Fahrenheit sur PlayStation 2, le test de batteman

Publiez votre test
Signaler
batteman
batteman PS2

Fahrenheit, pour homme ?

Après avoir lu un petit article décrivant le déroulement d'une scène de "Fahrenheit" dans le dernier hors-série de Mad Movies (de l'époque), je me suis décidé à me procurer ce jeu. Après avoir quelque peu tourné dans les magasins de ma pauvre petite ville (Vesoul), j'ai finalement trouvé en occasion une version PS2 de ce jeu. Rentré chez moi, j'insère la galette pour l'installer via mon HDAdvance, histoire de ne pas connaître les temps de chargement qui ont l'air assez longuet (d'après ce que j'avais lu ici et là). Perdu, le jeu s'installe bien, se lance mais bloque après avoir choisi le mode d'affichage. Après recherche, ça le fait chez tout le monde. Bon, pas grave, je vais jouer via le DVD.


Qu'est-ce que c'est ?

D'après son créateur, David Cage (ci-dessous dans le tutoriel de "Fahrenheit" car c'est lui qui vous explique comment jouer), aussi connu pour son studio Quantic Dream avec lequel il a développé "Nomad Soul" et le prochain et prometteur, enfin pour moi, "Heavy Rain", ce jeu devait être le renouveau du jeu d'aventure. Avec un scénario hollywoodien, des doubleurs hollywoodiens et une mise en scène hollywoodienne, le jeu arrive à se démarquer. Tout commence alors que vous êtes dans les toilettes d'un restaurant à New-York, en train de vous scarifiez les avant-bras. Vous vous levez, et allez tuer un gars qui pissait par là. Après le meurtre, vous reprenez vos esprits et vous rendez compte de ce qui vient de se passer... Que faire ? Vous ne pouvez pas vous rendre à la police qui vous emprisonnerait directement... Il ne reste qu'à trouver le pourquoi du comment. Donc, d'un côté, vous incarnez Lucas Kane, tueur qui ne l'est pas vraiment et qui cherche la vérité. De l'autre, vous incarnez deux flics qui essayent de coincer Kane et se rendent compte, au cours de l'enquête que quelque chose cloche... Voilà pour le côté scénario et mise en bouche.


Alors ?

Au départ, on se prend au jeu, c'est le cas de le dire, et on reste ébahi devant les diverses possibilités offertes par le jeu rien que dans la première scène qui permet de se sortir de la situation de diverses manières. Impressionnant ! Et là, on se dit que le jeu est bien parti pour être étonnant. Et il l'est, mais pas sur la longueur... malheureusement. En effet, le phénomène s'essoufle assez vite et on a l'impression finalement d'avoir un jeu assez linéaire, ce qui s'avérera vrai lors de la deuxième partie... dommage donc. En effet, vos différentes actions ne vous amènent jamais à changer le scénario en profondeur, seul quelques dialogues diffèrent, ou bien quelques minuscules scènes apparaissent, ou non. Et là, on se dit que par rapport à "Shadow of Memories" de Konami, on recule un peu. Les deux sont assez similaires d'ailleurs, même si le jeu des petits gars de Quantic Dream est moins contemplatif, ce qui n'est pas un mal d'ailleurs. Mais les deux se veulent toutefois des "films interactifs".

Quand on compare les deux titres, "Fahrenheit" a un avantage indéniable, sans doute aidé par sa sortie plus tardive : une réalisation cinématographique indéniable, avec de nombreux travellings, angles de caméra audacieux, split screen à la "24 heures chrono" et d'autres astuces que les cinéphiles repéreront sans soucis. Mais là où le bas blesse, c'est que "Shadow of Memories" permet de nombreux embranchements scénaristiques que l'on ne retrouve pas dans "Fahrenheit"... Et ça, ça casse pas mal le truc et tue aussi la durée de vie, surtout au niveau "rejouabilité" (la fameuse "replay value").


Le jeu en lui même.

Vous incarnez à la fois le meurtrier et les policiers qui mènent l'enquête. La mise en scène des différentes actions permet de ne pas tout connaître à l'avance. Par exemple, quand on planque un truc, on ne sait pas forcément où, ce qui nous laisse le loisir de fouiller un peu quand, par la suite, on incarne les policiers. Cependant, si jamais vous ne trouvez pas un indice tout de suite, où si jamais vous ne faites pas la bonne action au bon moment, le jeu vous guidera par la suite pour éviter le "retour rapide" (qui remplace le célèbre game over et qui vous renvoye à votre dernière sauvegarde). En effet, si vous n'effectuez pas une action "primordiale", le jeu continue et vous laisse une échappatoire : soit un personnage non joueur vous amène un indice qui vous a échappé, soit vous pourrez effectuer une action permettant de rattraper celle que vous n'avez pas faite. Sympa, car cela permet au jeu de conserver sa vitesse de déroulement, mais cela montre que finalement vous êtes sur des rails...

