Assassin's Creed II sur PlayStation 3, le test de Ryukase.D.Volco

Publiez votre test
Signaler
Ryukase.D.Volco
9
Ryukase.D.Volco PS3

Sempre per il videogiochi

 Avant de rentrer réellement dans le vif du sujet ,  je tiens à dire que ce test n'est pas évaluer par rapport à la concurrence de l'époque mais plutôt à sa place qu'il a dans la série des Assassin's Creed.

J'avais commencé la série assez tard ,plus de 2 ans après la sortie .  Le 1er m'avait attiré via les critiques quasi unanimes de l'époque et le fait que le genre de jeu me plaisait bien (action, plateformes, combat à l’arme blanche).

J’en étais sorti satisfait par cette expérience et c’est pourquoi sans trop attendre je me suis procuré la suite.

Ce test sera surtout adressé à ceux qui se sont arrêtés au 1er . Je vais essayer d’éviter de vous spoiler le plus possible.

Tout d’abord au niveau de l’histoire, on change et à la fois d’époque et à la fois de personnage , au revoir Altair et la période des croisades et bonjour à Ezio et la renaissance italienne.

Ce bon en avant dans l’histoire va nous permettre de découvrir de nouvelles architectures, de nouveaux costumes et bien entendu de nouvelles armes.

A la différence du premier, cet ACII est bien plus varié. Il est vrai que le schéma du premier opus pouvait s’avérer sur la longueur être assez rébarbatif même si je trouvais que le scénario rattrapait suffisamment bien l’affaire pour atténuer cette répétition. Le jeu propose moult quêtes annexes, les missions principales sont elles aussi très nombreuses et surtout différentes du premier AC.

Dans ce dernier, on effectuait des missions d’enquêtes afin de mieux cerner la psychologie et les méthodes de sa future victime. Ici dans le 2, les missions d’assassinats sont plus directes. Cela peut être perçu comme une bonne chose parce qu’à côté les méthodes d’assassinats et les autres missions sont plus variées, mais aussi comme une mauvaise, car certains aimaient peaufiner leur tactique avant de sortir leur lame.

Au final on se lasse un peu moins au fur et à mesure du temps même si j’avouerais qu’avec les DLC inclus (version Essentials PS3 – moi j’ai la version normale avec les DLC achetés par la suite) on commence un peu à saturer sur la fin. Ce sentiment reste très subjectif car cela dépend vraiment de votre manière d’avancer dans le jeu , si vous êtes un fouineur ou pas.

Car oui , il y a à fouiner dans ce jeu. D’ailleurs le 1 était assez pauvre en la matière mise à part les fameux drapeaux.

Le jeu propose toujours les points d’observations à escalader, les drapeaux sont remplacés par des plumes, et l’obtention de leur totalité vous permettra d’accéder à différents bonus. Elément important et nouveau que je n’ai pas encore cité , l’argent.

Dans ce jeu tout à un prix, que ce soit les armes , les teintures de costumes , les remèdes ou encore les munitions. De plus , dans  votre ville « QG » Monteriggioni, vous aurez la possibilité de financer la partie commerciale de votre cité. Le jeu vous facilite un peu la vie car à chaque fois que vous financer un bâtiment, vous recevrez un peu plus d’argent tous les 20 minutes comme une sorte de redevance vis-à-vis de vous.

L’argent de base, vous le recevrez via le paiement de vos missions ou bien dans le pickpocket.(même si la deuxième manière est très (trop) longue). La dernière manière et pas des moindres est celle des trésors. En effet chaque ville regorge un nombre incalculable de trésors qui une fois tous collectés vous rapporterons un sacré pactole. Mais là aussi le jeu est sympa. Vu l’étendu énorme que vous avez à parcourir dans chacune des différentes villes, les développeurs nous ont aidé en permettant moyennant  paiement (argent du jeu hein ^^)  d’accéder à des cartes indiquant le lieu de chaque trésor. Toutes ne sont pas débloquées dès le départ , elles feront leur apparition au fur et à mesure des séquences.

Autre élément au rang des nouveautés , la possibilité de louer les services de différentes factions. Chacune d’entre elles correspond à un moyen différent de réussir sa mission ou en tout cas de valider une étape de la mission.

