Demon's Souls sur PlayStation 3, le test de Ashram

Publiez votre test
Signaler
Ashram
10
Ashram PS3

Epic Souls

Depuis quelques temps, j'avais laissé tomber la critique de jeu pour enfin me plonger à cent pour cent dans les sorties ainsi que dans mes projets personnels. En général j'aime parler lorsque j'ai quelque chose à dire, que ce soit en bien ou en mal. Je n'ai donc pas ressenti le besoin de parler de Bayonetta, Uncharted 2 ou Modern Warfare 2 qui sont des jeux que j'ai adoré, mais sur lesquels je n'avais rien à ajouter aux tonnes déjà dites.

Demon's Souls m'a donné envie de reprendre la plume afin de partager l'expérience très unique et la fascination qu'il a exercé sur moi. Et dire que je croyais plus ça possible...!



Ceci n'est pas une critique ou même une review, mais juste le partage d'un point de vue et d'un trip extrêmement viscéral. Il faut se replacer dans le contexte: fin deux mille neuf, From Software sort un A-RPG assez singulier sur le plan visuel. En effet, celui-ci n'est pas sans rappeler les productions occidentales telles que Diablo ou Oblivion. Tout ce que je déteste quoi. Je n'ai jamais trop accroché à cette façon d'envisager le RPG occidental, qui consiste presque toujours à créer des univers tournant autour de l'héroïc-fantasy avec choix de l'avatar et de la classe.

Alors que beaucoup crient au génie, moi je trouve que c'est un manque d'inspiration assez affligeant, même si cet avis n'engage que moi. Je suis donc assez logiquement passé à côté du titre de From Software, étant persuadé qu'il s'agissait d'une tentative maladroite de la part d'un studio Japonais de plagier les occidentaux pour caresser le public roliste international dans le sens du poil.

De fil en aiguille en suivant les forums, j'ai ressenti une vraie frénésie autour du titre, avec des avis assez pointus et des conseils très poussés de la part de joueurs chevronnés, ce qui laissait transparaître une richesse insoupçonnée. En y regardant de plus près, l'univers m'a séduit. On est très loin du médiéval de papa et l'univers dans lequel nous sommes immergés est plus proche d'un Berserk que d'un Oblivion. Quelques images, quelques vidéos et déjà quelques légers spoils concernant des bossfights assez dantesques.

La curiosité étant plus forte que la réputation quasi-élitiste du jeu, j'ai foncé sur un exemplaire Américain et j'ai été conquis. Finies les présentations, place ici à l'expérience unique que j'ai vécue.



Demon's Souls nous plonge au milieu du royaume de Boletaria, où un démon a décimé toute la population, les abandonnant à l'état de fantômes tentant d'échapper à des créatures assoiffées d'âmes. Le personnage que nous décidons d'incarner s'aventure donc dans les brouillards mais finira par se faire tuer dès le tutorial. Nous voilà morts. Pas banal de commencer un jeu à l'état de fantôme.

Notre âme se retrouvera piégée dans le Nexus, sorte de monde alternatif servant de hub central à l'aventure. Ce nexus sera en quelque sorte le seul endroit tranquille du jeu, là où nous pourrons acheter et upgrader armes et objets ou encore faire monter nos niveaux mais aussi rencontrer des NPCs importants.

Le Nexus est un endroit inquiétant qui possède six entrées sur différentes parties de Boletaria: un château en proie aux dragons, une prison glaciale ou la torture est un art local, des mines infestées,... Chaque monde est divisé en plusieurs parties, qui ne font toutefois qu'une seule en terme de level design, chaque partie étant ponctuée par un bossfight mémorable. A ce propos, et sans spoiler, je trouve que le combat contre Maiden Aestra est probablement l'un des moments les plus forts qu'il m'ait été donné de vivre dans un jeu aussi bien sur le plan émotionnel qu'artistique. De la même manière, deux-trois autres boss sont clairement cultes (Old Monk, Maneater(s), Penetrator, False King, Flamelurker,...). Oui bon en fait ça fait un peu plus que deux-trois.

Ce n'est qu'une fois le premier boss défait que notre aventurier pourra récupérer son âme, et donc son corps par la même occasion. Etre humain à nouveau implique de faire plus de bruit, mais aussi d'avoir une barre de vie complète. Attention toutefois, car la moindre mort nous fait repasser de vie à trépas (ce qui est logique me direz-vous). En fait pour être clair dans Demon's Souls on est quasiment toujours à l'état spectral.

Demon's Souls est géré en temps réel, ce qui signifie qu'à l'instar d'un Resident Evil 5 ou un Dead Space, l'ouverture du menu se fait sans pause. D'ailleurs, la pause n'existe pas du tout. On vit le jeu de bout en bout, et celui-ci ne vous pardonne rien puisqu'il enregistre en permanence votre progression: lorsque vous trouvez un objet, lorsque vous battez un ennemi, lorsque vous allez dans l'inventaire,... Comme si ce n'était pas assez, il sauvegarde automatiquement quoi qu'il arrive toutes les quinze secondes.

