Call of Duty : Modern Warfare 2 sur PlayStation 3, le test de sensei77240

Publiez votre test
Signaler
sensei77240
6
sensei77240 PS3

Pas si modern que ça

 

Lorsque Call of Duty 4 est arrivé dans nos consoles et autres pc, c’est tout le monde du FPS qui a tremblé. Fort d’une mise en scène jamais vue, de graphismes impressionnants et d’un mode multi intouchable, il est rapidement devenu la référence. Les quelques défauts notamment d’ordre scénaristique, chose relativement courante dans le genre en question, n’y feront rien, il est et restera un must en la matière. Mais à l’heure de la confirmation, Modern Warfare 2 se devait de proposer un cocktail au moins aussi explosif que son prédécesseur. Mission réussie, mais pas sur tous les plans…

Les critiques unanimes de la presse sur Modern Warfare 2 me donnent sérieusement envie de remettre les pendules à l’heure. Noté 94 sur Metacritic (ça vaut ce que ça vaut), Modern Warfare 2 obtient des résultats identiques à son aîné. A priori rien de surprenant : la même recette en solo, la même recette en multi, et l’ajout de l’excellent mode spec ops ont contribué à cet accueil. Néanmoins, il y a un point, qui à mon sens ne fonctionne pas si bien, sur lequel j’aimerai revenir et qui sera l’unique sujet de cette critique : le mode solo.

Alors que celui de Modern Warfare proposait une campagne variée mais cohérente, autant en terme de décors que d’appréhension des missions, celui de Modern Warfare 2 tend à se perdre complétement au sein des règles qu’il a lui-même établi. Pour faire simple : il ressemble à une suite de missions indépendantes et sans aucun lien apparent. Premier constat, l’utilisation de la « mort en vue subjective », audacieuse et grandiose par le passé, est ici utilisée jusqu’à l’overdose. C’est toujours impressionnant, mais c’est tout simplement trop. A vouloir apposer ces moments comme une signature indélébile de leur œuvre, lui permettant d’être reconnue entre toutes , Infinity Ward en perd de vue son intérêt réel premier : l’immersion.

Deuxième remarque : le level-design peu inspiré de la campagne en Amérique, un sacré cran en dessous de la campagne se déroulant dans le reste du monde, entraîne une redondance très mal venue et surtout très surprenante au vue de la maitrise du rythme du premier épisode.

 Troisième remarque et pas des moindres : le scénario, indigeste au possible, n’en est pas un. Le précédent, certes à l’intérêt très discutable, avait le mérite d’être un minimum crédible et suivi. Ici, l’ensemble est tellement décousu qu’il est impossible de tirer les tenants et les aboutissants de l’histoire. En voulant injecter toujours plus de variété dans son titre, Infinity Ward nous envoie nous balader aux quatres coins du monde sans que l’on sache trop pourquoi, et un peu à la manière d’un MGS4, la cohérence du titre s’en ressent. D’autre part, en terme de situations de jeu, le titre reste de qualité mais peine à se renouveler, et l’ensemble fini par dégager une forte odeur de blockbuster un peu trop Hollywoodien. L’identité est là, mais il manque au titre une âme. N’enlevons pas aux développeurs leur talent de mise en scène : prises pour elles-même, une grande partie des missions tuent tout FPS qui bouge, et l’arrivée dans le Goulag russe, l’attaque de la plate-forme pétrolière ou encore l’infiltration de la base eneigée sont autant de scènes durant lesquelles le mot « impressionnant » revient souvent à la bouche. Mais n’en soyons pas moins honnêtes : en tant qu’ensemble suivi et cohérent, ces missions disposent d’un intérêt proche de zéro.

Si bien qu’au générique de fin et malgré de (trop ?) nombreux moments de bravoure, MW2 est infiniement décevant, en tant que jeu indépendant et en d’autant plus en tant que suite d’un premier épisode passé au statut de « classique » du FPS. Pour un mode multi amélioré et des missions coop, un DLC aurait suffit.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de Call of Duty : Modern Warfare 2

tous les tests