Heavy Rain sur PlayStation 3, le test de Gears Of Man

Publiez votre test
Signaler
Gears Of Man
10
Gears Of Man PS3

Test Heavy Rain

Développé par l’équipe de Quantic Dream, Heavy Rain est le genre typique de jeu pouvant creuser un véritable fossé entre les avis partagés de différents joueurs. Il est aussi le genre de jeu pouvant être à l’origine d’une nouvelle air dans cette industrie en plein évolution et c’est bien la le principale objectif de cette équipe de développement.

Etant déjà à l’origine de grosses productions assez particulière comme Nomad Soul (1999) ou encore Farenheit (2005), le studio Quantic Dream, avec à la tête de celui-ci David Cage (à prononcer à la française), travaillaient sur le titanesque projet Heavy Rain depuis 4 ans. 4 ans de développement, avec pour principale objectif de faire découvrir au joueurs une nouvelle facette du jeux vidéo en faisant paraitre des émotions comme la peine, l’amour ou même l’angoisse. Un véritable défi donc pour ce grand homme qu’est David Cage, avec pour envie de sortir le monde du jeux vidéo du simple stade de « Loisir pour les enfants boutonneux, envieux de tuer des monstres après un journée d’école ».

L’histoire nous plonge dans la vie d’un père de famille, Ethan Mars. Architecte et père de deux enfants, cet homme vit le bonheur parfait accompagné de son époux, mais voit au tout début du jeu, sa vit calme et paisible basculait lorsqu’il perd l’un de ses fils dans un centre commercial et que cet enfant se fasse renverser par une voiture. Quelques années plus tard, alors que notre héros vie dans un appartement beaucoup moins luxueux qu’avant et se partage la garde de son deuxième enfant, Shaun avec son épouse, celui-ci se fait enlever par le tueur aux origamis qui monopolise les chaines de télévisions. Ayant pour particularité d’enlever des petits garçons et de les noyer dans de l’eau de pluie, ce mystérieux tueur va alors faire passer toutes sortes d’épreuves à Ethan, pour qu’il puisse revoir vivant son fils. Autant être claire, le scénario d’Heavy Rain est un pur chef d’œuvre digne des plus grand polars à l’ambiance noir et glauques, inspirer de grosse production comme Saw ou encore Seven. On sera amener à diriger quatre personnages dans Heavy Rain, tous se mêlant de près ou de loin avec l’histoire du pauvre père.
On aura donc en plus d’Ethan Mars, Scott Shelby, Un détective privé contactait par les familles des victimes afin de retrouver le tueur au origamis. Extrêmement charismatique, Scott est un homme très consciencieux, qui est très plaisant à jouer.
Dans le même registre, vous incarnerez aussi Norman Jayden, un agent du F.B.I envoyait sur place afin d’épauler les policiers qui on beaucoup de mal à obtenir la moindre piste sur le tueur. Norman à pour particularité d’utiliser des lunettes ultra sophistiquer lui permettant en une fraction de seconde d’analyser et de relever des indices sur le terrain, comme des empreintes ou encore des traces d’ADN, faisant de lui un enquêteur redoutables pour le tueur.
Enfin, intervient le personnage de Madison Page, la seul fille du lot. On ne dévoilera pas de trop le profil de ce personnage très mystérieux afin d’éviter tout spoiler.

Le jeu commencera donc par vous mettre dans le passer, le présent de chaque personnages afin de vous faire vibrer lorsque vous serez confrontait à l’avenir. On se retrouve donc devant un début de jeu se mettant doucement en place mais par cela, David Cage entend s’imprégniez pleinement de chaque personnages afin de vivre son histoire, ressentir ce qu’il ressent et ainsi procurez de très forte émotion lorsque vous devrez répondre à la problématique que nous pose le jeu au départ «  Jusqu‘ou seriez vous prêt à aller par amour ?» et sachez désormais que vous aller véritablement devoir répondre à cette question et vous risquez d’être surpris par les choix moraux que vous ferez.

En effet, car la force incontestable d’Heavy Rain, et de proposer une multitude de choix s’offrant à vous, certain modifiant totalement la suite des événements, jusqu’à la fin du jeu. Vous dirigez quatre personnages s’alternant d’une scène à l’autre ( environ 63 scènes sont disponible dans le jeu, tout dépendra du scénario que vous ferez ), mais il est important de préciser que même en échouant une scène importante et en tuant l’un de vos personnages, le Game over n’existe tout simplement pas, l’important et de faire le jeu une première fois en vous laissant guidée et en examinant votre réactions dans certaines situation, et c’est bien sur cet aspect la qu’Heavy Rain tien le joueur en haleine, vivant chaque personnages à son paroxysme le plus total.

