Alpha Protocol sur PlayStation 3, le test de Poisseman

Publiez votre test
Signaler
Poisseman
6
Poisseman PS3

N'est pas Sam Fisher qui veut

Annoncé comme un RPG d'infiltration par son éditeur Sega, le jeu du studio américain Obsidian Entertainment - KOTOR 2, Fallout: New Vegas - m'intéressait au plus au point tant je suis extrêmement friand de ces deux genres; leur fusion s'apparentant à un rêve devenu réalité. Plein de promesses, Alpha Protocol en tient pas mal même si tout n'y est pas franchement idéal.

Et je vais commencer par le côté négatif du titre: sa réalisation! Mon dieu, me revoici revenu plus de dix ans en arrière avec ce qui ressemble à s'y méprendre - autant sur la technique que sur le gameplay - à Headhunter que je possède encore sur Dreamcast. A l'époque c'était magnifique, mais aujourd'hui il faut se rendre à l'évidence: avec ses persos rigides comme pas possible et ses textures fades, Alpha Protocol n'a pas sa place sur les consoles de salon actuelles (à la rigueur en téléchargement) alors qu'il aurait favorablement soulevé les foules sur 128 bits. J'insiste, mais la claque reçu lors de la prise en main de Mike Thornton est telle que je ne pouvais pas passer sous silence cette première impression, qui restera jusqu'à la fin de l'aventure. Ce n'est pas moche, non, et en en faisant abstraction on s'y amuse même réellement, car d'autres atouts sont là pour nous retenir devant notre écran.

Il faut voir avant tout en Alpha Protocol un concurrent à la série Splinter Cell, notre héros appartenant à une organisation gouvernementale secrète (Alpha Protocol d'un côté, Echelon 3 de l'autre) et devant infiltrer divers bâtiments au cours de son aventure, ceci de manière discrète si possible même si l'on peut se la jouer action d'entrée de jeu. Mike peut leurrer ses ennemis, marcher à pas feutrés ou se rendre invisible brièvement, dans le but d'éliminer ces derniers en silence, et a à sa disposition un arsenal conséquent ainsi que des gadgets parfois utiles. Il peut aussi bien décider de continuer sa route sans faire de victimes, bref on ressent l'inspiration du titre d'Ubisoft avec cependant un petit bémol concernant les adversaires neutralisés qui disparaissent au bout de quelques secondes - alors que Sam Fisher se doit de les cacher, ce que j'aurais préféré ici. Pas mal de recherches et objectifs secondaires en zone aussi, comme pirater des ordinateurs et relever diverses informations annexes. Dernier point commun entre les deux titres: un scénario d'espionnage fort bien écrit et une narration captivante, ainsi qu'un excellent doublage en français qui nous font suivre une histoire dont on est avide d'en apprendre le fin mot. Enfin, et c'est vers Metal Gear que le jeu s'oriente ici, des affrontements contre des boss viennent pimenter la partie après plusieurs heures passées dans l'ombre.

Voyons maintenant le côté RPG annoncé, et qui se présente sous plusieurs angles. D'abord par des points d'expérience récoltés en cours de mission qui font monter notre perso en niveaux, nous permettant ainsi d'améliorer les caractéristiques de notre choix. Libre à nous de privilégier la furtivité au détriment du maniement des armes, ou au contraire de maintenir un tout équilibré. On peut également se spécialiser dans le combat à main nu ou le piratage informatique; on modèle Mike comme on le souhaite, touchant aussi à son apparence physique. Il y a également un grand nombre de dialogues nous demandant une attitude à adopter - courtois, pro, dragueur, froid... - cela ayant pour conséquences différents types de relations avec nos contacts et jouant ainsi sur la difficulté des missions (où l'on sera plus ou moins aidé). Plusieurs destinations nous sont présentées, mais le choix pour les visiter nous revient - hormis bien sûr la première au Moyen-Orient. La fin du jeu dépendra exclusivement de la manière avec laquelle on aura géré notre partie - plusieurs fins disponibles donc - et en ça l'aspect jeu de rôle de Alpha Protocol n'est pas usurpé.

Le scénario met en scène une organisation terroriste arabe ayant détruit un avion de ligne commercial américain dans le ciel d'Arabie Saoudite, utilisant ici un missile construit par une firme américaine et déclaré volé. Les services secrets US - par l'agence invisible Alpha Protocol - enquêtent aussitôt et déploient sur les lieux de l'accident un Mike Thornton fraîchement nommé agent. But de la manoeuvre: retrouver les terroristes, comprendre le vol des missiles, élucider certaines trahisons. Je vais arrêter le pitch ici tant l'histoire est riche et ne peut être dévoilée plus, mais ces heures passées en mission aux quatre coins du monde ont de quoi nous satisfaire; et nous surprendre.

Voila, j'apprécie beaucoup Alpha Protocol car il est pétri de bonnes idées même si elle ne sont pas toutes bien incorporées, et son scénario est vraiment bien foutu à me maintenir dans mon canapé. Mais quand même, on était en droit d'attendre quelque chose de bien plus beau et un héros plus fluide à maîtriser. Le Splinter Cell du pauvre donc, mais un très bon jeu si on n'est pas trop regardant sur la technique utilisée.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Alpha Protocol

tous les tests