ARMS sur Nintendo Switch, le test de HagiLunacy

Publiez votre test
Signaler
HagiLunacy
8
HagiLunacy Switch

Arms : enfin du renouveau ! Mais ...

 

On le sait aujourd'hui le genre du jeu de combat a beaucoup de mal à se renouveler tant dans son gameplay que dans ses grosses licences qui sont pour la plupart vieilles d'une bonne vingtaine d'années.

 

C'est pourtant dans ce secteur que Nintendo a décidé de lancer sa nouvelle idée avec Arms.

 

Sorti le 16 janvier 2017, ce jeu ne semble pas avoir fait des émules dans la sphère très fermée du genre, tout en réussissant tout de même à trouver un certain public. Va-t-il pour autant devenir un incontournable dans son domaine ? Ça, seul l'avenir le dira. En attendant penchons nous un peu dessus, histoire de comprendre ce qui pourrait bien être un OVNI vidéoludique…

 

 

 

On oublie tout et on recommence

 

Voilà comment on pourrait grossièrement résumer le jeu.

Si vous ne le saviez pas, il existe un jeu qui a profondément marqué le genre de la baston, à tel point qu'il est encore très connu et populaire aujourd'hui (et sans doute encore pour un petit moment) : Street Fighter II.

Sorti en 90, ce jeu a instauré la base de tous les jeux de combat d'aujourd'hui : les combos.

Ces fameux combos qui faisaient rager vos amis lorsque vous leur lanciez votre fameuse attaque et qu'ils ne pouvaient que prendre leur mal en patience avant que leur personnage heurte le sol et qu'il puisse enfin en reprendre le contrôle. Tous les jeux ont plus ou moins repris cette base de gameplay, l'améliorant et la complexifiant au fil des années.

Mais pas Arms. Ici les combos vous pouvez les oublier et vous devez totalement réapprendre à comment jouer à un jeu de combat.

Et on ne va pas se mentir ça fait énormément de bien ! Ce vent de fraîcheur dans le genre est extrêmement bienvenu tant le style est devenu de plus en plus redondant.

Ici les parties sont bien différentes, à coup de placement intelligent, de bluff et d'esquive, vous devrez contrôler vos Arms pour les envoyer directement dans la face de votre adversaire.

Si l'on peut facilement sentir l'inspiration Punch Out (Arms a d’ailleurs très bien réussi son petit hommage) on sens surtout son détachement de ce qui était une grosse franchise pour la firme de Kyoto.

La boxe reste l'élément principal avec tout ce que cela comporte niveau timing et réflexe mais les Arms et les héros viennent bouleverser un tableau qui serait un peu trop linéaire sinon.

On peut parler des contrôles qui répondent très bien, que l'on utilise les boutons ou le motion gaming, même si contre de bons adversaires je ne saurais que trop vous conseiller d'oublier la deuxième option qui a tout de même moins de répondant que les bons vieux boutons.

 

 

 

Des possibilités « en veux tu en voilà ».

 

Chaque combattant est mis dans l'arène avec trois Arms « spécifiques » à ce personnage. Ces gants de boxe customisés sont utilisables par tous les autres héros et déblocables en faisant un mini jeu appelé « Arsenal ». Un total de plus de 40 gants disponibles peuvent évidemment être combinés pour plus de fun et de stratégies. Couplé à cela que vos Arms une fois chargées (en maintenant le bouton d'esquive ou la garde) gagnent des effets tels que l'électricité qui désactive les gants adverses et vous permettent de disposer d'une ouverture facile pour attaquer, les flammes qui explosent en provoquant des dégâts tout en déséquilibrant l'adversaire ou encore le vent qui fera partir vos amis par-dessus la troisième corde... bref il y en a encore bien d'autres.

Mais il faut rajouter à cela les personnages qui, si vous l'aurez compris, ne bénéficient pas de combos différents et variés, mais ont cependant leurs particularités qui sont à mettre en parallèle avec ce qui a été présenté plus haut.

Certains sont bien plus agiles comme Ninjara et Kid Cobra, d'autres sont bien plus lourds et donc plus difficiles à faire tomber comme Master Mummy et Mechanica.

En plus de cela nos combattants bénéficient tous de pouvoir spéciaux les rendant unique à jouer.

Pour reprendre les exemples cités plus haut on peut citer Master Mummy qui ne brille clairement pas par sa rapidité, bénéficie cependant d'une résistance au coup très forte qui lui permettra de contre-attaquer même sous une pluie d’attaque ennemi. Il peut en plus régénérer sa vie en étant en garde et si on couple ça avec le fait que sa chope (coup spécial qui saisit l’adversaire et le projette au sol) est la plus destructrice de tout le jeu, on a là un personnage très défensif et centré sur la contre- attaque.

Pour Ninjara c'est totalement différent. Étant l'un des personnages les plus agile du jeu, sa particularité est de se téléporter sur une courte distance (à l’image d’un Ninja… Comme les noms sont bien pensés dis donc !) en se mettant en garde ou en réussissant une esquive. Un personnage qui fera hurler les nouveaux joueurs tant il est compliqué à appréhender la première fois que l'on tombe contre lui.

Vous l'aurez compris, les possibilités sont vraiment grandes et pour peu que l'on si investisse il y aura presque toujours de nouvelles combinaisons à découvrir.

 

 

Un contenu un peu chiche ...

 

 

Hélas, c'est là que l’on redescend un peu de notre nuage.

Si l'on peut applaudir les possibilités de gameplay et la prise de risque, reste qu'au niveau du contenu global cela peut faire un peu tâche.