Une particularité ayant fait polémique autour du jeu, est certainement son gameplay si particulier. Ayant véritablement créer un fausser entre les joueurs, le gameplay d’Heavy Rain se veut être en majeur partie de petites actions au stick droit de votre manette, représentant les manipulations faite par votre personnage. Votre personnage ouvre un placard ? Vous devrez alors réaliser un arc de cercle avec votre stick analogique, mettez vous un bandage autour du bras et alors ce sera des ronds qui vous seront demandez d’être effectuer, car précisons la aussi, que certaines actions réalisait n’auront que peut d’impact sur le déroulement du jeu, voir pas du tout, mais vous immergerons encore plus dans le vécu de votre personnage à cette instant. Certain diront qu’il devient à la longue lourd de devoir à chaque fois ouvrir un placard, ouvrir une porte, s’asseoir sur une chaise etc., et il n’auront pas forcement tord, mais Heavy Rain s’adresse à un tout nouveau public voulant faire évoluer le monde du jeux vidéo dans un certain stade de maturité, et pour ça il est nécessaire de devoir imprégniez le joueurs à 100%, quitte à lui faire effectuer certaines action assez moindre, mais finalement pas tellement.
Lorsque vous devrait forcer sur certaines chose ou encore tenir en équilibre, le sixaxis de votre manette Playstation 3 interviendra. Il est très agréable de voir à quel point l’équipe de Quantic Dream à réussi à exploiter aussi bien ce système de reconnaissance, jusque la sous exploitait.
Vous aurez aussi lors de phases assez angoissantes, de très dynamiques QTE ou le raté d’une touche ne vous fera pas systématiquement perdre mais défavorisera votre réussite.
Enfin, bien plus rare, des phases de déplacements vous seront mise à disposition lorsque vous serez chargez d’enquêter ou d’interroger des potentiels suspects. Bien que les déplacements demande un long temps d’adaptations tant la rigidité du personnages pose problème, il est impressionnant de voir, d’admirez les sublimes animations s’offrant à nous, chaque déplacements de notre personnage se fait avec une certaine inertie reflétant avec brio le travaille que l’équipe de développement à faite grâce à la Motion Capture.

Car l’aspect graphique compose la aussi l’un des éléments essentiel pour racontez une histoire, et dans ce cas une histoire interactive. Au delà des plans de caméra digne de grand réalisateur, le jeu s’offre une identité graphique remarquable et très réaliste. Textures extrêmement fine et modélisation exemplaire, surtout concernant la Motion Capture des visages des personnages ressemblant comme deux gouttes d’eau à ceux des vrai acteurs, on remarque aussi que la lumière du jeu fait partie intégrante de l’ambiance du titre, lui donnant la pointe de charme scénaristique qu’il lui manque, la cerise sur le gâteau.

Pour conclure, Heavy Rain est un jeu qui nous fait entrer dans une nouvelle facette du jeux vidéo. Une belle preuve de ce que peux nous réserver l’avenir et un exemple pour les innovations futur. Possédant une rejouabilité extrêmement longue tant le nombre d’ébranchement différents est conséquent, et offrant au joueurs un merveilleux scénario mettant en scène un père tellement naturel que l’on se retrouvera forcement dans son profil, tant la possibilité de choisir son devenir est profond et réaliste. Le genre de jeu dans lequel on ne ressort pas sans avoir tirer une certaine leçon, différentes en fonction de l’expérience vécu lors du suivi de cette histoire interactive.

                                                                                          Gears Of Man.


Graphisme :  Heavy Rain mise beaucoup sur l’aspect graphique apporter par la motion capture pour nous immerger totalement dans le monde noir de ce thriller interactive, et force est de constater que ce défi est réussi haut la main. Décors fourmillant de détaille, texture très soigner et expressions facials ahurissantes, le jeu assure malgré la rare présence d’aliasing.    17/20



Jouabilité :  Utilisant un gameplay très particulier, Heavy Rain restera très mitiger sur ce point. Les actions à effectuer au stick ne vous poserons aucun souci, mais lorsqu’il s’agira de vous faire ressentir le malaise du personnages au travers de plusieurs touche sur lesquels vous devrez appuyer en même temps vous poseront à certain moment des difficultés, pour le plaisir de l’immersion s’en dégageant. En revanche, les phases de déplacement « classiques »  sont beaucoup moins jouables et ferons rager les moins patients d’entre vous. Le tout est au finale pleinement assumés de la part de l’équipe de développement.       15/20



Durée de vie :  La grosse soixantaine de scènes disponibles vous prendront environ 9 à 10 heures de jeu. Mais les innombrables embranchements faisant complètement déraper le scénario permettent de pouvoir refaire le jeu encore et encore sans jamais avoir la même fin. Quelques making-of et autres atworks sont aussi déblocable, pour le plaisir des plus dépendants.     16/20



Bande son :  La bande son d’Heavy Rain propose des bruitages extrêmement pointilleux de réalisme, de doublages français très immersifs et de musiques bouleversantes, jouant au finales un rôle capitale dans le jeu et son scènario. Seul bémol, les musiques du jeu, bien que magnifique apparaissent certaines fois à des moments mal choisi, perdant au finale en impact lorsque celle-ci sont vraiment attendue.     18/20



Scénario :  S’inspirant de grand film comme Saw ou encore Seven, Heavy Rain nous propose une histoire magnifique sans jamais tomber dans le cliché abusif. Le grand point fort de ce jeu, une véritable preuve scénaristique dans un jeux vidéo, avec un passer pour chaque personnages, une véritable identité et donc un véritable attachement.      19/20


Note Générale
:  Heavy Rain fera rentrer certains joueurs dans une impasse en ce demandant s’il sont près à découvrir un jeu sans guerre, sans monstres, sans quête, une simple histoire dans un monde cohérent ou le moindre de vos choix changera inéluctablement la suite des évènements. Plus qu’un jeux, Heavy Rain est une expérience dans laquelle on ne ressort pas pareil qu’au moment ou y rentre.    18/20

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Heavy Rain

tous les tests