Deus Ex : Human Revolution sur PlayStation 3, le test de etar1p

Publiez votre test
Signaler
etar1p
6
etar1p PS3

Ressuscité ou nouveau-né?

                                                              Deus Ex : Human Revolution

 

Beaucoup d’attente, beaucoup d’espoir…et au final beaucoup de plaisir. Je ne suis pas du genre à espérer des suites, j’aime quand les bonnes choses ont une fin, quand on découvre de nouveaux titres. Mais pour le coup, j’espère qu’Eidos Montréal nous offrira un Deus Ex 4, avec deux attentes. Un, que le titre ne s’enfonce pas plus sur la voie des concessions, ça deviendrait problématique ; et deux, que le titre fasse ce qui n’est pas fait ici, malgré ses qualités, c'est-à-dire égaler voire surpasser le premier.

Au niveau du gameplay, Human revolution n’a qu’un seul gros défaut, son IA catastrophique. Que se soit au niveau de la vue, de l’ouïe ou du comportement, on peut lui trouver une kyrielle de problèmes vraiment honteux. Le reste ne relève que du regret et critiquer le titre de manière virulente sur les concessions faites par les développeurs est idiot. Quand on prend en compte le fait qu’ils ressuscitent une série absente du devant de la scène depuis de nombreuses années ; dans un genre casse-gueule pas souvent représenté et parfois mal compris par les joueurs qui ne l’ont jamais pratiqué ; et enfin au prix que ça coûte aujourd’hui de faire un tel jeu, ne pas comprendre les choix effectués par Eidos est idiot (c’est dit sans méchanceté) et naïf, surtout au regard de l’état actuel de l’industrie. Et si c’est le prix à payer pour retrouver un vrai Deus Ex, je le paye volontiers en m’estimant heureux qu’il n’ait fait que quelques sacrifices.

Comme je viens de le dire tout n’est pas que positif dans ces choix. Les passages à la troisième personne ont du bon lorsqu’il s’agit d’actions contextuelles ou lors de l’utilisation de certaines augmentations, c’est fait avec beaucoup de style et de puissance. Il est par contre indéniable que le recours fréquent et indispensable au système de couverture nuit à l’immersion typique d’une vue à la première personne. Ca fait également tiquer lors des gunfights, qui ont tout du TPS, non pas que ce soit mauvais. C’est juste qu’on est attaché à l’idée que Deus Ex soit du FPS/RPG, mais franchement ça aurait pu être pire.

Car Human revolution est un vrai Deus Ex, au rendez vous sur les éléments phares du jeu. Un univers riche et captivant, une vraie profondeur dans le gameplay et un bon scenario. Le moins riche des trois, la faute à une trop grande proximité avec le premier sans doute, dans des éléments de formes comme de fonds, ce qui lui vaut d’être moins surprenant, au delà d’assurer le côté fan service. La faute aussi à quelques cinématiques pas franchement réussies en matière de mise en scène et/ou d’écriture(ou de traduction, à voir avec la VO), qui font passer Adam Jensen pour quelqu’un de stupide, trop émotif ou faible (dans le sens gars ordinaire pas augmenté pour un iota), ce qui n’est pas l’image qu’on ce fait du bonhomme, vous en conviendrez.

Donc en dehors de l’IA et de ces quelques éléments scénaristique Deus Ex 3 m’a largement satisfait. Un constat s’impose malgré tout une fois le jeu fini, et je rebondis sur le dernier article de BlackLabel ici sur Gameblog. Human Revolution c’est Deus Ex 1 mais en HD (et pas la plus belle qui soit, même si je m’en accommode parfaitement). Pour revenir sur mon intro, ce que j’espère donc de Deus Ex 4, c’est une vraie émancipation scénaristique vis-à-vis du premier, et surtout une vraie transposition de ce gameplay aux normes HD, avec des niveaux plus vaste, plus libre, de bien meilleures intéractions avec l’environnement et une IA au top, pour que l’on puisse vraiment jouer comme on l’entend. Mais après 7 ans d’absence pour moi, c’est quand même bon de retrouver Deus Ex.    

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Deus Ex : Human Revolution

tous les tests