Mafia II sur Xbox 360, le test de

Publiez votre test
Signaler
6
X360

my life as a mafioso

Vito Scaletta est un homme chanceux. A peine âgé de 18 printemps, il se fait pincer en plein casse d’une vitrine de bijoutier. Pour lui éviter la prison, les autorités le condamnent à partir sur le front de la Seconde Guerre Mondiale. Il y passera deux ans avant de revenir sur le sol américain pour une permission obtenue suite à une blessure. Dès sa descente du train, son ami d’enfance Joe Barbaro le cueille et l’embarque boire un verre. Grâce à ses relations dans le milieu de la mafia, il parvient à faire démobiliser son pote. Mais Vito va bien vite mener une autre guerre dans la ville d’Empire Bay. Désireux de faire fortune rapidement, d’obtenir les belles bagnoles, les femmes et le respect, il suit la route de Joe sur les sentiers du crime organisé. En lieu et place d’une vie tranquille d’ouvrier honnête, il sombre dans une escalade de violence inouïe qui va lui causer bien des ennuis, à lui et son entourage.


je n'en dirais pas plus sur le scénario, très bien ficelé et prenant à souhait. On traverse le temps de 1945 à 1951 d’une façon inattendue et on découvre deux villes bien différentes. Entre ces deux années, la mode, les voitures et la musique ont bien changé. La télévision a fait son apparition et une multitude de petits détails marquent le changement d’époque. De quoi renouveler l’intérêt pour Empire Bay qui se révèle moins grande qu’on ne l’aurait imaginé et surtout pas franchement intéressante à découvrir. Si le scénario s’apprécie à sa juste valeur, il a pourtant un gros défaut : on y est enfermé. Il est difficile de trouver un moment de liberté totale dans mafia 2 tant l’histoire est dirigiste et omniprésente. On est toujours pris dans une mission et on n’a que peu la chance de se balader en ville. On peut le faire, mais aucune mission secondaire ne vient sortir le joueur de son but. La ville propose bien quelques à-côtés mais pas de quoi nous pousser à la découverte. En dehors des collectibles (les photos Playboy et les avis de recherche) et des boutiques (bien peu utiles au final, pas besoin d’améliorer ses voitures ou d’acheter des armes pour s’en sortir) il n’y a rien qui nous donne envie d’arpenter Empire Bay. C’est bien dommage car le terrain de jeu aurait pu s’y prêter, mais 2K a préféré se focaliser sur son histoire principale pour nous offrir un jeu cinématographique.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Mafia II

tous les tests