>
>
Pixel Heart : à la découverte "des vies derrière les pixels"

Pixel Heart : à la découverte "des vies derrière les pixels"

Par Julien Inverno - publié le
Image

... du Ghana au Japon, à la rencontre de ceux qui font le jeu vidéo

GAMEBLOG : Et avec tout ce beau monde, vous allez donc aussi créer des jeux vidéo...

Charles Mounal : Dans la seconde partie du film, on rassemblera une centaine de développeurs de divers horizons (studios connus, indés, étudiants, etc.). Ils auront pour mission de créer des jeux à partir d'éléments récupérés auprès de chacun des créateurs pendant notre road-trip, le tout en seulement 48 heures.

Le but est de montrer que créer un jeu est un exercice, lui aussi, avant tout humain, mais aussi de montrer qu'à partir d'une même base on peut créer tous types de jeux, là encore pour souligner le rôle des individus. Et puis l'ADN du jeu vidéo, c'est l'interactivité, et je n'imaginais pas faire seulement un film pour raconter tout ça... Il fallait compléter l'expérience en rendant le spectateur « actif » dans l'aventure, donc avec des vrais jeux !

Pour voir votre projet prendre vie, il faut le soutenir sur Ulule. Pourquoi avoir choisi le financement participatif ? Le CNC, la télévision, des groupes privés ne peuvent-ils pas financer Pixel Heart ?

Le financement participatif permet de garder un contrôle complet sur le projet, autant en termes de contenu que de format et d'organisation de la production. Une chaîne pourrait financer une partie du projet mais il faudrait changer plein de choses : faire un film beaucoup plus court (42 minutes probablement au lieu de 120 minutes), et surtout, beaucoup plus "vulgarisant". Je cite des personnes que j'ai rencontré du côté de la télé : "Et si on remplaçait Tetsuya Mizuguchi par le créateur de Mario ? Les gens aiment Mario !". Ou encore "il ne faut pas utiliser de termes techniques. Typiquement, Xbox, c'est un terme technique"...

Je crois que tout est dit ! Enfin, un financement participatif c'est un bon moyen de parler du projet et de créer une communauté, de faire évoluer le projet avec notre public. Le CNC pourra nous aider dans un second temps mais ça implique que l'on ait une mise de départ en poche, et le crowdfunding était une bonne première étape pour ça. Enfin, les groupes privés peuvent aider mais pas financer l'intégralité du projet (d'autant plus parce que nous voulons garder notre indépendance).

Si je comprends bien, si le projet est financé, le documentaire sera réalisé, et en bonus, nous aurons une expo et une game jam. C'est aspect transmédia n'est-il pas trop ambitieux ?

La Game Jam fait partie du documentaire, on ne voit pas le film sans les jeux ! Par contre, en ce qui concerne l'expo, c'est en effet une étape secondaire, on se concentre d'abord sur le film. On adorerait la réaliser mais ce sera uniquement si nos finances le permettent. Même chose pour le web-doc : on aimerait donner la possibilité au spectateur de revivre l'aventure à sa manière sur Internet mais ce sera du bonus si on a le temps et l'argent.

Quels travaux, quelles références, ont donné corps à Pixel Heart ?

Il n'y a pas de références qui ont clairement servi de base au projet. Il est vraiment venu de mes réflexions sur le jeu vidéo, du fait que je rencontre des créateurs autour du monde et que j'ai envie d'en parler. Je suis, comme beaucoup, un peu blasé de l'image que renvoie encore le jeu. Il y a un vrai manque selon moi, on parle toujours de l'histoire du jeu et de l'aspect technique mais beaucoup trop rarement des personnes, des créateurs et de leur démarche. On nous parle très souvent d'Indie Game The Movie qui est une belle référence mais je l'ai vu bien après avoir commencé le projet ! Ce n'est pas un point de départ, et on est très différents sur bien des points.

Il reste peu de temps pour que le projet aboutisse. Que dirais-tu à ceux qui ne voudraient pas mettre d'argent dans le projet car ils se disent que c'est déjà mort ? Que se passe-t-il pour ceux qui financent si ça n'aboutit pas ?

Il reste en effet très peu de temps, ça se termine ce lundi 9 juin... On croise énormément de gens qui nous disent "c'est génial mais c'est trop gros, vous n'y arriverez jamais". On leur répond la même chose à chaque fois : si tous ceux qui nous disaient "c'est génial" ne mettaient ne serait-ce que 10€ dans le crowdfunding, on aurait déjà rassemblé l'argent. Donc aidez-nous et restons positifs, il n'est jamais trop tard. Et surtout si ça n'aboutit pas vous serez intégralement remboursé de votre don... Donc aucun risque pour vous.

Que devient le projet s'il n'est pas financé ?

C'est la grande question ! On ne sait pas si on trouvera des alternatives viables mais dans tous les cas on ne lâchera pas facilement le projet, et on donnera tout pour trouver d'autres moyens de financement. On sait juste que ça risque de prendre du temps, beaucoup de temps !

PS4, Xbox One, casques de réalité virtuelle, indés, quel est ton point de vue sur le futur du jeu vidéo? Le point de vue de tes intervenants a-t-il modifié le tien ?

Depuis que je bosse dans le jeu vidéo, et encore plus depuis que j'ai commencé le projet, mon point de vue a beaucoup évolué. Plus jeune j'étais très attaché à la performance technique, à la course à l'ultra-réalisme, mais je pense désormais que la technique n'est qu'un facteur au service du jeu, pas une fin en soi.

Je pense que le futur du jeu repose plus sur la manière dont il est considéré, qui va beaucoup évoluer. Le média est encore jeune et il faut encore faire bouger les lignes pour que l'on ose parler de toute sa richesse sans honte, de ce qu'il raconte, de ses créateurs. Qu'il gagne ses lettres de noblesses, en gros, comme on l'a fait pour le cinéma !

On parle de plus en plus de sa diversité, notamment grâce à l'explosion de la scène indépendante, et il faut continuer d'aller dans cette voie. Mettre en avant des créations différentes, qui osent, et pour ça la réalité virtuelle ou tout autre dispositif innovant sont géniaux et vont exploser... Bien plus qu'une nouvelle Xbox ou Playstation si leur évolution se cantonne à des mises à jour techniques. D'ailleurs le monde entier se met à créer du jeu et ça va forcément changer le marché et décloisonner un peu les choses. Quand on regarde les médias on a parfois l'impression que seuls Sony, Microsoft et Nintendo tiennent la barre, alors que c'est un monde tellement plus riche !


Ces chroniques, interviews et dossiers vous intéressent ? 
Devenez membre Premium pour nous aider à financer ce genre de contenus 
et bénéficier de nombreux avantages. 


 

La rédaction vous recommande

1 commentaire
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (1)