C'est assez déstabilisant car cela ne laisse pas le droit à l'erreur, aucun. Si vous utilisez trente herbes régénératrices contre un boss, ces herbes sont définitivement perdues, que vous battiez le boss ou que vous échouiez. Il n'y a pas de Game Over - Try Again. Une fois "mort", vous perdez toutes les âmes acquises (la monnaie du jeu) et tous les items utilisés (on conserve les items trouvés et les levels gagnés, ouf).

Vous ne recommencez pas à un check-point, mais au début du niveau. Si vous arrivez à vous rendre à nouveau à l'endroit où vous êtes mort sans vous faire tuer, vous pourrez récupérer les âmes perdues. Cela donne un stress supplémentaire car une nouvelle mort en cours de route est synonyme de perte irrémédiable de tout le bénéfice acquis. Les souls gagnés ne sont jamais à l'abri, même lorsque vous retournez dans le Nexus. La seule façon de les mettre définitivement à l'abri est de... les consommer! Pour cela il vous suffit de les utiliser pour faire monter vos stats, celles de vos armes ou d'acheter des items.

Vu comme ça, Demon's Souls est un jeu impitoyable et il l'est vraiment, ce n'est pas la peine de se mentir. C'est à titre personnel le jeu le plus difficile qu'il m'ait été donné de toucher. Beaucoup d'ennemis sont capables de vous tuer en deux coups, ce qui est frustrant quand on se baladait dans un niveau depuis plus d'une heure avec des milliers de souls sur soi.

En contrepartie, un mode online est assez bien intégré au jeu. Tellement bien intégré qu'on ne le soupçonne pas. A aucun moment on ne vous demande de vous connecter ou de faire une partie en ligne. Les autres fantômes que vous croisez dans les niveaux sont en fait des joueurs en train de parcourir ce niveau. Ils peuvent interagir avec vous en laissant des messages sur le sol. Vous pouvez même voir de quelle façon ils sont morts en touchant les taches de sang au sol, et ainsi anticiper le prochain piège. Si vous êtes vivants, pous pouvez même "invoquer" deux autres joueurs pour vous aider dans vos combats.

Ce système est tellement poussé que les développeurs l'ont directement intégré au scénario d'une manière magistrale:

Un boss (Old Monk) rencontré peut être contrôlé par un joueur. Vous vous battez donc contre lui alors qu'au même moment, un joueur a été invoqué au hasard sur les serveurs et joue lui le boss dont le but est de vous latter. Impressionnant!


Ce mode online ne doit toutefois pas vous faire oublier que dans Demon's Souls on est désespérément seuls. A ce titre, je trouve l'ambiance absolument extraordinaire. Il se dégage un climat opressant, grâce à un grain sur l'image, un level design grandiose et une bande sonore de haute volée. Oui, je suis dithyrambique sur tout ce côté car je pense que visuellement ce jeu est une claque sur le plan du design, un peu moins sur le plan technique. Pas moche, Demon's Souls est dans la bonne moyenne des jeux du genre.

Je vous parlais de la difficulté très poussée du titre, et c'est ici que l'effet hypnotique du jeu entre en scène. Ceux qui me suivent régulièrement ici ou ailleurs savent que le challenge trop poussé est rédhibitoire pour moi. Rien ne m'insupporte plus que les passages à recommencer cent fois, frustrants bien souvent. Je ne joue pas pour le challenge, mais pour le plaisir. Je ne recherche pas de la résistance, mais de la fluidité au contraire. Dès lors, Demon's Souls ne semblait pas fait pour moi. D'ailleurs il m'a fallu deux jours et environ cinq heures pour finir le Boletarian Palace 1-1, qui fait pourtant office de tutorial (bien qu'il existe un vrai niveau tutorial juste avant).

Je me faisais tuer en un coup par des ennemis alors que j'avais l'impression de bien maîtriser le système des contres ou de la protection. Le principe d'or dans le jeu de From Software est d'ailleurs de toujours avancer bouclier levé, le doigt vissé sur L1. Je ne compte plus les centaines de mort. Plusieurs fois j'ai abandonné et j'ai même été jusqu'à vouloir le revendre. Mais pourtant à chaque fois je rallumais la console et réessayais alors que pour n'importe quel autre jeu j'aurais déjà rangé le titre au tiroir depuis longtemps.

Il y a vraiment quelque chose de spécial dans ce titre que je ne saurais définir mais qui donne envie d'y revenir à chaque fois. Je suis tombé sous le charme et un jeu ne m'avait plus procuré cette attraction limite hypnotique depuis très longtemps. Je me refaisais même les niveaux la nuit dans ma tête, en essayant de voir comment je pourrais varier mes approches.

