Fight Night Round 4 sur PlayStation 3, le test de BlackLabel

Publiez votre test
Signaler
BlackLabel
4
BlackLabel PS3

Un pas en avant, deux pas en arrière

Si Fight Night Round 4 avait conservé les qualités du 3, ça aurait pu être un très bon jeu. Malheureusement, à cause de choix peu judicieux, on a plutôt l'impression de rejouer au 3... en moins bien.

Une MAJ du 3

Si ce n'est l'aspect graphique qui s'est amélioré, et une disparition remarquable des bugs de collision, Fight Night Round 4, malgré son casting de rêve où règne Mike Tyson, donne toujours l'impression qu'on joue au 3, qui était lui-même une mise à jour HD du 2.

Les boxeurs sont toujours aussi rigides, balai dans le cul. Les coups sont lents, mous, et manquent sérieusement d'impact. Le mode Carrière reste assez peu attrayant et méchamment répétitif.

La régression

Le jeu régresse par rapport au 3. Disparu, le formidable outil de création de personnage, où on pouvait modeler les visages, et ainsi rajouter au casting des Rocky Balboa et autre Appolo Creed. Ou soi-même.

Désormais limité à un choix d'une soixantaine de visages dont la plupart sont limite des doublons, la moitié des coupes de cheveux ayant elle aussi disparue, comme les tatouages, le mode création est plus décevant qu'autre chose. Il y a le choix de coller sa photo grâce à la caméra USB. Qui en a une, sérieux ?

Disparus aussi, les autres modes de jeu en dehors des combats immédiats et du mode carrière. Enfin... pas totalement disparus. On peut les obtenir en DLC payants ! Génial...

Les atouts

Fight Night Round 4 a tout de même de sérieux atouts pour lui. D'abord une absence de bugs de collision, qui rend certains coups plus difficiles à placer, mais le jeu plus réaliste aussi. Désormais notre poing ne passe plus à travers les bras de l'adversaire lorsqu'il rate sa cible. Il glisse dessus. De même parfois glisse-t-il sur la nuque de l'adversaire. Terriblement immersif et frustrant, surtout quand on se prend un contre derrière !

Le système de contre, justement, très gratifiant quand on parvient à en placer un, et très agaçant quand nos dents l'interceptent !

Le tout-paramétrable est aussi un sacré atout. J'avais lu partout que Fight Night Round 4 était plus bourrin que ses prédecesseurs. C'est faux. On peut tout paramétrer, la puissance, la résistance, etc. Ainsi, même en mode carrière, on a le choix entre des combats très expéditifs et brutaux (pas plus d'un round), des combats techniques de longue haleine, ou un entre-deux que personnellement je préfère. Le jeu peut gagner ainsi en dynamisme ce qui lui manque en punch, ce qui n'était pas le cas des épisodes précédents, si je ne me trompe pas.

 

Malheureusement, en fin de compte, on reste devant un jeu à moitié fini, notamment à cause de la disparition de l'excellent outil de création de boxeur que possédait l'épisode 3, où chaque partie du visage pouvait être modelée. Alors oui, dans Fight Night Round 4 il y a Mike Tyson, mais avant, on pouvait le créer soi-même. Cette disparition rend d'autant plus frustrante les stagnations de la licence, c'est-à-dire l'aspect mécanique des coups et des déplacements du boxeur, et le manque de punch.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Vos tests de Fight Night Round 4

tous les tests