Banjo-Kazooie : Nuts & Bolts sur Xbox 360, le test de InkS

Publiez votre test
Signaler
InkS
8
InkS X360

Huit ans plus tard…

Après le rachat de Rareware par Microsoft Games Studio, on avait presque plus entendu parler ni de Banjo ni de Kazooie. Soudain, en 2006, un premier teaser révélait le nouveau character design de l’ours et de l’oiseau, avant de replonger la licence dans l’ombre, le temps de développer ce que certains appelaient pendant longtemps “Banjo-Threeie“.

Je ne vais pas vous révéler le contenu de la cinématique d’introduction, mais toujours est-il que Banjo, Kazooie et Gruntilda la meuchante sorcière vont devoir se disputer la propriété de la montagne perchée, là ou se trouve la maison de Banjo et l’ancien repère de Grunty, sous l’arbitrage du Seigneur Absolu des Jeux vidéo, alias S.A.J..

Ce même S.A.J. décrète que les jeux de plates-formes semblables aux deux premiers épisodes de la série sont aujourd’hui désuets, et que le gameplay de Nuts and Bolts est basé sur des défis à accomplir avec des véhicules. Kazooie pert tous ses mouvements, mais gagne une clé à molette qui permet de soulever des objets et de construire des véhicules. Le S.A.J. annonce toutefois que les notes de musique restent la monnaie officielle, et que chaque défi gagné donnera une pièce de puzzle à nos héros.

Vous l’aurez donc compris, ce jeu s’écarte franchement de ce que les fans attendaient de ce troisième opus de la série. Mais le jeu est-il pour autant raté ?

L’ours fit “Daha !”, le véhicule fit “Vrrrrrr…” et l’oiseau poussa un long soupir...

Pour lancer un défi, il faut parler à l’un des personnages emblématique de la série (Mumbo, Klungo, Humba, etc…) qui vous exposera son problème. A vous de le satisfaire, dans le temps imparti. Si vous vous débrouillez bien, vous pourrez même gagner des trophées !

Les premières missions sont simple. Rallier un point A à un point B le plus rapidement possible, apporter un objet à un endroit précis, emmener un personnage secondaire à la destination de son choix… En fait, les dix/quinze premiers défis font office de tutoriels. Au début du jeu, vous possédez très peu de moteurs ou de réserve de carburant, et la vitesse des véhicules est forcément ridicule. Pire encore, les premiers défis sont réellement décourageants, et on vient à se demander si le jeu est aussi répétitif jusqu’à sa fin.

La réponse est non. Non, car les défis deviennent de plus en plus loufoque, de même que les mondes que vous visiterez. Le premier d’entre eux est une île tout à fait banale, propice  à l'entrainement, le second se nomme “SAJbox 720″, et est une énorme moquerie des erreurs de Rare ainsi que celles de Microsoft, le troisième est Banjoland, un formidable musée de la saga Banjo, le quatrième est un colisée géant, le cinquième est un terrarium spatial et le dernier se trouve être la célèbre montagne perchée, lieu de départ des Banjo de la Nintendo 64. Revenons au défis. Au cours du jeu, ils deviennent de plus en plus référencés (on retrouve un bon vieux boss de [Banjo-Tooie]) et gagnent en difficulté (ceux du Terrarium Terrifiant sont très corsés). Entre tout ça, le jeu comprend une ville nommée Duelville qui permet d’accéder à chaque monde. Les mondes sont d’ailleurs divisés en chapitres, qui se déverrouillent collectant le nombre de pièces de puzzle nécessaire.

Un mode multi-joueur existe, et vous permet de défier vos amis du Xbox Live ou même de parfaits inconnus sur des missions réalisées exclusivement pour être jouées à plusieurs. Toutefois, ceux qui n’ont pas beaucoup avancé dans le mode solo sont vraiment désavantagés..

…et après ?

Au niveau de la technique, le jeu est une réussite. Graphiquement, Rare a fait un travail impeccable, si ce n’est les quelques ralentissements qui se produisent lorsqu’on conduit à certains endroits, notamment près de l’eau. Le jeu est parfaitement maniable, sauf si vous construisez vos véhicules comme un pied. Mieux vaut tester plusieurs fois votre création avant de vous lancer dans un défi…
Les musiques sont bourrées de références aux anciens jeux Banjo, et même à quelques séries américaines comme La croisière s’amuse ou encore Dynasty. C’est très très fort !

Pour finir, je précise que le jeu contient tout de même des phases de plate-forme à pied (surtout dans Duelville), et qu’elles sont très agréable à faire.

 - Récapitulatif -

Scénario : Génial. Des tonnes et des tonnes de références, qui vont de Super Mario Galaxy à la croisière s’amuse en passant par Microsoft ou même les échecs commerciaux de Rare. Chaque défi possède sa petite histoire, et les dialogues sont toujours très agréable à lire.

Jouabilité : C’est mitigé. Vos premiers véhicules seront forcément poussifs, et un véhicule mal construit peut vous causer beaucoup de soucis. Mais en avançant dans le jeu, on se rend compte qu’être pilote, c’est sympa.

Contenu : Riche, très riche. A vrai dire, y’en a partout. Rien que dans Banjoland, il y a plus de 15 panneaux explicatifs qui, comme dans un vrai musée, vous expliquent ce qui est exposé devant vous. Mais quand c’est aussi bon que ça, on en veut toujours plus !

Graphismes : Magnifique, mais les rares ralentissements montrent que le jeu aurait du rester plus longtemps dans les studios de Rare…

Musiques et Sons : Une bande son qui fait référence aux précédents épisodes tout en proposant quelques nouveaux thèmes, c’est une bande-son réussie. De plus, comme Mario Galaxy, elle est en grande partie interprétée par un orchestre.

Durée de vie : 131 pièce de puzzle à gagner, plus 1600 notes de musique à trouver, il va vous rester un moment entre les mains. Notez qu’il faut 75 pièces de puzzle pour accéder au boss de fin, et que ces 75 pièces se récoltent en (environ) 17 heures de jeu.

EN BREF : Un jeu à possèder absolument pour les fans de la série, même si le gameplay peut en étonner plus d’un. Les autres pourront découvrir un jeu hybride étonnant et amusant. Par contre, ce jeu n’est pas du tout le “Banjo-Threeie” attendu, mais a le mérite d’être la passerelle scénaristique entre [Banjo-Tooie] et “un vrai Banjo-Threeie”.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Banjo-Kazooie : Nuts & Bolts

tous les tests