Fahrenheit sur PlayStation 2, le test de Bloodevil

Publiez votre test
Signaler
Bloodevil
8
Bloodevil PS2

Fahrenheit ... c'est quoi ?

Fahrenheit... Un jeu dont tout gamer a forcément entendu parler, surtout ces derniers temps.
L'après The Nomad Soul, l'avant Heavy Rain... Un jeu d'une originalité folle, un ovni, un titre à part...

Je me suis aperçu que si beaucoup connaissaient ce jeu "de nom" ou "de réputation", très peu y avaient joué, et par conséquent l'avaient bien cerné.
Pour ces personnes, je propose ce petit test, avec un regard récent sur cette œuvre (ayant fait le jeu il y a un an), sans m'encombrer de l'aspect technique donc (ce qui aurait peu d'intérêt aujourd'hui), en m'attardant sur les sensations éprouvées, sur le ressenti, si important dans ce jeu.

Il y a un an, ma curiosité me poussait à me lancer dans Fahrenheit. Un jeu d'aventure ? C'est à peu près tout ce que je connaissais à son sujet. La découverte fut donc totale.

Le jeu débute. Première cutscene. Par une froide nuit d'hiver, le héros se retrouve dans les toilettes d'un petit fast food, un cadavre gisant à ses pieds, un couteau à la main. A nous de jouer. L'écran se scinde, nous à gauche, un un flic approchant des WC pour une pause-pipi à droite.
Zut il va falloir être rapide. Cacher le corps dans une cabine ? Passer la serpillère sur le sang ? Je maquille la scène. Les interactions sont en nombre surprenant, et paraissent avoir toutes un impact important. Si j'oublie de me laver les mains peut être que le flic va s'apercevoir du sang sur mes mains (entraînant un game over, try again) ?
Plus que quelques secondes avant l'entrée du policier. Je sors des chiottes, le croise, et me demande "Dois-je me remettre à ma place l'air de rien ?" "Dois-je me sauver le plus vite possible au risque de paraître suspect ?".
Et ces deux choix fonctionnent aussi bien. Une liberté de décision bienvenue, qui nous plonge à 200% dans les scènes, où désormais on cherchera à reproduire "ce que l'on aurait fait en vrai" plutôt que de "chercher ce que les développeurs ont prévu" comme dans un jeu d'aventure lambda.
Et c'est ça l'essence de Fahrenheit. Sa capacité à nous faire vivre des moments d'intense réflexion avec nous-même, de stress (prendre une décision pressé par le temps...). Sa capacité à nous faire vivre des moments tour à tour tendus, oppressants, calmes, reposants... La scène de la guitare par exemple : un moment vraiment délicieux, qui nous fait du bien au plus profond de nous même.
Cette implication du joueur assez unique, on ne la retrouvera malheureusement que dans une petite poignée de scènes.

Après cette intro dans le fast-food, on se retrouve à jouer le duo de flics qui enquête sur ce meurtre. Je dois dire que je ne m'y attendais pas du tout. Le fait de choisir où cacher des preuves en tant que meurtrier, puis de les trouver en tant que flic 10 min plus tard est très excitant.
A partir de là, le jeu se déroulera sur l'alternance "phase héros meurtrier/phase flics enquêteurs" (des persos tous bien écris et attachants), ce qui promet des situations profondément intéressantes.

Peu importe si la plupart des scène "qui bougent" se traduisent en des QTE inintéressants et hallucinants de longueur (des QTE chiants de 3 min !!!).
Peu importe si toutes les scènes ne sont pas toutes aussi travaillées.
Peu importe si au final nos choix conduisent quasi toujours vers le même résultat (la sensation de faire des choix est suffisante en elle même à mon humble avis).
Peu importe si le scénario, ô combien passionnant au début, part en cacahuète comme jamais dans la dernière moitié... et encore il faut y avoir joué pour mesurer l'ampleur de la catastrophe.

Même si ces défauts sont clairement à prendre en compte, ce que Fahrenheit nous offre est bien plus grand. Si peu de jeux ont la capacité à nous faire vivre des choses aussi fortes.
Un jeu imparfait donc, mais ô combien généreux. Le genre de jeu qui peut potentiellement marquer un gamer pour de longues années, malgré tous les pics. Pour une poignée d'euros ça ne vaudrait pas le coup de se priver de cette expérience.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Vos tests de Fahrenheit

tous les tests