Infinite Undiscovery sur Xbox 360, le test de CocoAlex

Publiez votre test
Signaler
CocoAlex
9
CocoAlex X360

Bien meilleur que Star Ocean IV

Autant je n'ai pas du tout accroché à la niaiserie et à la redondance hallucinante de Star Ocean IV, autant j'ai adoré Infinite Undiscovery, lui aussi signé Tri-Ace. 

Déjà le 1er point qui m'a beaucoup plu dans Infinite Undiscovery, c'est son univers. Pendant que les JRPG actuels tentent plus ou moins habilement de faire dans l'originalité  IU possède au contraire un univers heroic fantasy ultra traditionnel mais très attachant et très cohérant. Son scénario va également dans ce sens mais sait malgré tout nous surprendre avec de multiples rebondissement et des personnages attachants qui ne sombrent que rarement dans la niaiserie.

Encore aujourd'hui, je trouve la patte graphique de ce jeu fabuleuse, les couleurs pêtent de partout et on ressens une grande sensation d'évasion et de liberté en explorant la map. Une map qui se découvre au fur et à mesure, comme dans un MMO, avec des plaines ouvertes, des villages, des donjons, etc. Elle est très agréable à parcourir, elle n'est pas immense comparé à certains jeux mais le level-design des donjons est très bien pensé et à aucun moment je ne me suis ennuyé, ce qui est loin d'être le cas de jeux comme Star Ocean 4.

Le système de combat est également très bon si on aime les action-rpg. Il est en temps réel mais contrairement à Star Ocean 4, il n'y a aucun temps mort entre l'exploration et les combats. Les ennemis sont visibles pendant l'exploration et on les attaque directement, ce qui rend l'aventure très dynamique. On incarne un seul personnage durant l'aventure mais une vingtaine de compagnons viennent nous prêter main forte pour former des groupes de 4 sur le terrain. C'est proche d'un PSO en offline (en plus nerveux) sur le terrain. Il faut tout gérer en temps réel, y compris le menu des items, ce qui n'est pas toujours évident contre les boss car il n'y a pas de raccourcis.

Pour corser un peu plus les choses, les points de sauvegardes se font parfois rare. Certains vont détester, d'autres, comme moi trouveront au contraire que ça donne une pression positive qui donne un sens au levelling, au craft et aux affrontements.

En parlant de craft, dans ce domaine c'est très complet. On peut passer un temps fou à fabriquer ou améliorer des armes et des materiaux.

Il ne faut compter qu'environs 25h-30h pour boucler l'aventure principale la 1ère fois. Pas énorme pour ce type de jeu mais le rythme de l'aventure est tellement soutenu et diversifié que ce n'est pas un défaut selon moi. Surtout qu'il y a de quoi s'occuper après avoir fini le jeu une 1ère fois. Tout d'abord des niveaux de difficultés supérieurs très corsés mais surtout le déblocage de la seraphic gate, un remix de la map originale avec un bestiaire upgradé, des boss inédits et des items rare à dénicher. Le challenge est considérable pour en venir à bout, la durée de vie passe facilement à plus de 100h et le levelling est obligatoire.

Si vous aimez les action-rpg nippons à l'esprit old school, sans assistance, et que vous n'êtes pas anglophobe (sous-titre en anglais), foncez sur ce jeu dispo pour une bouchée de pain en occas.

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Vos tests de Infinite Undiscovery

tous les tests