De plus, ici point d'inventaire même si le jeu ressemble à un jeu d'aventure. Les actions possibles, qui sont très variées d'ailleurs, s'affichent en haut de l'écran et sont effectués lors du déplacement du stick droit dans une certaine direction. Basique mais cela permet également de bien se sentir dans le jeu. Au niveau des dialogues, ils sont faits aussi de manière à vous immerger dans le jeu, puisque vous participez aux dialogues mais avec un temps restreint et vous ne connaissez que l'idée principale de la phrase ou de la question de votre personnage. Et contrairement à un jeu d'aventure classique, vous pouvez rater des parties de dialogues si vous ne choississez pas les bonnes idées. Pas d'inquiétude, le jeu se poursuivra quand même mais vous perdrez quelques informations au passage, que vous découvrirez ou non plus tard.

Reste les "Quick time event" (repris de "Shenmue") et qui rythment les phases d'actions du jeu. Contrairement au reste du jeu qui fait tout pour vous immerger, là, vous vous retrouvez avec deux cercles de couleurs devant les yeux et l'action se déroule en arrière plan. Le soucis, c'est que vous ne voyez pas vraiment l'action, mais vous vous focalisez sur les cercles qui vous invite à faire "haut, bas, gauche ou droite" avec les deux sticks analogiques de la manette. De plus, ces scènes durent assez longtemps et sont toujours identiques dans leur déroulement. Il y aurait peut-être fallu faire des mini-jeux avec une jouabilité différente pour chacune des scènes, afin d'éviter la répétition. Les phases d'actions sont également ponctuées, quelques fois, de passage physique ou de passage où vous devez aider Carla (la policière) à respirer. Les premières se jouent comme un Track&Field en bourrinant alternativement les touches L1 et R1, et les secondes en alternant les mêmes boutons mais de manière beaucoup plus posée.


Finalement ?

La grosse première moitié du jeu est très intéressante, que cela soit scénaristiquement ou encore à jouer, en plus, on a droit à quelques passages sympathiques (sans doute aidé par le fait que le jeu soit interdit au moins de 16 ans). Mais, vient ensuite la succession de chapitres rapides qui ne sont là que pour placer le scénario et dont l'intérêt ludique est bien moindre. Mais finalement, ma première partie a été très intéressante et j'ai adoré ce jeu.
Cependant, il fallait bien un cependant, le jeu perd tout son charme quand on le rejoue, puisqu'on se rend compte que la liberté que l'on croyait avoir n'est qu'illusoire. Quoi que vous fassiez, la trame reste la même et ceci casse tout...

Niveau graphisme, le moteur tient la route sans non plus être au summum, même si je donnerais une mention spéciale aux visages des personnages et aux diverses animations qui sentent bon la motion-capture.


Niveau musique et voix, c'est la classe, avec des musiques de Monsieur Badalamenti (compositeur de musiques de films) ou des musiques connues des années 80. De plus, les voix françaises sont très bonnes même si l'on perd la synchronisation labiale. On retrouve les voix françaises de Keanu Reeves, de Will Smith ou encore d'Angelina Jolie (pour les principaux personnages). Bref, ça fait plaisir à entendre.


Pour en finir, je dirais que ce jeu vaut la peine d'être joué et j'espère sincérement qu'on aura prochainement un "Fahrenheit" avec une fin un peu moins "baclée" (NDMoi-même : sans doute "Heavy Rain") et avec différentes trames, ce qui lui apporterait ce petit plus qui lui fait cruellement défaut.


PS : Comme vous pouvez le constater, ce test ne comporte pas de note. À l'époque, je m'étais abstenu d'en mettre et je ne me voyais pas en mettre une à posteriori. De plus, cela fait quelques temps que le principe de note, avec son côté scolaire et de classement (un jeu ayant 7 étant forcément meilleur qu'un jeu ayant 6), ne me paraît plus valable.


--
/me s'est refait une partie de "Fahrenheit", juste avant la sortie de "Heavy Rain ^^

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Vos tests de Fahrenheit

tous les tests