Siren : Blood Curse sur PlayStation 3, le test de KingTeDdY

Publiez votre test
Signaler
KingTeDdY
8
KingTeDdY PS3

Excursion morbide en terre nippone

Siren Blood Curse (New Translation en VO) est le troisième jeu de la série des Forbidden Siren, mais c'est également un reboot du premier opus. Au lieu de nous sortir une nouvelle aventure (Qu'on espère voir arriver sur PS4 très vite!), Sony Japan a préféré opter pour une vision "occidentalisée" de l'aventure originelle se déroulant au village d'Hanuda.

En fait, ce qui change surtout pour l'histoire c'est qu'une bonne partie des personnages sont dorénavant des américains. D'autres ont totalement disparus et ont vu leurs traits "fusionner" avec celui de quelques autres. Ainsi, par exemple, le personnage d'Akira Shimura (Le vieux chasseur) et celui de Shiro Miyata (Le médecin) forment celui de Seigo Saiga, docteur du village dans Siren Blood Curse.

La disparition de certains personnages peut donner l'impression de retirer sa richesse au scénario d'origine. Ceci dit, il est également devenu plus clair (Et meilleur dans une certaine mesure, selon moi) et le nouveau casting est finalement très attachant. On se sent aussi perdu que ces américains, tandis que le jeu respecte plutôt bien la barrière des langues. 

Pour le reste, les bases de l'histoire sont les mêmes. Un groupe d'individus (Ici nos américains, venus faire un reportage) arrivent à Hanuda, village abandonné des montagnes du Japon. Cependant ils assistent sur place à un rituel comprenant des sacrifices humains, qu'un jeune homme (Lui aussi américain) va interrompre, entraînant la colère de tous les habitants d'Hanuda qui vont pourchasser les intrus tandis qu'une pluie écarlate s'abat sur la région.

 

Le déroulement du jeu a également été aménagé pour cette version. Point de Link Navigator ici. Le jeu est divisé en épisodes s'enchaînant de façon linéaire. (Encore quelque chose qui rend l'histoire plus accessible. Vous ne risquez pas de jouer Howard pour embrailler sur des évenements se déroulant trois heures plus tôt avec Sam ou deux jours plus tard avec Bella)

Ainsi vous contrôlerez tour à tour chaque personnage durant des missions bien spécifique. Howard devra par exemple accéder à un lieu donné, il faudra donc se frayer un passage au travers des rizières. Melissa devra retrouver sa fille dans l'hôpital, à elle donc d'explorer les lieux en évitant les Shibito.

Les Shibito... Pour ceux qui n'ont jamais joué à un Siren une petit explication s'impose. Un Shibito est une sorte de mort-vivant. Les habitants d'Hanuda sont majoritairement maudits : plongés dans un état de non-mort permanent, ils pleurent des larmes de sang, gémissent et se montrent très agressifs envers les intrus. Pire, au fur et à mesure de votre progression dans l'aventure vous découvrirez que les Shibito gagnent de plus en plus des traits d'insectes, les rendant encore plus malsains visuellement.

Or, les Shibito ne peuvent pas mourir. Peu importe avec quoi vous allez les attaquer. Coup de hache dans l'estomac ou tir de carabine entre les deux yeux, tout ce que vous obtiendrez c'est un répis de quelques instants, le temps que votre cible se régénère et se relève.

C'est ce qui fait tout le sel des Siren. Principalement, vous allez devoir vous cacher pour survivre plus facilement. L'IA reste cependant assez basique. Vous pouvez attirer son attention en faisant du bruit et c'est à peu près tout. On n'est pas non plus dans MGS.

Votre meilleur outils pour vous cacher est le Sight-Jack. C'est un don que vos personnages vont obtenir au contact de la pluie rouge et qui permet de "pirater" la vision d'un tiers. Ainsi vous pourrez voir à travers les yeux d'un autre être vivant ou mort-vivant. Le jeu se passant de HUD, de radar et autres artifices du genre, il s'agit là de votre seul moyen sûr de déterminer la position des Shibito par rapport à l'autre. Volonté d'accessibilité oblige, dans Blood Curse il est possible de programmer en raccourci jusque trois "visions piratées" et même d'être en mode Sight-Jack tout en vous déplaçant. (L'écran se divise alors façon "24")

Dernier assouplissement du jeu, et non des moindres, le gameplay à proprement parler. En effet les deux premiers Siren avait fait grincer des dents pas mal de joueurs en raison de la lourdeur de leur système de jeu. (Plusieurs actions passaient par un menu déroulant) Ici le gros des actions se fait par une même touche d'action contextuelle ou alors les actions sont réparties sur plusieurs touches de la manette.

 

Du côté des sensations, si vous jouez dans le noir et au casque vous devriez avoir quelques frayeurs. Le scénario est suffisamment malsain et l'ambiance suffisamment relevé pour le permettre. Certains missions offre même beaucoup de tension. (Notamment lorsque vous jouez Bella, 10 ans, qui entraîne un game over au moindre contact avec un Shibito) L'infiltration a beau être assez simpliste, elle reste efficace. Et si vous enragez un peu trop sur certains passages, il y a de toute façon d'autres où vous serez surarmés pour vous défouler. (En vain, vu qu'ils se relèveront toujours)

Côté durée de vie, le jeu propose deux choses en plus de sa trame principale : la collection d'armes et la collection d'archives. Il y en a cinquante de chaque et les archives sont très importantes pour bien comprendre l'histoire et son dénouvement. Me concernant, j'ai atteint les 100% en environ 18 heures, ce qui est plus qu'honorable pour un survival horror.

On notera des détails amusant dans les archives. Les quelques vidéos sont ainsi réalisées avec de vrais acteurs (Ceux qui ont servi à la modélisation des personnages et à leur doublage), il y a également quelques petites choses que vous pourrez, à l'envie, copier sur le disque dur de votre console. (De vraies photos qu'Howard a prises sur son téléphone. La musique de son lecteur MP3) En prime, si vous avez le jeu en version physique et que vous vous rendez dans la section vidéo de votre console... Vous aurez droit au making of du jeu! 

 

Siren Blood Curse est probablement mon préféré de la série mais également à mes yeux l'un des meilleurs survival de cette génération. Ses seuls défauts sont, selon moi, l'absence de mode Hard (Je gonfle artificiellement la difficulté en désactivant toute alerte visuelle pour quand je me fais repérer. Croyez moi quand un ennemi surgit sans crier gare on a la trouille !) et les bandes annonces des épisodes... (Rappel : le jeu était à l'origine sorti épisode par épisode sur le PSN avant de sortir en dur. Chaque fin d'épisode comprenait donc un trailer du suivant et chaque nouvel épisode proposait un résumé des évenements... Seulement ça c'est encore dans la version physique et ce n'est pas désactivable)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Vos tests de Siren : Blood Curse

tous les tests