Sans les mises à jour (gratuites tout de même), le jeu ne comportait que 10 personnages et 15 aujourd'hui pour autant d'arènes différentes. Si c’est pardonnable au vue des nombreuses Arms qui peuvent leur être accolées, ça le devient beaucoup moins sur le Mode Classé qui ne se résume qu'à du « un contre un » alors qu'il existe du basket, du volley et même du tir de cible en versus.

Heureusement en non classé ces modes sont disponibles, le non classé qui permet d'ailleurs d'affronter une myriade de joueurs dans un salon où vous pouvez être jusqu'à 10 Switch connectées (sachant que l'on peut être deux personnes par Switch je vous laisse faire le calcul du nombre de joueurs max dans un même salon).

Ce maigre contenu ne sera pas vraiment rattrapé par le Mode Solo qui se résumera au Grand Prix (versus contre l’IA jusqu’au boss final) afin d'obtenir des crédits pour acheter des tickets à l'Arsenal et/ou de jolies vignettes à collectionner comme des cartes Pokemon.

Pour le reste, il y a le Mode Versus pour combattre les ennemis comme vous le voulez ou affronter un autre joueur en local, un Mode Survie pour combattre des dizaines de personnages en même temps qui mourront au premier de vos coups, et un nouveau mode fraîchement arrivé nommé « Bataille pour Hedlok » où le but est de prendre possession d’un casque qui vous permet de démultiplier vos bras pour plus de bourrinage entre amis.

Tous ces mode sont vraiment bons, bien réalisés et fun. Mais, sorti de là c'est à peu près tout, et tout d'un coup on sent qu'il manque un petit quelque chose à ce jeu qui aurait pu lui permettre d'être vraiment très bon : un mode histoire.

Car oui les personnages sont sympas et colorés, oui l'univers l'est tout autant, mais ce manque de profondeur dans ce dernier et chez les personnages ne les rendent pas attachants, pas comme un Nightmare dans Soul Calibur ou un Bison dans Street Fighter.

Il nous manque un liant à tout ça pour que l'on s'y plonge totalement. Un petit quelque chose qui nous donne envie d'en savoir plus, d'être curieux sur le monde que Nintendo nous propose.

Ce manque d'histoire et d'autant plus dommageable que la firme a bien réfléchi à l'univers de Arms, pour preuve certaines illustrations que vous débloquez vous donnent des indications sur le monde et les personnages, et c'est justement la qu'on se rend compte que les choses ont bien été pensées. Alors pourquoi ne pas mettre tout ça à plat dans une histoire qui permettrait un vrai attachement à l'univers ? Si ce genre de procédé pouvait être pardonné dans le premier Soul Calibur, ça l’est beaucoup moins dans un jeu de 2018.

 

 

 

Des mise à jour gratuites mais …

 

Ce problème de contenu ne sera pas réglé par les mises à jour (qui restent gratuites je le rappelle) car Nintendo a annoncé que le jeu n'en bénéficiera plus, sauf pour l’équilibrage.

Et c'est vraiment dommage. La dernière mise à jour avait rajouté du contenu pour les nouveaux et les anciens joueurs dans le menu extra. Dans ce menu vous pourrez voir des vidéos astuces pour les mécaniques de jeu et les personnages, mais aussi un classement des meilleurs joueurs mondiaux et régionaux. A cela s'ajoute des vidéos qui montrent des combats entre joueurs de haut niveau. Ainsi il y avait de quoi commencer une petite scène e-sport (et il serait peut-être temps ! Le jeu étant sorti depuis presque un an maintenant) sauf que cette absence de mise à jour va totalement tuer le poussin dans l’œuf.

Et tout d'un coup, on sentirait presque que Nintendo a été trop frileux pour sa nouvelle licence et qu'il n'a pas voulu prendre autant de risques qu'avec Splatoon (qui avait pourtant très bien marché malgré un parc de WiiU réduit !)

On imagine bien donc dans 2 ans un Arms 2 qui corrigera le tir car ce premier n'était qu'un « test » pour voir si le public était au rendez-vous. Le problème c'est qu'il y était mais qu'il risque de ne pas y rester éternellement.

 

 

 

En conclusion

 

 

Malgré ces gros défauts que l'on ne peut pas ignorer, reste que Arms est un jeu extrêmement fun et dynamique avec assez de contenu tout de même pour vous faire passer de bonnes heures d’amusement.

Facile à prendre en main mais dur à maîtriser, le credo de Nintendo est ici totalement respecté en plus de nous offrir un gameplay neuf dans un genre qui peine à se renouveler.

Personne n'attendait cette licence, mais Nintendo a tout de même tenu à nous faire une excellente copie où certaines fautes sautent tout de même aux yeux.

Les graphismes, s'ils rebuteront certains car très cartoon, sont vraiment très plaisants à regarder surtout que l'on peut s'attarder sur certains points de détail qui peuvent paraître anodins, mais qui montrent bien que les développeurs ont tenu à nous faire un jeu techniquement irréprochable (mention spéciale aux spectateurs autour des rings et à leurs animations plus vraies que nature de supporters).

On pourra tout de même être un peu ennuyé par la musique et les chanteurs et chanteuses qui n'ont pas dû avoir trop de difficultés pour apprendre leurs paroles...

En bref un jeu très sympa et fun surtout entre amis, mais dont il manque une brique pour être une licence solide.

 

Les plus

 

Un gameplay innovant made in Nintendo

Techniquement très bien fini

Accessible à tous mais avec une grande profondeur

Des mini-jeux très fun

Mise à jours gratuites

 

 

Les moins

 

Impossible de modifier ses touches

Une bande son quelque peu agaçante à la longue

Aucune autre mise à jour de contenu prévue

Où est le mode histoire ?!

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de ARMS

tous les tests