>
>
Halo 4 : notre interview de Franck O'Connor

Halo 4 : notre interview de Franck O'Connor

Le directeur de la Licence parle du jeu, de son univers, et du reste.
Par Grégory Szriftgiser - publié le
Image

Donner corps aux personnages

Il y a quelque chose que je trouve frappant aussi dans Halo, c'est en quelque sorte l'absence d'antagonistes personnifiés. A part l'Arbiter, qui se retrouve être un allié, il n'y a pas véritablement d'ennemi incarné de manière singulière au sein des Covenant. De Nemesis pour le Chief.

En effet. Je vous dirai que nous racontons une histoire beaucoup plus personnelle cette fois, même si elle sera sur une grande échelle et contextualisée vis à vis de ce conflit galactique. Mais nous voulons rendre tout plus personnel, y compris lorsqu'il s'agit d'identifier vos amis et vos ennemis. On peut dire sans risque qu'il y aura une personnification plus spécifique du "Mal" dans Halo 4, et ça va devenir plus personnel. Et c'était tellement un problème d'échelle galactique énorme... vous savez des personnages comme le Prophète de la Vérité, et de la Pitié, dans Halo, ont toujours eu l'air distants. Ils ne s'agissait pas de défis physiques.

... et même, plus simplement, ils n'avaient même pas vraiment de noms !

Oui, tout à fait. Même s'ils avaient des noms, ceux-ci n'avaient pas de sens, c'est pourquoi il est si ironique que l'Arbiter, qui était votre allié, est le "méchant" le plus connu ! Parce qu'il avait une vraie personnalité. C'est quelque chose dont nous avons tiré la leçon. Je ne peux pas vous en révéler beaucoup plus, mais bon...


Cortana, version Halo 4 : plus humaine et crédible que jamais grâce à la capture de performance d'une actrice.

J'imagine que tout cela sera vrai aussi pour Cortana ? Dans la mesure où même s'il s'agit d'un IA, elle évolue jusqu'à devenir plus humaine que n'importe quel autre personnage...

... elle a toujours été plus humaine que le Chief. D'une manière bien réelle et bien compréhensible : elle est plus émotive, plus drôle, plus sarcastique, et a des dispositions très humaines. C'est dans la logique de la manière dont elle a été créée. Elle a été clonée à partir d'un cerveau humain. Elle est centrale dans la polarisation du Chief, et ses motivations. Il est le soldat ultime, le guerrier ultime, et je crois que dans Halo 4 nous explorerons des facettes différentes de ces deux personnages. Et vous découvrirez des choses auxquelles vous ne vous attendiez peut-être pas de leur part. Pour le Chief, nous allons explorer son rôle dans l'univers plus profondément. Et sa nature en tant que personne, puisque nous le considérons comme un véhicule de notre héroïsme. Il continuera à l'être mais nous en apprendrons un peu plus sur lui.

Vous ne pensez-pas qu'il s'agit là d'une prise de risque énorme, justement ? De l'identifier un peu plus, et donc de risquer de l'éloigner de l'image que chaque joueur peut s'en faire ?

Non. Je pense que la manière dont ce sera placé en contexte, la manière dont il continuera de se comporter, élimineront tout risque de cela. Il s'agira plus d'un processus d'apprentissage. D'apprendre plus sur l'histoire, et non d'avoir un Chief qui tout d'un coup s'agenouille pour pleurer. Ne vous inquiétez pas pour ça !

En effet, mais sans aller jusque là, je pense que l'une des raisons pour lesquelles le Chief était un personnage qui a fonctionné aussi bien dès le départ tient justement au fait qu'il s'agissait d'un canevas vide.

Oui... mais en fait j'aimerais que ce soit entièrement vrai, parce que ce serait un luxe. Prenez par exemple Half-Life et Gordon Freeman, vous avez une image de lui sur la boîte et puis vous ne le voyez plus jamais ensuite. Il est un canevas totalement vierge. Il ne parle *vraiment* jamais. Le Chief a toujours parlé. Il a toujours eu un passé. Il n'avait pas beaucoup de personnalité, mais les gens ont commencé à en projeter une sur lui. Ils la construisaient à partir d'autres éléments de la fiction, de leur appréciation partagée du jeu, de leur propre sens de l'héroïsme et de la valeur individuelle, et le temps d'en arriver à créer Halo 3, le Master Chief était déjà aimé. Pas son armure. Les gens ne se disaient pas "c'est mon armure, c'est moi", de la manière dont vous aimez votre incarnation en multijoueur. C'était Master Chief en particulier, et sa relation avec les gens autour de lui. Donc c'est une certitude, nous l'explorerons plus avant... mais je ne crois pas que nous le ferons maladroitement. Et objectivement, le Chief ne parle pas particulièrement plus, même probablement pas plus du tout, qu'il ne l'a jamais fait dans un précédent jeu Halo. Il s'agira de contexte, des situations dans lesquelles il se retrouvera, et des destins des gens qui l'entourent, ce sont eux qui vous en apprendrons plus sur le Chief, sa personnalité, et son histoire. Ce sera très naturel.

La rédaction vous recommande

13 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (13)