BioShock sur Xbox 360, le test de Kokoro

Publiez votre test
Signaler
Kokoro
10
Kokoro X360

Le FPS génétiquement modifié

Tout commence dans un avion qui survole l'atlantique. Alors que Jack, le personnage que l'on incarne, est tranquillement assis dans son siège et évoque quelques souvenirs, d'un seul coup, tout devient noir! Puis on reprend connaissance, et on se rend compte que l'on est sous l'eau, et que notre avion s'est écrasé en pleine mer... Mais vite, il faut remonter à la surface pour ne pas étouffer! Le moins que l'on puisse dire, c'est que ca commence fort. A peine remis de notre accident, on jette un regard autour de soit, machinalement, comme pour trouver quelque chose. A quelques mètres des morceaux enflammés de l'épave de l'avion, un phare se dresse au milieu de cet océan froid. Quelques brasses et une vingtaine de marches plus tard, nous voila dedans. On avance prudemment dans l'obscurité lorsque soudain, la porte se referme derrière nous! La lumière s'allume alors, nous laissant découvrir la statue d'un homme, ornée d'une bannière où il est écrit "No Gods or King. Only Man". Impressionnant. On continue alors d'avancer, jusqu'à trouver une batisphère. A la fois par curiosité, et aussi parce que l'on n'a rien d'autre à faire, on tire sur le levier de l'engin, et la porte se referme. C'est alors qu'un écran apparait, et qu'un vidéo se met en marche...

 

Mon nom est Andrew Ryan. Permettez-moi de vous poser une simple question : Ce qu'un homme obtient par le travail à la sueur de son front... Cela ne lui revient-il pas de droit ?

'Non,' répond l'homme de Washington. 'Cela appartient aux pauvres.'
'Non,' répond l'homme du Vatican. 'Cela appartient à Dieu.'
'Non,' dit à son tour l'homme de Moscou. 'Cela appartient au peuple.'

Pour ma part, j'ai choisi d'ignorer ces réponses. J'ai choisi une voie différente. J'ai choisi l'impossible. J'ai choisi...

 

Rapture

La première fois que l'on voit Rapture, on en reste sans voix. Une cité immense, constituée de grands immeubles, avec de nombreux panneaux publicitaires éclairés... au milieu desquels passent des  monstres marins tels que des calamars géants ou encore des baleines! Ce qui fait la force de Bioshock, ce qui le distingue de la majorité des jeux à la première personne, c'est Rapture, la ville que l'on parcourt tout au long du jeu.

Si la ville semble merveilleuse vu de l'extérieur, une fois qu'on l'on arrive à l'intérieur même de la ville, on ne met pas beaucoup de temps à se rendre compte qu'il ne reste quasiment plus rien de cette ville. Il y règne un étrange climat, comme si tout c'était arrêté. On y voit quasiment rien, l'éclairage étant réduit au strict minimum, mais cela suffit à distinguer quelques pancartes, vestiges d'une manifestation. Que s'est il passé? Qu'est ce qui a pu transformer l'utopie de Ryan en ville fantome? C'est ce que l'on découvrira tout au long du jeu. A la fois à travers les récits des quelques rares individus encore saints d'esprit avec qui l'on dialoguera par radio, mais aussi grâce à des témoignages immortalisés à l'aide de magnétophones. Les ramasser n'est pas obligatoire, mais c'est nécessaire si l'on veut vraiment comprendre ce qui s'est passé à Rapture. On peut certes comprendre les tenants et aboutissants de l'histoire en suivant simplement les instructions d'Atlas, l'homme qui nous guide à travers Rapture, mais se contenter de si peu, ce serait passer à coté de nombreux détails intéressants sur les habitants de Rapture et ce qui a conduit à la ruine de la ville.

Car oui, Rapture n'est plus qu'une ruine. Les lumières sont mortes, ou endommagés, les murs abattus à certains endroits, certains distributeurs renversés et l'eau s'infiltre un peu partout. Cependant, malgré ces dégats visibles, la ville vit toujours. Ici, on entend une musique crachée par un tourne disque, là, les hauts parleurs nous rappellent que le piratage est interdit. Et surtout, très vite, on se rend compte que la ville n'est pas aussi déserte que l'on aurait pu le penser. Les habitants de Rapture sont toujours là, mais ils sont différents, ils ont changé...