Quel soulagement lorsque la première cinématique se déclenche, celle de l'ouverture de la grande porte menant au premier boss. Cette immense porte s'ouvre lentement et une immense lance se plante en haut des escaliers. C'est inquiétant et on pénètre dans le brouillard nous séparant de l'antre du boss avec la peur au ventre. Un moment comme j'en ai rarement vécu dans mon histoire vidéoludique. D'ailleurs chaque entrée de boss est un petit moment culte en soi, et ici je citerai pele mele Tower Knight, Penetrator ou encore Old Monk (youtube est votre ami si vous n'avez pas peur des spoilers).

Une fois le premier boss défait, le jeu commence vraiment. Vous pouvez à présent choisir d'aller dans n'importe quel niveau et c'est là que le titre prend toute sa dimension. Aucune ligne droite ne vous est imposée et vous êtes libres de faire ce que bon vous semble. A ce stade, du levelling s'impose. Pour ma part, étant donné mon skill, j'ai "choisi" de faire dix heures de levelling. Ca paraît incroyable alors que je déteste ça, mais ce sont pourtant dix heures que je n'ai pas vu passer. Normal car le levelling propose cet avantage de faire monter votre soul level, de récupérer des items bien pratiques pour la suite et de grappiller des souls très utiles pour booster rapidement vos stats.

Après vingt heures de jeu, je n'ai battu que le premier boss mais j'ai pourtant parcouru tous les niveaux. C'est ceci qui est incroyable dans Demon's Souls: le temps semble s'arrêter tant chaque instant est un moment d'émerveillement. On tâte le terrain, on s'enfonce de plus en plus profondément dans les niveaux avec la peur au ventre, la peur de tomber sur le monstre qui vous fera tout perdre.



Les possibilités offertes par le jeu sont impressionnantes. Par exemple, il existe dans le premier monde deux dragons qui crachent du feu sur quelques cadavres au pied d'une colline. Ces cadavres portent sur eux des objets et armes très balèzes. Impossible de s'y aventurer sous peine de mort immédiate. Dans la deuxième partie du niveau, le dragon rouge survole un pont infesté d'ennemis. J'ai donc décidé ce matin de me poster en haut d'une tour et de l'attaquer à l'arc à flèches. Il m'a fallu du temps, beaucoup de flèches (et donc beaucoup de farming en amont pour me payer ce stock de flèches), mais j'ai réussi à le terrasser. Résultat: un dragon de moins qui protège les items précieux au pied de la colline.

Ceci n'est qu'un exemple parmi d'autres, car si le jeu est difficile, à force de patience on finit par compenser ses carences en puissance brute pour mettre au point d'autres stratégies. Demon's Souls m'a marqué à tout jamais, captivé et emporté à deux cent pour cent dans son univers. Jamais je n'avais vu un jeu prenant place au moyen-âge si riche et tellement en phase avec ce que j'aime. Même les écrans de loading ont la pure classe avec les artworks de tous les personnages importants du titre!

Demon's Souls ce sont plein de petits détails qui font un tout, à l'image de l'équipement emporté. Chaque objet, de la moindre herbe au plus gros casque pèse un certain poids (vérifiable dans l'inventaire). Plus vous vous équipez et plus cela influe sur vos mouvements. Au bout d'un moment vous ne pouvez plus porter d'items supplémentaires et il faudra alors les laisser à un marchand dans le Nexus qui les stockera pour vous. Cette gestion du poids est primordiale et vous obligera à faire des choix. Beaucoup choisissent d'ailleurs d'évoluer en slip et avec une simple épée et un bouclier pour gagner en rapidité. A vous d'évaluer le risque: rapide mais très vulnérable ou lent mais ultraprotégé?

En plus du poids il faut prendre en compte la stamina, qui se vide a chaque coup évité, encaissé, donné, à chaque roulade ou encore a chaque sprint. Une fois la barre de stamina tombée à zéro, vous êtes vulnérables le temps qu'elle se recharge. Cela donne un côté stratégique supplémentaire au jeu, vous obligeant à choisir avec parcimonie vos combos.

Des petites choses comme celles-là il y en a des dizaines dans Demon's Souls. C'est pourquoi j'aime ce jeu autant que j'ai pu le détester. C'est vraiment unique comme sensation. Une fois la console éteinte, je repense pendant longtemps à ce que je viens de vivre et ça faisait très longtemps que ça ne m'était plus arrivé. C'est ce que j'aime dans le jeu vidéo et c'est pour ça que j'aime Demon's Souls malgré toutes les souffrances qu'il me fait endurer. Un jeu sorti de nulle part, que je n'attendais pas, et qui est devenu à mes yeux non seulement le meilleur J-RPG next gen, mais sans doute l'un de mes trois jeux les plus marquants de ces dix dernières années.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Vos tests de Demon's Souls

tous les tests