Il y a 3 factions. Les courtisanes tout d’abord, elles ont le « pouvoir » de charmer les gardes gênants et donc de passer ni vu ni connu dans une zone surveillée. D’ailleurs ça me permet de souligner une autre nouveauté  , le camouflage  dans la foule. Rappelez-vous dans le premier, pour pouvoir passer un poste de garde à l’entrée de la ville sans être repérer , on pouvait soit contourner en passant au dessus d’eux grâce aux éléments du décor, soit  on rejoignait des prélats et on se faisait passer pour l’un d’entre eux. Ici plus besoin , il suffit d’un groupe de personne pour pouvoir se dissimuler, le revers de la médaille étant que l’on subit leur parcours, on ne peut en aucun cas leur demander d’aller à tel ou tel endroit.

La deuxième faction est celle des voleurs. C’est d’ailleurs la seule faction qui peut vous suivre quasi partout (toits compris). Ils ont un rôle de perturbateur et ont la capacité de faire éloigner des ennemies d’une cible.

Enfin la dernière faction, la moins subtile mais la plus forte des 3, celle des mercenaires. Ils ont la capacités de provoquer des combats face à des gardes et donc de les éliminer. Il reste une sorte de sous-faction, qui est la même que celle du premier, celle des habitants protecteurs de la ville. En cas de difficultés, ils sont là pour se joindre à vous au combat ou bien gêner les soldats pendant que vous vous échappiez. Cela dépendra du lieu où vous vous situez (lieu ouvert ou pas).

Notre héros a de nouvelles capacités et de nouvelles armes afin de mener ses missions à bien , par contre ça je vous le laisse découvrir. Sachez juste que le gameplay au niveau de la « grimpette » et du combat ont été amélioré et que la prise de tête intervient bien moins souvent que  durant le premier, le gameplay est une évolution du premier, les deux ayant clairement la même base.

Au rang des nouvelles composantes, on retrouve les tombeaux d’assassin. Ces phases de gameplay sont clairement accentués sur la plate-forme avec parfois du combat, ils ont au moins le mérite de proposer une autre manière de voir le jeu que ce soit au niveau du gameplay et du level-design.

Et notre ami Desmond dans tout ça ? ^^

On apprend de nouvelles choses sur lui, sachez juste que le système de une séquence-5 minutes de scénario dans le laboratoire du premier n’a pas été reconduit et que les liens avec la réalité ont été  bien plus introduit dans la métahistoire.

D’ailleurs pour avancer dans cette dernière, Desmond par l’intermédiaire d’Ezio devra découvrir des symboles disséminés une peu partout dans chacune des villes. Une fois trouvé grâce à votre vision de l’aigle , vous accéderez à des énigmes qui vous permettront de débloquer des parties d’un ensemble qui une fois assemblées vous révélera des informations importantes pour comprendre l’histoire avec un grand H. Les énigmes montent crescendo et vous ferons vraiment creusé les méninges.

Passons à des thèmes bien plus génériques.

Tout d’abord la  technique, 2 choses s’opposent, les visages et les décors. Je ne vais pas vous mentir en vous disant que par moment j’ai fais les gros yeux, et pas forcement dans le  bon sens du terme. Bon au moins ce qui est bien (ou pas) c’est que l’on nous présente la moins bonne des 2 parties en premier histoire d’être habitué ^^.  Les visages, que dire, sont juste à la peine très franchement. Ils sont très statiques et peu expressifs comparait à certains jeux. Mais si vous êtes comme moi et que pour vous la technique ça passe au premier plan et demi , vous vous y ferez.

Passons à une partie plus positive, celle des décors. Chacune des villes est superbement modélises et chacune à son architecture propre, de plus le fait que ce soit durant la renaissance italienne , on est gâtés au niveau des bâtiments à escalader. Point fort du 1 , point fort du 2.

Maintenant la durée de vie, là honnêtement tout dépend de votre manière de jouer à ce genre de jeu. Sans ou avec les quêtes dites non-principales on passe facilement du simple au début, mais côté en moyenne une bonne vingtaine d’heure voir trente pour les plus amoureux du 100%.

Au niveau de la bande-son, vous avez accès à la VO, la VF ou encore la VOSTF et chacune d’entre elle est excellente même si j’ai un coup de cœur pour la dernière. Les musiques sont juste géniales, bien amenés, bien pensées et surtout envoûtantes, on se laisse embarquer dans cette aventure très facilement.

Bon, au final je pense que vous avez compris, j’ai adoré ce jeu. De la série je trouve que c’est celui qui propose le meilleur rapport quêtes principales/quêtes annexes/ lieux visités, de plus le jeu aboutit sur une fin géniale. Si vous avez aimé le premier , le second ne pourra que vous plaire.

 

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Vos tests de Assassin's Creed II

tous les tests