 

 

Les Chrosomes

C'est ainsi que se nomment à présent les habitants de cette gigantesques ville sous marine. Que sont ils réellement? Ils ont une apparence monstrueuse, avec leurs horribles visages boursouflés et déformés, et ne semblent vouloir qu'une chose: votre mort. Mais ces pauvres bougres n'ont pas toujours été ainsi. Ce qui les a mis dans cet état, c'est l'Adam. Cette substance découverte par hasard sur des limaces de mer a permis de faire des bonds miraculeux dans les domaines scientifiques, car elle permet de modifier le code génétique d'un individu. Mais, revers de la médaille, non seulement l'Adam est, à l'image d'une drogue, un produit qui créer une sensation d'accoutumance et donc de manque, mais en plus, si on en consomme trop, il peut y avoir des effets irréversibles sur la psychologie et le physique des individus. Pour le physique, vous vous en apercevrez très vite, tant vos ennemis sont laids, au point même de souvent cacher leur visage sous un masque. Et la psychologie... Les chrosomes chercheront généralement à vous tuer dès qu'ils vous verront. Certains pour vous voler votre Adam, d'autres parce qu'ils sont tellement paranoïaques qu'ils verront en vous un danger. Ou alors tout simplement par pure folie. On découvrira parfois au cours du jeu leurs motivations, ou plutôt le peu de souvenirs qu'il leur reste de leur ancienne vie. Ainsi des femmes vous accuseront d'avoir voulu leur prendre leur bébé, alors que certains marmonneront "j'suis venu ici pour accomplir mon rêve, et c'est pas vous qui aller m'en empêcher!" . Ces petites phrases, lâchées lors d'un combat ou dans des moments de solitudes contribueront fortement à donner une personnalité à nos adversaires. Ce ne sont ni des monstres, ni des soldats dépourvus de sentiments que vous abattrez, mais les habitants déchus qui s'accrochent à leur souvenir d'une ville qui autrefois resplendissait.

Mais, vous ne croiserez pas que des Chrosomes lors de votre séjour à Rapture. Il y a des créatures encore plus fascinantes. Les petites soeurs, toujours accompagnées d'un imposant Protecteur. Les premières sont des petites filles génétiquement modifiées pour récolter l'Adam. Elles sont faibles, fragiles, et constitueraient des cibles faciles pour les habitants totalement dégénérés de la ville si elles n'étaient pas accompagnées d'un Protecteur. Ces immenses créatures, dont on ne sait même plus s'il s'agit d'humains, ont été programmées pour défendre les petites soeurs. Leur armure d'une solidité à toute épreuve et leur armes d'une puissance redoutable ne laissent quasiment aucune chance aux opportuns qui tenteraient de s'en prendre aux petites soeurs. Cet improbable duo, composé d'une petite chose puisant l'Adam dans des cadavres et d'un géant de fer écartant d'un coup de foreuse les plus téméraires, sera très important dans votre aventure. Mais, nous y reviendrons plus tard.

On croisera également au long de notre périple, quelques habitants de Rapture toujours saints d'esprit, ou n'ayant pas perdu la plupart de leur facultés mentales pour certains. Comme Atlas, qui vous "accueille" à Rapture, et communique avec vous par le biais d'une radio, dans le but de vous aider à survivre. Sans trop en dévoiler, je me contenterais de dire que ces personnages, bien que peu nombreux et avec lesquels les interactions sont très limitées, voir nulles, sont extrêmement bien travaillés. Ils ont une personnalité forte, des convictions, et m'ont profondément marqué. Ce sont probablement des personnages qui resteront gravés dans ma mémoire.

Enfin, les derniers "habitants" de Rapture, sont les robots. Tout au long du jeu vous croiserez des caméras, tourelles et autres robots de combat. Les caméras donnent le sentiment d'être épié en permanence... mais par qui? A vous de le découvrir. Quant aux robots de combat, ils interviendront si les caméras vous repèrent, ou si vous tentez de vandaliser un magasin par exemple. Ces armes mécaniques vous feront assez mal, mais heureusement, il sera possible de les retourner contre vos ennemis, en les piratant.

 

 

Evolve Today!

