même qu'elle est nulle... Quant à Zaeed, le personnage que l'on télécharge, sa mission personnelle est bien et permet d'avoir une nouvelle arme lourde, mais en dehors de ca, il n'y a même pas la possibilité de lui parler, ce qui est vraiment dommage et qui fait qu'on le laisse assez vite de coté.

 

 

 

 

Deux ans après, BioWare remet ca, en nous sortant un jeu mélangeant intelligemment action et RPG. Encore mieux, la partie action est mieux réalisée, et la partie RPG s'est vu améliorée, pour qu'au final le mélange des deux donne lieu à des combats inoubliables. Le petit coté "gestion" est appréciable aussi, et remplace la recherche d'arme, d'armure et l'exploration, malgré un système de scan pénible. Tout cela est toujours entouré d'un Univers, qui est encore plus rempli de détails qu'auparavant, ce qui le rend encore plus crédible, et de dialogues très bien écrits. Alors c'est sur, il y a toujours un manque flagrant de finition qui entraine des défauts techniques, et les nombreux changement pourront déstabiliser les fans du premier épisode, voir ne plairont pas à certains. Cependant pour moi le verdict est sans appel: BioWare a su faire évoluer son jeu tout en gardant l'esprit, l'âme de la série, et n'est pas loin de tenir la recette du jeu parfait. Mass Effect 2 n'est pas meilleur que son prédécesseur, mais il est du même niveau: quasiment parfait. Alors n'attendez plus, allez sauver la galaxie!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Vos tests de Mass Effect 2

tous les tests