Après ces quelques paragraphes concernant l'univers dans lequel se déroule le jeu, parlons un peu du jeu en lui même. Bioshock est un jeu à la première personne qui de premier abord peut sembler classique. Mais bien vite, on se rend compte que ce n'est pas le cas. Dès les premières minutes de jeu, vous vous ferez votre première injection de Plasmide. Les Plasmides sont des modifications génétiques que vous pouvez échanger dans les jardins des glaneuses contre de l'Adam. Il sera également possible d'en découvrir, plus ou moins cachés, dans divers endroits de Rapture. Il existe quatre types de Plasmides: d'attaque, fortifiants, de manufacture et de combat. Les Plasmides d'attaque sont, comme leur nom l'indique, des pouvoirs offensifs. Les fortifiants augmentent l'effet de certains de vos talents, le nombre de points de vie rendus par une trousse de soin, etc... Les Plasmides de manufacture augmentent vos capacités de pirate et d'inventeur. Quant aux Plasmides de combat, ils vous permettent d'être plus résistants aux coups, de générer une décharge électrique quand on vous tape au corps à corps, etc... Ceci ne sont bien sur que des exemples, parmi de nombreuses possibilités.

Du coup, on pourrait craindre que les plasmides plus les armes fassent de notre héros un homme imbattable, mais ce n'est pas le cas. Tout d'abord, il faut savoir que les armes du jeu vous seront données au compte goutte, au fil de la progression. On se rend également compte assez rapidement que les munitions ne sont pas nombreuses. Non seulement il faut viser juste pour ne pas en gaspiller, mais en plus on ne peut pas en transporter beaucoup. Bioshock n'est pas le genre de jeu où vous aurez un pistolet avec 200 balles dans le chargeur. Pour couronner le tout, certains ennemis comme les Protecteurs seront souvent synonymes d'épuisement de toutes vos réserves, tant ils sont redoutables et résistants. La mécanique du jeu repose donc sur un système plus complexe. C'est là qu'entre en jeu les Plasmides. Votre premier Plasmide sera l'arc électrique, qui, comme son nom l'indique, vous permettra d'électrocuter vos adversaires. Cependant, il ne fait que les immobiliser. Quel intérêt alors? Hé bien, tout d'abord, un adversaire immobilisé est stoppé durant quelques secondes, ce qui permet d'ajuster un tir en pleine tête, fatal dans la majorité des cas. Mais ce pouvoir peut aussi être dévastateur, si on l'utilise en profitant de l'environnement. Un ennemi avec les pieds dans l'eau mourra quasiment à coup sur si vous l'électrocutez. Et des fuites d'eau, il y en a, croyez moi! Ceci n'est qu'une possibilité bien sur, imaginez ce que vous pourrez faire avec du feu et des flaques d'huile ou encore avec la télékinésie! Il existe une quinzaine de pouvoirs offensifs, ce qui laisse pas mal de possibilités. Mais, plus on avance dans le jeu et plus les ennemis sont forts et résistants. On devine même presque pour certains les Plasmides qu'ils utilisent... Mais le système de jeu est très bien pensé. Vos plasmides auront des versions plus puissantes ou moins couteuses en Eve (l'Eve est la jauge d'énergie dédiée à l'utilisation des Plasmides, quand on en a plus, on ne peut plus les utiliser, c'est ce qu'on appelle une descente d'Eve. Comme les trousses de soin, on pourra trouver des seringues d'Eve un peu partout dans Rapture), vous pourrez augmenter votre santé ou votre capacité à transporter de l'Eve dans votre corps. Il sera aussi possible d'upgrader vos armes à l'aide des postes d'amélioration dispersés à travers la ville. Vous trouverez aussi des types de munitions spécifiques. Munitions antipersonnel, percantes ou encore ioniques, elles seront surtout utiles contre les Protecteurs et dans la deuxième partie du jeu. Mais attention, ces munitions sont encore plus rares que les munitions normales, et on peut en transporter très peu. A utiliser à bon escient donc. A un certain point du jeu, la stratégie des combats s'étoffera encore un peu plus avec l'acquisition de l'appareil photo. Prendre vos ennemis en photo vous permettra d'effectuer des recherches, recherches qui vous permettront de leur faire plus mal, mais également de connaitre leur faiblesse. Tels des monstres de RPG, les Chrosomes seront vulnérables à un élément (feu, électricité, etc...) ou à un type de munitions.

Les combats sont donc plus stratégiques que l'on aurait pu le penser au départ. Et ils ont également un rythme particulier, plutôt lent. Vous n'affronterez quasiment jamais plus de cinq adversaires en même temps. Pourtant, chaque combat pourra se solder par une mort, car aucun ennemi n'est à sous estimer, surtout ceux qui sont armés. Quatre balles dans le corps ou une attaque au corps à corps venu de derrière par surprise peuvent ainsi vous tuer si vous ne réagissez pas à temps (mais pas de frustration, vous serez ressuscité dans une vita chambre, pas bien loin)! Il sera aussi important de savoir bien maitriser les Plasmides, car les adversaires se déplacent rapidement et seront parfois difficiles à toucher. Pour parler de ces adversaires, on trouvera en tout cinq types de Chrosomes différents, chacun étant spécialisé dans un style d'attaque. Quant aux Protecteurs, ils seront les ennemis les plus coriaces avec une résistance très élevée et surtout des armes dévastatrices. Heureusement, les vaincre en vaudra la peine, non seulement pour récolter de l'Adam sur une petite soeur, mais également quelques dollars sur le cadavre de la bête.

Car Rapture est une ville capitaliste, où tout travail mérite salaire. Ainsi vous trouverez de nombreux distributeurs, de munitions, de trousses de soin, d'Eve et même des postes de soin. Tout cela à un prix, que vous pourrez réduire en les piratant. Le piratage, qu'importe la cible, est un mini jeu qui consiste à guider un fluide d'un endroit à un autre d'un carré en inter changeant la position de bout de tuyaux, qui au début de la manoeuvre seront tous cachés. Il vous faudra alors les découvrir en appuyant sur les cases cachées, et mettre les bons morceaux à la bonne place rapidement, sous peine de rater le piratage. Rater un piratage peut soit vous infliger une blessure, soit déclencher une alarme, selon l'objet que l'on tente de pirater. Plus on avancera, et plus le flux ira vite, et ce mini jeu deviendra donc vite compliqué et dangereux. Mais surtout lassant, au bout de la 100eme fois. Si vous ne souhaiter pas payer certains objets, il sera toujours possible de les inventer, avec des composants trouvés sur les cadavres de vos ennemis. Cela concernera surtout les munitions spéciales. Enfin pour finir sur le piratage, pirater des robots, caméras et autres tourelles sera très utiles, car ils font de bons alliés et ne seront pas de trop pour vous sortir de certains combats délicats, notamment contre les Protecteurs.

 

 

Un chef d'oeuvre?

J'ai pour habitude de terminer mes tests en citant les défauts du jeu dans la dernière partie, cependant pour celui là je pense que je vais devoir faire une exception. Pourquoi? Parce que je n'arrive pas à trouver de défauts. Que peut on vraiment reprocher à Bioshock? Hé bien, pas grand chose. D'ailleurs, il y a même encore quelques qualités à citer ici. Contrairement à de nombreux jeux à la première personne, Bioshock n'est pas linéaire. Alors c'est sur, je ne vais pas vous mentir et vous dire que l'on parcourt de grands espaces, mais on évolue dans une ville, tout simplement. Il y a des bars, des magasins, des appartements, etc... ce qui donne une certaine impression de liberté, on peut se promener, explorer même! Car certains plasmides (deux ou trois) permettent d'accéder à des endroits bloqués. Et on a aussi des pièces qu'il n'est pas nécessaire de visiter pour suivre la trame principale, mais où l'on va juste par curiosité. Ainsi, même si l'on est enfermé dans cette ville, le fait d'avoir un coté exploration, avec des endroits secrets très bien cachés donne une sensation de liberté. L'autre qualité du jeu est la variété de ce qu'il propose. La variété des environnements par exemple. On aurait pu croire qu'être sous l'eau serait un bon prétexte pour nous balancer les mêmes décors, mais si la direction artistique reste dans un style art déco des années 1960 (jusque dans l'apparence des armes!), on a le droit à des environnements variés, avec une foret ou un endroit aux couleurs rouges en raison de sa proximité avec des poches de magma. Variété des objectifs également, on ne se contentera pas toujours d'aller d'un point A à un point B. Et une durée de vie conséquente, en explorant le jeu et en cherchant à découvrir le monde de Rapture, vous en aurez au moins pour une bonne trentaine d'heures. Enfin un dernier mot sur la musique, qui est sublime. On a le droit à un mélange entre des musiques d'ambiances composées pour le jeu et des musiques des années 60 que l'on entendra sortir d'un tourne disque, ou être sifflotées par des Chrosomes!

 

 

 

Bioshock est un jeu exceptionnel, une expérience unique à vivre absolument dans sa vie de joueur. Il propose un scénario très travaillé et profond, un système de jeu riche et agréable, et surtout, une ambiance et un univers qui risquent de vous marquer à jamais. Il n'y a qu'une seule chose à dire à ceux qui n'y ont pas encore joué (ca existe?): Achetez ce jeu, je vous prie. Et pour les autres, qui sont dans un état comparable à une descente d'Eve, tenez bon, nous retournerons bientôt à Rapture!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de BioShock

tous les tests